100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Nations unies : L’Union revendique de nouveau « l’île comorienne de Mayotte »

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Si l’assemblée générale des Nations unies avait les yeux rivés sur ce qui se passe en Ukraine, le président de l’Union des Comores, Azali Assoumani, n’a pas manqué dans son allocution de rappeler les velléités de son pays concernant le 101ème département français. Jeudi 22 septembre, à New York, il a rappelé « le caractère comorien de cette île soustraite à la souveraineté comorienne ».

Presque cinquante ans plus tard, la pilule n’est toujours pas digérée à Moroni. Les différents conflits territoriaux (Ukraine, Sahara occidental, Taïwan) ont donné l’occasion au président comorien, Azali Assoumani, de revenir sur celui qui oppose son pays à la France. « Mon gouvernement, comme tous ceux qui l’ont précédé, tient à rappeler de manière solennelle devant cette assemblée et conformément au droit international le caractère comorien de cette île soustraite à la souveraineté comorienne lors du processus de décolonisation de notre pays », a-t-il revendiqué, lors de la dernière séance de l’assemblée générale des Nations unies, ce jeudi 22 septembre. Depuis 1975 et l’indépendance comorienne, la tribune de l’Organisation donne régulièrement l’occasion aux dirigeants des Comores de rappeler leur désir d’une rétrocession de la quatrième île de l’archipel. Une volonté à laquelle les Mahorais et l’État français se sont toujours opposés.

« La gestion de ce dossier douloureux qui dure depuis plus d’une quarantaine d’années voit fort heureusement s’ouvrir des perspectives nouvelles avec l’esprit de dialogue qui s’est créé entre les parties françaises et comoriennes », a même avancé le président comorien, sans qu’une quelconque ouverture concernant la souveraineté de Mayotte ne soit engagée côté français.

« Le pays a renoué avec la paix et la stabilité »

Au cours de son allocution d’une quinzaine de minutes, Azali Assoumani a également voulu défendre son bilan à la tête de l’Union. « Cela fait plus de vingt ans, hamdullah, que le pays a renoué avec la paix et la stabilité », a argué celui qui a fait modifier la constitution en 2018, qui instaurait initialement une rotation entre les îles du pouvoir exécutif. Il ajoute que « cette stabilité constitue un réel gage de développement socio-économique ». Sur la question des droits de l’homme, le président de l’Union a dit vouloir en faire « une priorité nationale » et a tenu « à souligner que [son] pays collabore étroitement avec les instances régionales et internationales » sur ce point.

Selon lui, le salut de son pays « réside en une société apaisée, soudée et de plus en plus inclusive de toutes les couches qui la composent ». Soit exactement ce qu’il a dit à la même tribune l’année précédente…

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1021

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

François Braun : « il faut donner les moyens aux professionnels de travailler »

Le ministre de la Santé et de la Prévention a visité le centre hospitalier de Mayotte, ce mardi 29 novembre. L’occasion de confirmer la...

Le Conservatoire du littoral entame « un plan de reconquête du littoral »

Ce mardi 29 novembre, dans les locaux la communauté de communes de Petite-terre, l’antenne de Mayotte du Conservatoire du littoral a réuni gestionnaires, institutions...

Faux en écriture au port de Longoni : le procès en diffamation dans l’impasse

Les dissensions entre les acteurs du port sont connues et débouchent ces derniers temps sur des actions en justice. Ce mardi 29 novembre, le...

Coopération économique : et si Mayotte se positionnait en leader régional ?

En réponse aux événements violents de ces derniers jours, Alain Kamal Martial prône la mobilisation d’hommes et de femmes sérieux pour relancer l’économie et...

Air Austral change de terminal à Roissy

Les travaux à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle ne sont pas sans conséquences pour les compagnies y travaillant. La Réunionnaise Air Austral, par exemple, rejoint le...