J. Kerdoncuf : « Je ne vois pas en quoi il serait pire d’être intégré au CRA que de faire 12 heures en kwassa »

J. Kerdoncuf : « Je ne vois pas en quoi il serait pire d’être intégré au CRA que de faire 12 heures en kwassa »

Alors que plusieurs cas de coronavirus ont été détectés chez des personnes intégrées au centre de rétention administrative, Julien kerdoncuf, sous-préfet en charge de la lutte contre l’immigration clandestine, répond aux inquiétudes qu’a suscité la nouvelle. Et assure que « des protections sanitaires maximales », sont mises en place au sein d’un CRA qu’il espère prochainement redevenir point de départ des reconduites.

Flash Infos : Considérez-vous que toutes les mesures sont prises pour éviter une propagation du coronavirus au sein du centre de rétention administrative ?

Julien Kerdoncuf : Premièrement, et ce n’est pas nouveau, nous avons à Mayotte le seul centre de rétention en France à organiser un examen médical préalable à la rétention pour les personnes qui arrivent par voie maritime. Dans ce cadre, le protocole permet de savoir si l’état de santé de la personne interpellée est compatible ou non avec la rétention. Actuellement, cela permet également de déterminer si ces personnes ont des symptômes évocateurs du Covid, auquel cas elles ne sont pas placées en rétention. Deuxièmement, le CRA de Mayotte est doté d’une infirmerie particulièrement robuste pour laquelle une convention prévoit d’allonger ses horaires afin qu’elle soit ouverte 24h/24.

Par ailleurs, les personnes qui sont placées au centre sont désormais systématiquement testées. Il est vrai que parmi elles, nous avons diagnostiqué plusieurs personnes positives au coronavirus. Il s’agit d’une mère de famille accompagnée de ses quatre enfants qui ont été placés au centre d’hébergement de Tsararano lorsque les résultats sont tombés. Plus récemment, six autres cas positifs ont été testés et ont suivi le même chemin. Alors, quand on dit qu’il y a des cas de Covid en rétention, ce n’est pas le cas dès lors que le diagnostic est posé, on persuade les malades d’intégrer le centre de Tsararano le temps de leur guérison.

De plus, 5.000 masques ont été remis au CRA il y a plusieurs semaines, accompagné de gel hydroalcoolique ou encore de tenues de protection. Une formation aux gestes barrière a également été menée auprès des forces de l’ordre au tout début de l’épidémie et une autre au personnel du centre il y a une semaine. Enfin, nous avons revu l’organisation du CRA pour respecter ces mêmes gestes barrière. Concrètement, nous séparons les zones en fonction des arrivées de kwassa - seules ces personnes étant intégrées dans le centre actuellement - afin de ne pas mélanger les groupes et d’éviter de croiser les flux de personnes tant que les résultats des tests ne sont pas connus. Dernier point, les repas sont servis dans les zones et non plus au réfectoire.

L’effort est donc considérable et si, effectivement, le virus circule encore sur le territoire, tout est fait pour que le centre ne connaisse pas de vague épidémique comme on a pu le constater dans d’autres administrations par exemple.

FI : Différentes mesures que vous citez, en premier lieu le dépistage systématique, sont pourtant très récentes alors que le centre a rouvert il y a plus d’un mois. Par ailleurs, les personnes sont tout de même intégrées le temps que les résultats de leurs tests soient connus, ce qui laisse le temps à une éventuelle propagation du virus…

J. K. : C’est vrai, les tests n’ont pas été mis en place immédiatement, il y a eu plusieurs semaines de battement. Mais je rappelle que la doctrine nationale sur le sujet est de ne tester que les personnes symptomatiques. Et dans la mesure où nous procédons à un examen médical préalable à la rétention, on peut considérer que cette évaluation est déjà faite. Dès lors, on voit que l’on va, avec ce test, plus loin que la doctrine nationale.

En ce qui concerne les tests, les résultats arrivent dans les 48 heures et les groupes de kwassa ne sont, je le répète, pas mélangés et la distanciation physique est possible au vu de la taille des différentes zones du CRA. Dans ce cadre, je ne vois pas en quoi il serait pire d’être intégré au centre que de faire 12 heures de traversée dans un kwassa.

FI : Que se passerait-il si le nombre de zones venait à être inférieur au nombre de kwassas interpellés ?

J. K. : Cela ne s’est pour l’heure jamais produit. En ce qui concerne les personnes positives au coronavirus, elles sont incitées à rejoindre le centre de Tsararano et en ce qui concerne les autres, elles sont libérées au bout d’un certain temps puisque les reconduites ne peuvent malheureusement pas être effectuées. Cela libère donc de la place dans les zones que nous décontaminons après chaque passage.

FI : Pour autant, le personnel du CRA et des syndicats de police s’inquiètent de cette situation, ces derniers allant jusqu’à pointer un manque d’information de la part des autorités… Comprenez-vous cette inquiétude ?

J. K. : Mon rôle n’est pas d’alerter les syndicats de police mais les policiers qui sont sur le terrain au plus proche des dangers sanitaires. Lorsque le premier cas de Covid a été diagnostiqué, nous avons tout de suite convoqué le personnel afin de les en informer et de leur demander de renforcer leurs précautions. En ce qui concerne l’inquiétude, elle est tout à fait légitime mais relève du ressenti. Tout le monde a peur d’attraper le Covid et c’est bien normal. Mais en fournissant tous les efforts que j’ai évoqués, n’y a-t-il finalement pas moins de risque au centre qu’en allant faire ses courses ? Je comprends donc l’inquiétude et nous sommes là pour rassurer le personnel mais en parallèle de ça, il y a toutes les mesures qui forment une protection optimale contre la propagation du virus.

FI : Pour vous, il n’y a donc pas de risque à intégrer dans un même centre, par nature fermé et pendant 48h, des personnes dont on ne connaît pas l’état de santé pour, in fine, les libérer ?

J . K. : La question qu’il faut se poser est : quelle est l’alternative ? Est-ce qu’il n’est pas finalement plus sûr d’intégrer ces personnes dans un centre qui respecte toutes les précautions et qui permet d’effectuer des tests sur les personnes qui arrivent et, le cas échéant, les inviter à se protéger en intégrant le centre de Tsararano que de laisser tout le monde dans la nature dans l’ignorance de leur état de santé ? Pour moi, la réponse est assez claire.

FI : Vous adoptez un discours sanitaire quand d’autres voient dans la réouverture du CRA sans reconduites un geste essentiellement politique…

J. K. : Les reconduites ne sont effectivement pas possible pour l’heure mais si nous faisons cela, c’est que nous avons la certitude de pouvoir les reprendre dans des délais raisonnables. Le ministère des Affaires étrangères et l’Élysée sont tellement mobilisés dans la reprise des reconduites vers les Comores et Madagascar que tout laisse à penser qu’elles puissent effectivement reprendre dans les jours ou les semaines prochaines. Le juge des libertés et de la détention estime que ce n’est pas le cas dans la plupart des dossiers qui lui sont soumis mais il ne m’appartient pas de commenter ses décisions. De notre côté, notre travail est d’obtenir le plus rapidement l’accord des autorités comoriennes pour reprendre les éloignements. Nous nous activons tous très forts en ce sens en coulisse et si effectivement nous n’avons pas de date pour l’heure, tous les efforts sont faits.

FI : Les dépistages resteraient-ils systématiques ? Une personne testée positive pourrait-elle être reconduite ?

J. K : Je vais être très clair : nous n’éloignerons pas les personnes testées positives.

Abonnement Mayotte Hebdo