100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Publicités

Bloqueurs de route à Majicavo: Un nouveau dispositif bientôt en place

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Les jours se suivent, et les barrages érigés par des jeunes autour de Koungou aussi. Lundi soir, ils ont ainsi été une vingtaine à bloquer la route pendant plusieurs heures, alors que la veille un évènement similaire avait lieu à Trévani. En réaction à ce phénomène presque quotidien, la gendarmerie a annoncé déployer un nouveau dispositif « plus offensif ».

C’est un barrage érigé par une vingtaine de jeunes qui a bloqué la circulation lundi soir pendant plus de deux heures à Majicavo Koropa. Alertés par plusieurs appels de riverains inquiets, les gendarmes de la brigade de Koungou, une fois arrivée sur place, ont été « pris à partie par des jets de pierres », témoigne le lieutenant-colonel François Bisquert. L’équipe a ainsi été contrainte de se replier en attendant un renfort de la gendarmerie mobile. « Après quoi le barrage a pu être défait grâce à des tirs de gaz lacrymogène ». Durant les échauffourées, une gendarme a reçu un projectile au niveau du pied, mais sans gravité. Aucun bloqueur de route n’a pu être interpellé, a confirmé la gendarmerie. « C’est toujours pareil sur ce genre d’interventions », déplore encore François Bisquert. « C’est le jeu du chat et de la souris : dès qu’on sort les lacrymogènes ils disparaissent dans les banga ».

Déjà dimanche soir, le même scénario se jouait à Trévani, où 13 grenades lacrymogènes ont été nécessaires pour disperser les jeunes qui barraient la route – alors même que le département était placé en alerte rouge à l’approche du cyclone Belna – et qui ont au passage grièvement blessé par jet de pierre un gendarme mobile au visage. En réaction, la gendarmerie et la préfecture ont annoncé s’engager « dans les jours à venir » dans une nouvelle dynamique de gestion de l’ordre public, « plus offensive » selon les mots du général Philippe Leclercq. « De façon quasi quotidienne, on observe une succession de troubles à l’ordre public générés par des bandes d’adolescents pour agresser des militaires à coups de pierre sur la commune de Koungou et ses villages associés », regrette la gendarmerie.

Enfin, concernant l’axe Majicavo-Koungou, où les bus scolaires faisaient eux aussi très régulièrement l’objet de jets de pierre au mois d’octobre dernier, « la situation est complètement sous-contrôle », assure Philippe Leclercq, « même si à Mayotte il ne faut jamais crier victoire trop tôt ». Les gendarmes déployés en renfort sur ce tronçon y seront encore présents au retour des vacances de noël.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°970

Le journal des jeunes

À la Une

Le retour des gilets jaunes dans le quartier de la Convalescence à Mamoudzou

Ce sont des femmes et des hommes exténués par la montée de la délinquance qui se sont réunis ce dimanche matin à la Convalescence....

22 projets pour 3 lauréats lors du 1er start-up week-end à Mayotte

Du 14 au 16 octobre avait lieu la deuxième édition du concours d’innovation de l’agence de développement et d'innovation de Mayotte (ADIM) ainsi que...

Constructions scolaires dans le 1er degré : cinq experts pour enclencher la remontada

Ce vendredi 15 octobre, la préfecture, le rectorat, l'association des maires et l'agence française de développement ont paraphé une convention quadripartite portant sur l'accompagnement...

Hommage à Samuel Paty : à Mayotte, une violence d’un autre type

Pour honorer la mémoire du professeur d’Histoire-Géographie tué le 16 octobre 2020 après avoir montré des caricatures de Charlie Hebdo pendant un cours, les...

Le directeur général de LADOM en visite au RSMA pour la formation et l’emploi des jeunes de Mayotte

L’agence de l’Outre-mer pour la mobilité et le Service militaire adapté ont renouvelé un protocole d’accord le 14 septembre dernier. Pour l’occasion, le directeur...