Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai dû mentir sur ma fièvre pour être pris en charge”, un policier malade témoigne

Un policier, hospitalisé depuis ce lundi au CHM après avoir contracté le Coronavirus regrette la prise en charge dont il a été l’objet jusqu’à présent. Selon son témoignage, ce père de famille aurait été conduit à mentir sur son état pour, qu’enfin, un dépistage lui soit proposé.

 

À La Réunion, un Mahorais invente l’Anti-Covid

L’idée est simple, mais comme on dit, il fallait y penser. Et c’est un Mahorais qui l’a fait. À La Réunion, Mikidachi Assoumani a inventé l’Anti-Covid pour faire respecter la distanciation sociale dans les transports en commun. L’initiative saluée a d’ores et déjà convaincu la commune de Saint-André, qui en équipe désormais ses bus. 

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

Depuis le début du confinement, les communes mettent tout en place pour que les familles défavorisées puissent manger à leur faim. Pour cela, des distributions de denrées alimentaires sont organisées sur l’ensemble de l’île. Mais si aux premiers abords cette stratégie vient en aide à une partie de la population, elle peut également provoquer une pénurie alimentaire dans les magasins. À l’heure actuelle, Mayotte n’en souffre pas, mais si les centres communaux d’action sociale (CCAS) continuent sur cette lancée, les semaines à venir risquent d’être critiques pour les Mahorais. “Les CCAS nous demandent des devis très conséquents, et ils veulent les mêmes produits en grosse quantité”, indique Fahridine Mlanao, le directeur de Sodifram. Les produits concernés sont ceux de première nécessité comme le riz, la farine, l’huile, ou les produits de bébé. “Pour le moment, nous ne sommes pas en pénurie, mais si ça continue ainsi, les familles qui n’ont pas droit à ces aides ne trouveront plus ces produits dans quelques semaines”, ajoute le directeur de la société Sodifram. Pourtant, au début de la crise, les associations affirmaient qu’elles feraient appel aux dons des magasins. Ces derniers donneraient leurs invendus encore comestibles et utilisables. Mais cela ne semble pas suffisant et a priori la politique a changé en cours de route.

“On ne trouve pas ce qu’on veut, quand on veut, dans la quantité qu’on veut”

Fahridine Mlanao affirme qu’ils devront refuser certains devis exorbitants. D’autant plus que les CCAS demandent à être livrés très rapidement. Il conseille plutôt aux centres communaux d’action sociale de distribuer des bons alimentaires. “De cette façon, chacun peut acheter ce dont il a réellement besoin, et on évitera peut-être de créer une crise dans la crise”, explique-t-il.

C’est un fait, la crise du Covid-19 fait tourner le monde au ralenti, et la grande distribution n’est pas épargnée, au contraire. “On peut aussi craindre une pénurie à cause du confinement mondial. Certains fabricants ne produisent plus, ou pas en quantité suffisante. Du point de vue des approvisionnements, on ne trouve donc pas ce qu’on veut, quand on veut, dans la quantité qu’on veut” , déclare Fahridine Mlanao. La situation se complique également car les navires ont du retard puisqu’à l’échelle internationale certains ports sont fermés ou travaillent très peu. Le directeur de Sodifram nous affirme également que les quelques bateaux qui partent de la France hexagonale n’intègrent pas leurs marchandises parce qu’ils sont déjà trop chargés. “Nous avons saisi la préfecture concernant ce problème parce qu’à cause de cela on risque aussi d’être en rupture”, précise-t-il.

Il est donc important que les acteurs sociaux changent leur stratégie d’aides alimentaires, autrement les conséquences se feront sentir pendant le mois de ramadan qui approche à grands pas

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°945

Le journal des jeunes

À la Une

Alison Morano, anthropologue : « Il n’y a pas de profil type du délinquant à Mayotte »

En 2016, Alison Morano se penchait sur « la catégorie sociale des mineurs isolés à Mayotte », dans le cadre de son mémoire d’anthropologie...

À Longoni, le futur lycée des métiers du bâtiment attend toujours sa viabilisation

Le rectorat organisait une visite sur le terrain du très attendu lycée de Longoni en compagnie des architectes mais aussi du président du SMEAM....

Diffamation : le président du syndicat de pompiers SNSPP-PATS de Mayotte devant le tribunal

Après une grève de plusieurs semaines qui a pris fin le 14 septembre 2020, l’ex-directeur du SDIS, le colonel Fabrice Terrien, cible de propos...

Soulaïmana Noussoura : « Il y a dix ans, les gens pensaient que j’étais un illuminé »

À l’occasion de la sortie de son livre, intitulé « Plan Marshall pour Mayotte », Soulaïmana Noussoura revient sur un projet qui lui tient...

48 étrangers en situation irrégulière interpellés à Koungou dans une opération de grande envergure

Après les violences du week-end dernier, une vaste opération menée par la gendarmerie nationale et la police aux frontières a été conduite à Koungou...