Pompiers de l’aéroport de Mayotte : du ras-le-bol au « sabotage », il n’y a qu’un (faux) pas

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Trois pompiers ont été entendus, ce jeudi, par le procureur de la République puis le juge des libertés et de la détention dans le cadre du déroutement du Paris-Dzaoudzi du 1er octobre. Ils sont ressortis du tribunal judiciaire en liberté conditionnelle avec une audience prévue le 9 décembre. Chez les pompiers du département, l’heure est à la solidarité. Et à aiguiser une défense déjà bien rodée « après deux ans de mépris ».

 L’affaire avait fait grand bruit. Le 1er octobre au matin, l’avion en provenance de Paris est contraint de changer de cap pour aller se poser à La Réunion. Il ne pourra pas, comme prévu, se poser sur le sol mahorais. En cause, la dégradation de matériels nécessaires à la sécurité des atterrissages. Très vite, il est entendu qu’à l’origine de ces actes se trouvent des pompiers grévistes de l’aéroport. « Un acte de sabotage », a dans la foulée réagi le préfet de Mayotte, « condamnant avec la plus grande fermeté ces actes d’une extrême gravité et formant le souhait que leurs auteurs soient très durement sanctionnés ». « Des plaintes seront déposées dès ce matin pour identifier et poursuivre les auteurs de cette action insensée et criminelle qui aurait pu entraîner des conséquences dramatiques », a alors insisté le délégué du gouvernement par voie de communiqué.

« C’est la manifestation d’un ras-le-bol »

Pas question, donc, d’en rester là pour les autorités. Alors, dans la journée de jeudi, trois pompiers ont été déférés au tribunal judiciaire de Mamoudzou après plusieurs heures de garde à vue. Résultat de la rencontre avec le procureur de la République : une mise en examen pour « entrave à la navigation ou à la circulation d’un aéronef », une infraction du Code des transports prévoyant une peine allant jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 18.000 euros d’amende. Est également reproché aux trois pompiers la dégradation de véhicules de secours et la subtilisation de matériel de sécurité. À l’issue de leur présentation devant le juge des libertés et de la détention, les soldats du feu n’auront pas été placés en détention provisoire et bénéficieront d’une liberté conditionnelle toutefois bien encadrée. Dans l’attente d’un jugement programmé pour le 9 décembre.

Un court laps de temps pour préparer la défense des trois pompiers mais qui bénéficient du profond soutien de leurs collègues. « Le plus important était qu’ils soient libérés, maintenant, il va falloir beaucoup travailler avec les avocats. Dans le même temps, nous allons informer au mieux les collègues pour que l’on soit tous ensemble dans le même bateau, envoyer un très fort message de soutien même si l’on ne cautionne pas certaines dérives », confie Colo Bouchourani, le porte-parole de l’intersyndicale des pompiers de Mayotte. Qui n’a pas tout à fait la même lecture des évènements que l’hôte de la Case Rocher. Un « sabotage » ? « Je pense avant tout que ce qu’il s’est passé est la manifestation d’un ras-le-bol. Depuis deux ans, les pompiers de l’aéroport ne font que réclamer de meilleures conditions matérielles et de travail dans un seul objectif : la sécurité des passagers qui dans l’état actuel du service est compromise. Je ne donne pas raison à la méthode, mais je comprends la frustration qui a pu les animer », plaide déjà le porte-parole de l’intersyndicale. En mode contre-attaque.

« On vit dans un monde qui est loin de la grande France »

« On les accuse d’avois mis des passagers en danger, mais ce sont les responsables qui ne veulent rien entendre depuis deux ans et qui refusent de mettre à niveau le service qui font courir le danger de manière quotidienne », lance le pompier. La solidarité est donc de mise chez les hommes en bleu. « Je sais que pour ces collègues c’est très difficile, ils sont abattus et empreints d’une grande tristesse. Mais il nous appartient à tous de les soutenir. La vie est un combat et seuls gagnent ceux qui ne baissent pas les bras et je compte sur eux pour ne pas le faire. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne faut que personne n’en vienne à regretter d’être gréviste, ce n’est pas la question. La cause est bonne, la colère a ses raisons, le problème, là, c’est la manière, qui a dépassé le cadre de la grève », livre Colo Bouchourani dans un discours parsemé de saillies philosophiques bien à lui. « On n’est jamais battu, on reçoit des leçons », lâche-t-il ainsi à la volée.

Mais des leçons, le syndicaliste aimerait que les pompiers ne soient pas les seuls à en recevoir. Et à en tirer. « Mon plus grand souhait avec tout cela, c’est que ça permette enfin d’ouvrir le dialogue. Malheureusement, je suis assez pessimiste quant à cela, on vit ici dans un monde qui est loin de celui de la grande France. Le droit y est bafoué, le mépris est omniprésent. Forcément, ça crée de la colère. J’espère qu’un jour, ceux qui s’appellent responsables ouvriront les yeux là-dessus. » En attendant, lui, continuera à porter la voix.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Destruction de bangas à Kahani : sur 398 personnes, une trentaine de relogés

La préfecture lançait ce lundi une nouvelle démolition d’un quartier informel à Kahani. Une opération rendue possible grâce à la loi Élan, adoptée deux...

CIDE : des cadeaux distribués aux enfants du service pédiatrie de Mayotte

Vendredi, à l'occasion du 31ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, Catherine Barbezieux, la directrice du centre hospitalier de Mayotte, et...

La loi sécurité globale : des forces de l’ordre mahorais satisfaits et des journalistes inquiets

Vendredi dernier, l’Assemblée nationale a voté l’adoption de la loi sécurité globale qui suscite l’indignation du monde des journalistes, soutenus par la population. Elle...

Sea Shepherd à Mayotte : “Nous ne sommes pas là pour faire des ronds de jambe, nous voulons des résultats”

À contre-courant. Alors que les associations locales de lutte contre le braconnage des tortues applaudissent la création d’un groupe de coopération opérationnelle fraîchement annoncé...

Coupe régionale de France : …Et à la fin, c’est M’tsapéré qui gagne !

Après plusieurs mois de tergiversations liées à la crise sanitaire, Mayotte connaît enfin le nom de son représentant au huitième tour de la Coupe...