Environ 3 000 personnes dans les rues pour protester contre la gratuité du visa

Environ 3 000 personnes dans les rues pour protester contre la gratuité du visa

Rassemblées place de la République hier matin, 3000 personnes (selon la police) ont protesté contre la gratuité du visa entre Mayotte et les Comores, annoncée le 18 septembre par le ministère des Affaires étrangères. Citoyens mais aussi associations, syndicalistes et élus ont ensuite défilé dans les rues de Mamoudzou.

Rares sont les manifestations à Mayotte qui mobilisent autant que celle d’hier matin, qui a fédéré environ 3000 personnes (selon la police), rassemblées place de la République à Mamoudzou afin de protester contre la gratuité du visa entre Mayotte et les Comores, annoncée le 18 septembre par le ministère des Affaires étrangères. Pour rappel, le 12 septembre, une feuille de route visant à l’assouplissement des règles de circulation entre l’île française et ses voisines comoriennes a été signée lors d’un haut conseil paritaire, sans que les élus mahorais n’y aient été associés. 

Une foule compacte, composée de citoyens, d’associations, de syndicalistes, et d’élus a manifesté longuement place de la République avant de défiler dans les rues du chef-lieu. Parmi les nombreuses personnalités s’étant associées au mouvement, le député européen Younous Omarjee, les deux sénateurs de Mayotte Thani Mohamed Soilihi et Hassani Abdallah ainsi que de nombreux maires. « Je dénonce vivement la méthode sur des questions aussi sensibles. Il faut amener la société mahoraise à la participation des décisions », dénonce Younous Omarjee. « Prendre des décisions à Paris, sans concertation, c’est prendre le risque d’aggraver les tensions et de fragiliser encore celles et ceux qui ont besoin de protection, à savoir les illégaux et les étrangers », a complété le parlementaire. « Je ne dis pas que j’y suis favorable ou pas, je ne sais pas ce qu’il y a dans cette feuille de route », tempère Thani Mohamed Soilihi. « Mais ce qui a été fait ne doit plus être fait, à savoir traiter ce sujet sans les Mahorais », déclare fermement le sénateur. Ainsi, les parlementaires ne s’expriment pas sur le contenu de la feuille de route mais s’insurgent contre le mode opératoire peu communicatif de l’Etat français.

En revanche, citoyens, associations et maires sont davantage préoccupés par la question de l’assouplissement des conditions d’obtention du visa. « Cette gratuité va faire augmenter le flux de personnes étrangères (…) Il va y avoir plus de régularisations », craint Boura Soulaimana, le maire de Bandraboua. Certains, telle Faouzia Cordjee, candidate malheureuse aux dernières sénatoriales, sont beaucoup moins mesurés : « Tous les immigrés, qu’ils rentrent chez eux. On en marre ! » La femme leader a même fustigé en public l’absence – pas avérée – des « mzungus » au sein de la manifestation, les traitant de « bande de cons ». Une journaliste de France Ô, présente sur le terrain, nous a également rapporté que Cris Kordjee, la responsable de l’antenne du Conservatoire du littoral à Mayotte, l’avait apostrophée : « Vous êtes venus filmer les fainéants, les peureux et les hypocrites ! »

Tensions près du service immigration de la Préfecture

Entre 10h et 11h30, les manifestants ont défilé dans les rues de Mamoudzou, passant devant des lieux symboliques, tel le service immigration de la Préfecture. Par mesure de précaution, la police a confiné les étrangers demandeurs de titres de séjour à l’intérieur de l’enceinte avant le passage du cortège. De fait, un tout petit nombre de manifestants a agité les grilles de la Préfecture, avant de poursuivre leur chemin. Puis, la procession est passée devant la maternité de l’hôpital, un autre symbole en raison de la forte proportion de mères étrangères qui y donnent naissance – selon l’Insee, les trois quarts des mères des enfants nés en 2016 à Mayotte sont natives de l’étranger. Puis, vers midi, la ville est revenue au calme. 

Jeudi, les élus mahorais seront reçus au ministère des Outre-mer pour une réunion d’information concernant la fameuse feuille de route, en présence du directeur de cabinet de la ministre, Dominique Sorain, ainsi que du Quai d’Orsay.

 

Abonnement Mayotte Hebdo