Manifestation | Nouvelle mobilisation contre la gratuité du visa

Manifestation | Nouvelle mobilisation contre la gratuité du visa © Geoffroy Vauthier

Lundi, une première mobilisation contre la gratuité du visa entre l'Union des Comores et Mayotte avait réuni 3000 personnes. Rebelote aujourd'hui, où 2300 Mahorais – selon la préfecture – ont de nouveau manifesté contre ce projet.

"Non karivendzé, wassi wa Maoré" : "Nous ne voulons pas, nous sommes Mahorais !". C'était le mot d'ordre des manifestants ce matin. Ils étaient en effet 2300 à s'être mobilisés contre le projet de gratuité du visa entre l'Union des Comores et Mayotte. Quatre jours après la manifestation, et en l'absence de nouveaux éléments sur la feuille de route annoncée par le Gouvernement, l'inquiétude est donc toujours de mise chez les Mahorais.

Parti de la place de la République, le cortège s'est ensuite rendu devant le service des étrangers de la préfecture, puis devant le dispensaire Jacaranda avant de redescendre par la rue de l'Hôpital, passant devant le Conseil départemental et se retrouvant la place de la République. Dans la foule, de nombreux drapeaux français et pancartes donnant le ton : "La France nous a trahis, les Mahorais, et nous pousse à la guerre civile" ; "Non, ma liberté ne se monnaye pas" ; "Négociation en catimini sans nous. Mayotte, français de seconde zone" ; ou encore "Mayotte  est un enfant mal aimé par son père, l'État français." Le tout sous les visages évocateurs de Younoussa Bamana et Zéna M'Déré, parents du rattachement de Mayotte à la France.

Un service immigration fermé par sécurité

Avant le début de la manifestation, des membres du Codim, le Comité de défense des intérêts de Mayotte ainsi que de simples citoyens ne se réclamant d'aucune association s'étaient donnés rendez-vous à  5h du matin devant le service immigration de la préfecture pour une opération "Sit-In", comprendre une occupation assise d'un lieu public. Un service immigration fermé pour raisons de sécurité, et non – comme annoncé dans certains médias - sur demande de l'organisation lors de la rencontre d'hier à la préfecture.

Aujourd'hui même, à Paris, les parlementaires de Mayotte ainsi que le président du Conseil départemental sont reçus par des représentants du ministère des Affaires étrangères afin d'en savoir plus sur la feuille de route annoncée il y a deux semaines par le Gouvernement. Un rendez-vous et des éclaircissements qui seront décisifs. Le Codim prévient d'ailleurs : "Si rien ne sort de bon de cette rencontre, nous reviendrons demain matin pour bloquer ce service."  

 

Abonnement Mayotte Hebdo