Gilets jaunes : des renforts à La Réunion

Gilets jaunes : des renforts à La Réunion

À l’occasion du 101ème Congrès des maires et des présidents d’intercommunalités de France qui s’est tenu lundi, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, est revenue sur le mouvement national des Gilets Jaunes qui fait de nombreux dégâts à La Réunion : "Près de 2.000 manifestants ont tenu 400 barrages sur le territoire. Ces manifestations ont laissé la place à des scènes de violences intolérables, notamment la nuit dernière (le dimanche 18 novembre, ndlr). Si je suis très attachée au droit de manifester, je le suis également en ce qui concerne la liberté de circuler et le respect de l’ordre public. Je suis en lien permanent avec le préfet de La Réunion qui a demandé des renforts qui devraient arriver de Mayotte dans la journée afin que nous rétablissions l’ordre rapidement." Un choix dont s’est insurgé l’ancien président du conseil général de l’île aux parfums, Daniel Zaïdani. "Cette décision du gouvernement peut surprendre dans un contexte où Mayotte est déjà le département le moins bien loti en matière de forces de l’ordre. Aussi, je dénonce cette politique consistant à déshabiller Paul pour habiller Jacques." En effet, un escadron de gendarmes mobiles est arrivé ce lundi en début de soirée de Mayotte, suivi par d’autres renforts envoyés depuis la métropole. Preuve que la situation est devenue critique sur place, Amaury de Saint-Quentin, le Préfet de La Réunion, a déclenché le volet ressources hydrocarbures du dispositif ORSEC dès 18h00 le jour-même afin de garantir la permanence des soins, le bon fonctionnement des secours et le maintien de l’ordre public. Mardi, les crèches, établissements scolaires (maternelles, primaires, collèges et lycées) publics et privés sous contrat ont également été fermés par mesure de sécurité.  

 

Abonnement Mayotte Hebdo