100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Vatel

Le décasage de Bandrélé autorisé par le tribunal administratif

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Le quartier de Mgnambani à Bandrélé est visé par une opération de décasage qui était contestée par ses habitants. Après un report dû à l’attente de la décision du tribunal administratif, la préfecture de Mayotte peut désormais l’effectuer très prochainement. La semaine dernière, la victoire des autorités dans ce même tribunal avait entraîné le décasage de ce mardi à Combani et Miréréni.

Les quatre requêtes déposées par des habitants de Mgnambani ont toutes été rejetées, ce jeudi. Le tribunal administratif de Mayotte ouvre ainsi la voie au décasage de ce quartier de Bandrélé où vivent plusieurs personnes entrées illégalement sur le territoire. Le combat judiciaire de ses habitants, aidés par le Gisti (groupement d’information et de soutien des immigrés), la Ligue des droits de l’homme et la fédération des associations de solidarité avec tous les immigrés, prend ainsi fin par cette ordonnance datée de ce jeudi.

L’affaire dure depuis plusieurs mois déjà, la préfecture ayant produit un premier arrêté le 3 décembre pour procéder au décasage du quartier. Quelques semaines auparavant, une enquête sociale et une visite de l’agence régionale de santé devaient permettre à la fois constater le caractère insalubre des habitations et permettre de proposer des solutions d’hébergement aux habitants. Mais le retrait de l’arrêté a repoussé l’opération à cette année. Les employés de l’Acfav (association départementale pour la condition féminine et aide aux victimes) sont donc retournés sur place, mi-janvier. Là, le climat a alors été très houleux en présence de la population. Des plaintes et des mains courantes ont été déposées d’ailleurs pour menaces de mort. Le tribunal relève, dans son ordonnance, « un contexte de fortes tensions qui dès le mois de janvier 2022 ont entravé la mission sociale de l’Acfav ».

Des habitants sans solution d’hébergement ?

Dans leur argumentaire, les six requérants et les associations font valoir plusieurs points, dont en premier lieu l’absence de propositions d’hébergement. L’avocate des familles, maître Marjane Ghaem, indique par exemple « qu’aucune proposition n’a été faite [à une jeune femme de 20 ans] la contraignant à se maintenir dans un domicile pourtant jugé dangereux ».

Une situation que réfute la préfecture de Mayotte. Selon elle, une proposition a bien été faite le 3 novembre 2021. « S’il est constant que [les deux requérantes] n’ont pas accepté ces offres de relogement, elles n’apportent toutefois aucune précision sur les motifs de leur refus de ces offres ainsi que de tous les contacts qu’ont vainement tenté d’établir avec elles les agents de l’Acfav », estime de son côté le tribunal. Concernant les autres habitants, la préfecture assure que des solutions ont été apportées et mêmes acceptées. En rejetant les requêtes, le tribunal administratif valide ainsi l’arrêté du 2 mars que la préfecture de Mayotte pourrait faire respecter très prochainement.

 

 

Et ensuite ?

D’après nos informations, d’autres décasages pourraient intervenir dans les semaines à venir. L’îlot de M’Tsamboro serait concerné par une opération dans la deuxième partie du mois de mai. Une autre devrait avoir lieu à Doujani, où récemment des éboulements se sont produits.

Pour rappel, celui de Combani et Miréréni, ce mardi, a entraîné la destruction de 122 habitations implantées sur des terrains appartenant au conseil départemental, au SMEAM (syndicat mixte d’eau et d’assainissement de Mayotte) et à des propriétaires privés.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1000

Le journal des jeunes

À la Une

Toutes les informations à connaître sur vos candidats aux élections législatives

Le ministère de l’Intérieur a publié ce mardi 24 mai la liste des candidats officiels enregistrés en préfecture pour le 1er tour des élections...

La Cimade annule sa procédure judiciaire entamée contre le Collectif des Citoyens

Le procès à l’encontre de trois membres du Collectif des Citoyens poursuivi par la Cimade, qui devait avoir lieu ce mardi 24 mai, a...

Une boutique pédagogique pour former les futurs professionnels de la vente à Sada

Premier dispositif de cette envergure à Mayotte, la boutique pédagogique du lycée de Sada a ouvert ses portes salle B210, ce mardi 24 mai...

Débat télévisé : une question de légitimité …

Dans le cadre des élections législatives 2022, la télévision publique organise ses traditionnels débats permettant aux différents candidats en lice de défendre leurs programmes...

Diabète : « Si une personne est petite et en surpoids, il y a déjà un facteur de risques. »

Ce mardi 24 mai se déroulait une matinée de sensibilisation sur la thématique du diabète. Organisée par le centre communal d’action sociale de la...
/* CODE DE SUIVI LINKEDIN----------------------------------------*/