Visite ministérielle | Les pistes d’Agnès Buzyn pour lutter contre le désert médical

Visite ministérielle | Les pistes d’Agnès Buzyn pour lutter contre le désert médical

Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a achevé hier matin sa courte visite à Mayotte par une visite de l’hôpital de Petite-Terre. Lors du point presse qui a clôturé son séjour, elle a indiqué qu’elle misait notamment sur “la délégation des tâches” entre professionnels de santé pour lutter contre le désert médical. 

“Nous n’allons pas inventer 20 000 médecins”, a souligné hier Agnès Buzyn, ministre de la Santé, à l’occasion du point presse qui clôturait sa visite express à Mayotte. 

Face à la situation de désert médical à laquelle est confrontée Mayotte, la ministre estime qu’il faut appliquer des “solutions innovantes” pour soigner tous les patients. 

“Nous allons mettre en place un cadre expérimental sécurisé par l’ARS pour tout le territoire français, permettant une délégation des tâches entre les professionnels de santé. Par exemple, les vaccinations peuvent être déléguées à des infirmiers ou à des pharmaciens.”

En parallèle, les aides financières pour attirer davantage de médecins sur l’île ne sont toutefois pas mises de côté. “Un travail est à réaliser avec la Sécurité sociale pour adapter au mieux les financements. Cela s’inscrira dans le plan de lutte contre les déserts médicaux que je vais bientôt présenter.”

Outre la question des effectifs, la ministre a aussi abordé la question des moyens, notamment en ce qui concerne le CHM. “L’hôpital a besoin d’être agrandi pour répondre aux besoins”, note la ministre. Le programme d’agrandissement sera à ce titre bientôt présenté à la Copermo, l’instance nationale qui décide des investissements à mener dans les hôpitaux. Ensuite des financements vont être débloqués pour une restructuration et une modernisation tranche par tranche de la structure. Ce n’est qu’une question de calendrier”. En parallèle, Mayotte disposera bientôt du premier service de soins de suite et de réadaptation (SRR), grâce au nouvel hôpital de Petite-Terre, qui devrait être livré en août 2018. 

Alors qu’elle a du faire face hier matin à la manifestation de certains agents lors de sa visite de l’hôpital de Petite-Terre, la ministre a aussi abordé devant les journalistes les conditions de travail du personnel hospitalier. “Je vais œuvrer à l’allègement des tâches administratives pour les personnels de santé. Mais en ce qui concerne leurs revendications statutaires et salariales, cela ne dépend pas de moi mais du ministre de l’Action et des Comptes Publics, qui gère la fonction publique hospitalière.” Cela tombe bien, Gérald Darmanin sera sur le territoire samedi et dimanche. 

Enfin concernant les mises en place de la couverture malade universelle complémentaire à Mayotte, la ministre a indiqué qu’elle allait rencontrer prochainement à Paris la direction de la Sécurité sociale pour travailler sur le sujet. 

Si, au cours de son bref séjour sur l’île au lagon, elle n’a pas fait d’annonces concrètes, Agnès Buzyn se réjouit “d’avoir désormais des visages en tête quand elle prendra des décisions.” Mayotte la malade en a besoin. 

 

Une manifestation devant le CHM

Hier à midi, alors que la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, venait d’achever sa visite à Mayotte, une cinquantaine de manifestants se sont regroupés devant le CHM à l’appel de l’intersyndicale. Motif : protester contre la méthode employée. La venue express dans le 101ème département et surtout l’absence d’annonces n’ont pas convenu à tous. Un manifestant l’explique : “Elle dit être venue pour prendre connaissance de la situation à Mayotte. Elle veut nous faire croire qu’elle ne la connait pas ? La situation et les conditions de travail à l’hôpital sont bien connues de la classe politique. Et quand bien même, ce n’est pas en une journée qu’elle peut constater ce qu’il y a à faire.” Derrière lui, un autre manifestant nous le scandait : “Elle nous méprise, alors nous la méprisons aussi !”

Abonnement Mayotte Hebdo