La solidarité citoyenne plus nécessaire que jamais

La solidarité citoyenne plus nécessaire que jamais

Depuis la fin de la semaine dernière, le gouvernement a créé un site qui fait appel à la solidarité de chacun durant cette période de confinement. L’objectif est de donner un peu de son temps et de son énergie en accomplissant des missions solidaires. Comment cela s’articule à Mayotte ? Réponse.

Lors de ses nombreuses allocutions durant le début de la crise Covid-19, le président de la République, Emmanuel Macron, a appelé à la solidarité citoyenne. Le gouvernement a concrétisé cela en créant le site covid19.reserve-civique.gouv.fr. L’objectif est de faire face à la situation dans laquelle nous nous trouvons, et celle des prochaines semaines, en faisant appel à la générosité de chacun. À Mayotte, c’est la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) qui est en charge de son bon fonctionnement. “Les associations et les services de l’État nous déposent des missions à faire sur l’ensemble de l’île. Et de l’autre côté, les personnes qui veulent aider s’inscrivent sur le site. Elles doivent donner leur adresse, cela permet de savoir qui est disponible à tel ou tel endroit. Dès qu’il y aura une urgence ou une mission, on fera appel aux personnes qui sont les plus proches”, explique Patrick Bonfils, le directeur de la DRJSCS. En théorie, tout le monde peut se porter volontaire, il suffit d’être majeur et d’avoir moins de 70 ans pour des raisons évidentes. Cependant, les organisateurs demandent aux associations d’inciter leurs collaborateurs à s’inscrire. Selon Patrick Bonfils, “ce sont des gens fiables, sérieux et qui connaissent déjà ce milieu. Nous avons besoin de personnes qui respectent les gestes barrières, qui savent rassurer la population, organiser les files d’attente, etc. Les gens du monde associatif et de l’éducation sont habitués à cela.” À l’heure actuelle, plus de 250 bénévoles se sont inscrits sur le site, en moins d’une semaine, et ce chiffre augmente chaque jour. Et une trentaine d’associations ont déjà proposé des missions sur l’ensemble du territoire.

Quatre grandes missions solidaires

Le site de la réserve civique propose quatre grandes missions. Les bénévoles pourront garder les enfants du personnel soignant, des forces de l’ordre et de toutes les personnes qui travaillent pour faire vivre la société. Ils seront également sollicités pour aller faire les courses de ceux qui ne peuvent pas se déplacer. On leur demandera aussi de prendre régulièrement des nouvelles de leurs voisins fragiles ou seuls. Enfin, ils participeront à la distribution des aides alimentaires. Des denrées et des bons alimentaires sont préparés afin d’aider ceux qui ont un faible pouvoir d’achat. “Pour l’instant, on arrive à faire face avec La Croix Rouge et les diverses associations. Mais on sait pertinemment qu’à partir de la semaine prochaine ça va commencer à être très difficile”, annonce le directeur de la DRJSCS. La Croix Rouge n’a d’ailleurs pas arrêté les distributions alimentaires habituelles. La réserve civique est mise en place pour renforcer son dispositif.

Afin d’éviter que les personnes se battent pour de la nourriture comme c’est déjà le cas pour les bouteilles de gaz, l’armée et la police seront également mises à contribution pour sécuriser les lieux et éviter un éventuel débordement.

La grande distribution est aussi sollicitée, mais rien n’est moins sûr pour le moment. “On a demandé aux grands magasins de faire des dons. On leur a surtout demandé des produits d’hygiène. Ce n’est pas encore acté, nous sommes en train de travailler avec certains grands magasins”, indique Patrick Bonfils.

Les personnes qui ont besoin d’aide, et qui veulent bénéficier de ce nouveau service doivent se manifester auprès de leur mairie, des CCAS, des associations. Ces derniers se chargeront de faire remonter les diverses missions à la DRJSCS.

 

Abonnement Mayotte Hebdo