100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Voitures, billets d’avion pour Madagascar : le maire de Chirongui, son DGS et plusieurs proches de la mairie en garde à vue pour détournement de fonds publics

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

L’heure semble être au règlement de comptes dans la commune du sud. Depuis mercredi matin, le maire (LR) Andhanouni Saïd et plusieurs personnes sont entendus par la brigade financière pour des faits de détournement de fonds publics, prise illégale d’intérêts et délit de favoritisme.

L’information a été confirmée ce jeudi. Le maire de Chirongui Andhanouni Saïd, son directeur général des services (DGS) ainsi que “sept ou huit autres personnes” ont été placées en garde à vue depuis mercredi matin pour “s’expliquer sur un certain nombre de faits qui pourraient avoir une vérification pénale”, explique le procureur de la République Yann Le Bris, joint par téléphone.

Dans le détail, on leur reproche des faits de détournement de fonds publics, de prise illégale d’intérêts, de délit de favoritisme et “le recel de l’ensemble de ces délits par un certain nombre de personnes qui gravitent autour de la mairie”, poursuit le représentant du parquet. Des délits commis sur une période qui court depuis les dernières élections municipales. Dans le viseur des enquêteurs, entre autres : des locations de voitures et des billets d’avion pour Madagascar, dont auraient bénéficié les mis en cause, aux frais de la princesse. Outre le maire et son DGS, un fonctionnaire recruté pour des missions de sécurité en lien avec la mairie a notamment été placé en garde à vue.

maire-chirongui--dgs-mairie-garde-a-vue-detournement-fonds-publics

Climat tendu à la mairie

Jeudi, en milieu d’après-midi, la petite clique était encore entendue par la brigade financière. Il sera ensuite décidé, après étude des pièces du dossier, des suites pénales à donner à cette affaire. “Des poursuites pourront certainement être engagées”, évoque le procureur. Pour ces infractions présumées, commises par des personnes dépositaires de l’autorité publique ou en charge d’une mission de service public, les peines maximales vont de deux ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende (pour le délit de favoritisme) à 10 ans de prison et un million d’euros d’amende – dont le montant peut être porté au double du produit de l’infraction -, si le détournement de fonds publics venait à être prouvé.

maire-chirongui--dgs-mairie-garde-a-vue-detournement-fonds-publics

À noter qu’en l’absence de condamnation, tous restent présumés innocents. Cette garde à vue s’inscrit dans un contexte de changement d’équipe à la tête de la municipalité, avec la victoire d’Andhanouni Saïd (Les Républicains) sur l’ancienne maire Roukia Lahadji (Hanima Ibrahima, candidate malheureuse du parti présidentiel La République en marche. Or, depuis les élections de 2020, et les cantonales cette année, un climat tendu semble régner autour de la mairie. Six mois après les municipales, une perquisition avait déjà eu lieu dans la commune. Et en juin, une plainte avait été déposée pour faire annuler le scrutin du canton de Sada, à cause de la radiation de 200 personnes des listes électorales, parmi lesquelles des proches de l’ancienne maire de Chirongui, pour les élections départementales des 20 et 27 juin.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...