La grève continue au Département

La grève continue au Département

La grève au Conseil départemental entamée hier se poursuit aujourd'hui. Ils réclament notamment la reprise des anciennetés générale de service des agents intégrés directement dans les catégories C, B et A. Pendant ce temps-là, la grève générale initiée au niveau national par la CGT et le parti des Insoumis démarre aujourd'hui.

Une manifestation réunissant fonctionnaires et salariés du privé doit partir de la place de la République à Mamoudzou à 8h30. Les grévistes du Conseil départemental se sont réunis hier matin à l'hémicycle Bamana pour faire le point sur leurs revendications et marqué leur premier jour de grève. Ils réclament depuis le lancement de leur préavis le maintien des acquis du régime indemnitaire de chaque agent, la prise en compte de l'ancienneté générale des services, la mise en place d'une mutuelle, la mise en place d’une mise d’une procédure de recrutement dite "transparente", une nouvelle réorganisation des services, une réforme des instances représentatives du personnel notamment le comité technique, l'amélioration des conditions de travail ainsi que la publication du bilan social de la collectivité. Si ses demandes ne sont pas satisfaites, l'intersyndicale (CFDT , Solidaires, Sud, CFE CGC, FO, CGT Ma, FSU et SNU TER) prévient qu'elle bloquera les services de l'institution dès aujourd'hui. Le président Soibahadine s'est adressé aux grévistes à travers un courrier assurant que des avancées en faveur de leurs revendications avaient été réalisées et qu'il est dans l'obligation de concilier une rigueur budgétaire (charges du personnel: 113 millions d'euros en 2016) et le maintien des conditions de travail des agents.

Pendant que le Département est pris en étau par ses déficits et la pression de certains de ses agents inquiets quant à l'avenir de leur emploi, la fonction publique toute entière à Mayotte, va battre le pavé aujourd'hui pour le premier jour d'une grève reconductible. Enseignants, douaniers ou encore agents de la préfecture se mettent en grève (hausse du taux d'indexation, indemnité de sujétion géographique, etc.). Des salariés du privé se joignent également au mouvement. La CGT demande l'application immédiate de plusieurs points concernant le Code du travail national qui doit entrer en vigueur à Mayotte en janvier prochain (application des conventions collectives, application des 35 heures ou encore l'application immédiate du compte pénibilité).

Abonnement Mayotte Hebdo