100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Visite sous tension du candidat Fahmi Said ibrahim

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Pendant deux jours, le candidat à l’élection présidentielle anticipée des Comores, Fahmi Said Ibrahim, est venu sur l’île aux parfums dans le cadre de sa campagne. Une présence qui a déplu au Collectif des citoyens de Mayotte mais aussi aux politiciens Daniel-Martial Henry et Kira Bacar Adacolo, qui ont déposé plainte au tribunal pour « trouble à l’ordre public ».

Samedi matin, scène insolite à l’aéroport de Pamandzi. Candidat à l’élection présidentielle anticipée aux Comores, Fahmi Said Ibrahim (Parti pour l’entente comorienne) a posé les pieds sur le sol mahorais dans le cadre de sa campagne. Sur son compte Facebook, la radio Djivani a publié le message de Kamal Ibrahim, l’un de ses fidèles partisans, relatant que l’homme politique y avait reçu « un accueil triomphal au milieu d’une foule en liesse. C’est bien rare pour mériter d’être souligné. […] Un geste significatif et un symbole fort qui traduit une volonté politique assumée et une ambition conquérante d’une autre dimension ». Sur une vidéo en ligne, on voit son arrivée se dérouler en musique et en chants, avant la réception des traditionnels colliers de fleurs de jasmin et une série de selfies. Durant ses deux jours de présence sur l’île aux parfums, il a notamment participé à une réunion à Pamandzi et a donné un meeting à Dzoumogné.

Mais cette venue n’a pas fait que des heureux. Au niveau du rond-point du Four-à-Chaux, des banderoles le priaient de plier bagage dans les plus brefs délais. Le soir même, le Collectif des citoyens de Mayotte a publié un communiqué pour exiger son départ immédiat : « Sa présence est une provocation et une insulte à tous les Mahorais, dont il nie le choix de rester Français. » Avant d’ajouter que « Fahmi Said Ibrahim participe au discours colonisateur comorien qui s’appuie sur l’immigration clandestine […] et ne peut être autorisé à faire campagne sur notre île en alimentant la haine et le mépris des Mahoraises et des Mahorais : il en va de la paix civile dans le 101ème département français. »

Des propos largement partagés par Daniel-Martial Henry et Kira Bacar Adacolo, respectivement président du Modem Mayotte et du Parti Radical de Gauche. Ce lundi après-midi, les deux politiciens ont décidé chacun de déposer une plainte au tribunal pour « trouble à l’ordre public ».  Le centriste considère que l’ancien ministre de la Justice comorien et avocat au barreau de Moroni « voulait provoquer » en venant chez le voisin mahorais. Il explique que le candidat « confond la liberté publique et l’ordre public » mais aussi qu’il « met de l’huile sur le feu ». « Cette action va dans le sens de son idéologie ! Je vous rappelle qu’il revendiquait, il n’y a encore pas si longtemps, que Mayotte appartenait toujours aux Comores lors de conférences en Europe », souligne Daniel-Martial Henry.

Avec 48 % d’habitants de nationalité étrangère, dont une grande majorité de Comoriens, à Mayotte, Fahmi Said Ibrahim a en tous les cas joué une belle carte d’un point de vue politique.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1029

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Réforme des retraites : les grévistes mobilisés à Mamoudzou

Les rangs étaient un peu plus clairsemés que lors des précédents rassemblements. Environ 150 personnes se sont réunies ce mardi matin sur le parvis...

Concours d’informatique : des élèves de M’gombani au top niveau national

Participants au concours « Castor informatique », plusieurs élèves de sixième du collège Halidi Selemani de M’gombani, à Mamoudzou, ont obtenu d’excellents résultats, les plaçant parmi...

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la...

Idris déploie ses ailes à la Marine nationale

Âgé de 27 ans, Idris se passionne pour l’aviation depuis l’adolescence. Et il a tout fait pour vivre de sa passion alors que rien...

Catégorie entraîneur de l’année

Magdalena Alliaud – 29 ans – Rugby Despérados Rugby Club M’tsapéré / Comité Territorial de Rugby de Mayotte Magdalena Alliaud est de ces rares entraîneuses féminines...