Victime de violence policière : Blanchi après 11 années de procédure

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Tabassé par un agent de la Bac et accusé de rébellion, le gérant du Relais des Indes Sylvain Philys a été relaxé la semaine dernière au terme d’une interminable procédure. Son agresseur est condamné, mais les séquelles physiques et psychologiques sont toujours présentes.

2021 commence bien pour Sylvain Philys. Après 11 ans de procédure et de nuits blanches, le gérant du Relais des Indes est enfin relaxé. Lui qui était accusé de rébellion et de coups sur un agent de la Bac est aujourd’hui reconnu comme victime. Son agresseur, condamné 1 an de prison et 10 000 euros d’indemnisation provisoire dans l’attente d’une expertise médicale. De quoi provoquer des larmes de soulagement du père de famille : « J’ai beaucoup pleuré durant toute l’après-midi« , rembobine-t-il timidement. Néanmoins, impossible d’effacer le souvenir de cette nuit infernale qui a bouleversé son quotidien.

Une violence aux séquelles toujours visibles.

L’affaire commence le 15 janvier 2010, lors d’un apéritif dînatoire auquel de nombreux festive est interrompue sur les coups de 23h par un voisin qui se présente comme un « agent de la Bac » excédé par le bruit. Le ton monte. Sylvain Philys encaisse des coups au visage qui le projettent au sol. Alerté par le bruit, le colocataire de l’agresseur prévient ses collègues de la Bac qui interviennent sans ménagement. Sylvain est interpellé « des rangers sur le visage« , comme décrit un gendarme témoin de la scène. En sang, il est placé en cellule sans avoir le droit de porter un tee-shirt. Son calvaire est interrompu deux heures plus tard par un médecin qui déclare son état incompatible avec la garde à vue. Sylvain souffre d’une double fracture au visage. Onze ans plus tard, les séquelles sont toujours visibles. « J’ai mal à la tête tous les jours« , introduit péniblement l’homme de 65 ans. « Je ne peux plus manger d’aliments durs, car les mouvements de ma mâchoire sont douloureux« . Il insiste : « Le pire, c’est le matin. Je peux me forcer à passer un moment avec des amis le soir, mais je sais que les douleurs au crâne seront terribles au réveil« . Désormais, l’entrepreneur n’est « efficace que 4h durant la journée« . Sa vue est aussi endommagée : « Mon œil est rouge tous les matins« , déplore-t-il. À cela s’ajoutent de multiples « douleurs musculaires« . Pourtant : « Lorsque j’ai retrouvé mon calme le lendemain du procès, j’ai ressenti un apaisement au niveau des douleurs. Comme si toute la tension accumulée durant ces années s’était relâchée« , sourit-il.

Le procès d’un agresseur devenu victime

Pour la victime, les conséquences de cette affaire sont visibles à tous les niveaux. « J’ai dû arrêter mon entreprise de carrelage et mon atelier de poterie. Sans le soutien de ma femme et de mes enfants, il était impossible de tenir le choc. Entre le stress du procès et la crainte des agressions à Mayotte, j’ai fait un infarctus« , soupire Sylvain. Outre l’agression, la pression de l’institution constitue un autre traumatisme difficile à oublier : « On m’a accusé de tout ! De m’être rebellé, d’être un agresseur, d’avoir acheté des témoins… J’ai vécu pendant 11 ans sous la menace de 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende« . Un danger réel face à un dossier judiciaire qui, selon son avocat Olivier Tamil, « paraissait presque à charge contre M. Phylis« .

« Je ne peux plus manger d’aliments durs, car les mouvements de ma mâchoire sont douloureux ».

« Lorsque j’ai pris en main l’affaire, j’ai eu comme un sentiment de malaise« . Selon Maître Tamil,  » tout semblait avoir été mis en place pour mettre l’agresseur dans de bonnes conditions ». Rétractation de témoins, faible crédit apporté à d’autres, rapport de l’IGPN inutile… Impossible pour la victime de ne pas se sentir « accablé » durant toutes ces années. « Nous employons aujourd’hui le terme de violence policière, mais l’affaire était jusqu’ici présentée comme celle d’un policier qui s’était défendu d’une agression« , souligne Olivier Tamil. Pour l’avocat, les « incohérences » ne manquent pas. « M. Phylis a par exemple tenté de se défendre en repoussant son agresseur avec un bâton. Celui-ci s’est vu prescrire 3 jours d’ITT pour une petite blessure à l’arcade. Or, il est retourné plus tard chez un autre médecin qui lui a cette fois « prescrit 30 jours d’ITT !« , relève-t-il. Sans parler du point de départ de l’affaire qui constitue, selon l’avocat, « une circonstance aggravante« .

Nouveau départ

« Nous sommes face à un homme qui a pénétré le domicile de M. Phylis sans y être autorisée. Il est venu avec l’intention d’en découdre, et c’est lui qui a donné le premier coup« , rappelle-t-il. Lavé de tout soupçon, le gérant du Relais des Indes s’autorise désormais à rêver d’un avenir positif. « Avec ma femme, nous avions initialement prévu de quitter Mayotte pour nous éloigner de tout ce stress. Finalement, nous allons sûrement rester ici pour développer nos projets« , ambitionne-t-il. Face à un agresseur dont les juges n’ont pas prononcé la non-inscription au casier judiciaire, Sylvain insiste pour ne pas faire d’amalgame. « Je compte beaucoup d’agents dans mon entourage. La plupart me soutiennent et me félicitent d’avoir enduré cette épreuve sans porter le discrédit sur la profession« , martèle-t-il. Prochaine étape : Réaliser des tests médicaux pour déterminer précisément les séquelles à dédommager. D’ici là, Sylvain distille ses conseils auprès d’autres victimes de violences policières : « Tenir bon, continuer de vivre malgré tout, et surtout : trouver un bon avocat« .

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Pour Mansour Kamardine, « les moyens affectés sont en deçà des besoins réels »

Face aux risques de nouvelle flambée épidémique à Mayotte, le député LR Mansour Kamardine martèle depuis plusieurs semaines l'absence de moyens déployés par le...

Crise sanitaire : À la mosquée de Passamaïnty, dernière prière avant le couvre-feu

Les fidèles accueillent avec peu d’enthousiasme les nouvelles restrictions pour lutter contre la propagation du variant de Covid-19 à Mayotte. Surtout au vu des...

Couvre-feu : Les commerçants mahorais obligés de se réorganiser à nouveau

Couvre-feu oblige, les commerçants doivent revoir leur organisation. Horaires aménagés pour les salariés, baisse du chiffre d'affaires… La nouvelle mesure vient aggraver la situation...

Cordées de la réussite : permettre aux élèves mahorais de dépasser leurs limites

Le dispositif Cordées de la réussite fait son entrée à Mayotte cette année, après plus de 12 ans d’existence sur le territoire nationale. 27...

Malgré la fermeture des vols internationaux, Ewa Air pense déjà à rebondir

Éternel optimiste, le directeur général délégué de la compagnie aérienne d'Ewa Air, Ayub Ingar, ne perd ni le sourire ni ses ambitions malgré l'arrêt...