Mayotte est-elle repassée en rouge ?

Mayotte est-elle repassée en rouge ?

Après plusieurs semaines d’accalmie, la situation sanitaire de l’île à parfums a semble-t-il évolué. Mais Mayotte fait-elle de nouveau l’objet du plus haut niveau de vigilance ? Dominique Voynet, directrice de l’ARS, fait le point.

Orange, violet, et maintenant rouge... Depuis le début de la crise sanitaire, Mayotte en voit de toutes les couleurs. Vendredi dernier, le gouvernement dévoilait, à l’issue d’un conseil de défense, la liste actualisée des 42 départements encore ou nouvellement placés en vigilance rouge, au milieu desquels Mayotte et la Guyane apparaissent encore en violet, symbole de l’état d’urgence sanitaire, localement en vigueur jusqu’à la fin octobre. Sommes nous alors, comme l’ont annoncé nos confrères, de nouveau classés en vigilance rouge ? « Pas du tout », a démenti hier soir la directrice de l’Agence régionale de santé.

Pour autant, la situation a évolué puisque deux nouveaux clusters « très actifs », selon l’ARS, ont été identifiés : le premier au sein de « plusieurs dizaines de professeurs d’EPS » qui avaient partagé une soirée ensemble, et le second parmi des gendarmes. Pour autant, « il n’y a aucune raison d’être alarmistes », tempère Dominique Voynet, puisque le taux d’incidence s’établit à 31,8 cas pour 100.000 habitants entre le 5 et le 11 septembre. Bien en deça des 50 nécessaires au passage d’un territoire en zone rouge. Si la circulation du virus reste donc active, seuls 5% des 1.788 tests réalisés la semaine dernière étaient positifs. Quatre patients sont actuellement hospitalisés, mais aucun en réanimation.

Les règles de déplacements entre les départements d’outre-mer n’ont pas été modifiées par le conseil de défense, toutefois, l’ARS rappelle que les voyageurs à destination de La Réunion font l’objet d’un dispositif de prélèvement dédié.

Abonnement Mayotte Hebdo