test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Comores : Un haut dignitaire du renseignement cité dans le procès de Ponzi

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Un responsable du renseignement comorien aurait forcé la principale accusée dans cette affaire d’escroquerie a signé les documents de vente de sa maison. Le renseignement militaire n’a toujours pas réagi malgré les accusations portées contre l’un des leurs. Le verdict du procès est attendu le 22 novembre prochain.

Son éclatement début avril avait tenu les Comores en haleine. Mais sept mois plus tard, l’affaire Nazra ne suscite pas autant d’engouement. Samedi, lors du procès qui s’achevait à 20h, l’audience n’a pas mobilisé beaucoup de monde. Pourtant, ce dossier passionnait en raison des révélations qui sortaient les jours suivants l’arrestation de la jeune femme, considérée comme le cerveau d’un vaste système de pyramide de Ponzi. Celui-ci a prospéré entre 2019 et 2023, selon la justice. Ce samedi, le tribunal correctionnel voulait déterminer les ramifications de cette opération complexe, où les principaux prévenus sont des employés de l’opérateur national des télécommunications, Comores Telecom. Mais à en croire Nazra Saïd Hassani, ses co-accusés ne sont pas les seuls à placer de l’argent dans son business. La femme de 28 ans, qui était employée de Huwaei jusqu’au mois de janvier dernier, a déclaré au juge qu’un haut dignitaire du renseignement militaire a lui aussi investi une somme colossale. Elle a avancé le montant de 140 millions de francs, soit donc 284.620 euros. Le même responsable aurait forcé la prévenue qui a récemment accouché à signer des documents actant une vente de sa maison. C’est pour cette raison qu’elle aurait fui vers Madagascar le 2 avril avec son mari et leur enfant. Ils seront arrêtés puis extradés. Leur lieu de détention a été tenu secret, alors que normalement toute personne faisant l’objet d’une arrestation doit être conduit dans un poste de gendarmerie. La dame, qui lors du procès avait le droit de sortir allaiter son bébé, accuse le haut gradé du renseignement de subornation.

« Séquestration »

Son avocat a dénoncé la séquestration par des « hommes cagoulés » de sa cliente.

Depuis la sortie de ses révélations, en pleine audience, l’opinion commence à croire que le réseau était en réalité plus rodé qu’on ne le pensait. Jusqu’à lors, la hiérarchie du renseignement n’a pas fait de commentaires. Est-ce une façon de limiter les vagues ? En tout cas, 90% des treize prévenus qui comparaissaient, cr samedi, ont admis avoir participé au business basé sur le placement d’argent dans l’espoir de toucher des commissions en retour avec un taux minimum de 10%. Chacun avait le choix de souscrire à l’offre flash ou la classique. Plus on mettait du temps à récupérer ses bénéfices, plus ceux-ci augmentaient. Cela dépendait bien sûr de la somme placée. Pour amadouer ses clients, Nazra présentait un contrat de sa société avec Huwaei. Le document dont il est question serait un faux d’après la firme chinoise qui rappelons-le est le principal fournisseur d’équipements des deux opérateurs de télécom opérant aux Comores. Au cours du procès, dont le délibéré sera rendu le 22 novembre, l’assistance a découvert également que le receveur général des impôts a investi 51 millions de francs comoriens. L’agent comptable de Comores Telecom reconnait qu’il avait pour sa part seulement participé à hauteur de 8.000 euros. Mais cet argent ne provient pas selon eux des caisses de l’État.

A la fin du procès, les jurés ont levé tous les mandats de dépôt qui visaient les prévenus, sauf Nazra Saïd Hassani. Cette dernière ainsi que ses co-accusés sont poursuivis pour près de treize chefs d’inculpation, dont blanchiment d’argent, escroquerie, corruption, participation à un groupe criminel pour ne citer que ces charges.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1094

Le journal des jeunes

À la Une

Avec la canalisation réparée à Chirongui, un retour progressif de l’eau ce vendredi

La casse d’une canalisation à Chirongui, jeudi soir, perturbait le réseau d’eau depuis dans le sud de Grande-Terre. Celle-ci a été réparée, indique la...

Assises : ils sont sept à répondre de la série de meurtres de Petite-Terre en janvier 2021

Sept accusés de « meurtre en bande organisée » sont jugés depuis ce vendredi devant la cour d’assises des mineurs de Mayotte, au sujet d’une série...

Les Urgences en difficulté faute de médecins

Depuis la semaine dernière, le service des Urgences du centre hospitalier de Mayotte ne fonctionne qu’avec entre un et trois médecins par garde, ce...

Aller chercher de l’eau, un risque pour les migrants de Cavani

Depuis le 22 mars et la fin du démantèlement du camp du stade de Cavani, à Mamoudzou, de nombreux migrants d’Afrique des Grands lacs...

« Des indicateurs de performance pour évaluer l’efficacité des mesures prises »

Circonscription sud. Candidat au scrutin législatif du 30 juin et 7 juillet, Madi-Boinamani Madi Mari (Agir) avait échoué de peu à se qualifier pour...