10 ans de réclusion criminelle pour avoir éborgné un policier de la BAC en 2018

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

L’accusé, âgé de 17 ans au moment des faits, n’a pas bénéficié de l’excuse atténuante de minorité. Il repart à Majicavo pour sept ans supplémentaires.

10-ans-reclusion-criminelle-eborgne-policier-bac-2018Le verdict est tombé vendredi, après un jour et demi de procès. La cour d’assises des mineurs a condamné à dix ans de prison – et autant d’interdiction de territoire français – l’homme accusé d’avoir éborgné le major de la brigade anti-criminalité (BAC) Philippe Meyer en 2018. À l’annonce de la décision, c’est comme un soupir de soulagement collectif qui a été relâché du côté de la victime et de ses proches. “Je suis soulagé ! Quand je suis venu, je n’attendais rien de ce procès car je pensais qu’il n’allait écoper que de quatre ou cinq ans, étant donné qu’il était mineur. Et il a finalement pris plus que les réquisitions de l’avocat général”, a soufflé Philippe Meyer après une accolade avec ses anciens collègues, venus le soutenir dans cette étape difficile de sa reconstruction.

“Après ça, il n’a plus jamais été le même”

Le policier avait reçu un projectile au visage, lors d’une intervention le 24 mai 2018 à Passamaïnty après des troubles à l’ordre public à la sortie d’un mourengué. Avec plus d’une dizaine de fractures à la mâchoire, au visage, et au plancher orbital de son œil gauche, le major avait finalement perdu l’usage de son œil. Depuis trois ans, la victime enchaîne donc les opérations, au CHM la nuit de l’agression, puis à La Réunion où il avait été évasané, et encore en métropole. Des blessures qui ont eu des séquelles irréversibles tant sur les plans physiques, psychologiques que professionnels ou familiaux. “À l’époque, mon père, il savait faire la part des choses entre son travail et quand il rentrait à la maison. Après ça, il n’a plus jamais été le même”, témoigne son fils, qui s’est constitué partie civile, comme l’un de ses collègues présent la nuit de l’intervention.

La peine est légitime sans que cela ne répare jamais le préjudice subi par la victime, ni n’atténue le sentiment de colère et d’injustice”, confirme à la sortie de l’audience Maître Le Bonnois, l’avocat du major Philippe Meyer, avec un regard en direction du garçon toujours marqué par cette agression. Plusieurs fois à la barre, l’accusé avait tenté de présenter ses excuses au policier ainsi qu’à son fils. “À la fin, il s’est retourné vers mon père et moi et je bouillonnais, je me suis dit ‘‘comment il ose s’adresser à nous ?’’”, enrage le jeune homme, qui s’est retrouvé seul du jour au lendemain à 17 ans, à Mayotte.

 

Pas d’excuse de minorité pour l’accusé

 

Ces mots n’auront donc pas trouvé d’écho salvateur, ni chez les victimes, ni du côté de la cour et des jurés… Accusé de violences volontaires ayant entraîné une infirmité permanente sur personne dépositaire de l’autorité publique, l’homme, qui avait 17 ans au moment des faits, aurait pu bénéficier d’une atténuation de sa peine, à savoir la moitié de celle encourue par un majeur pour des faits similaires (15 ans de réclusion criminelle). Mais la cour d’assises a choisi d’exclure l’excuse atténuante de minorité, et a même alourdi les réquisitions de l’avocat général, qui demandait huit ans de prison ferme. L’accusé, qui a déjà effectué trois ans de détention provisoire, repart donc à Majicavo pour les sept prochaines années. “J’espère qu’il prendra ce temps pour réfléchir à ses actes”, hausse les épaules Philippe Meyer, d’un air un peu contrit. Comme s’il n’osait trop y croire…

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayottehebdo n°960

Le journal des jeunes

À la Une

Issihaka Abdillah : « Le paysage politique mahorais est encore très incertain »

À l’annonce des résultats du scrutin pour ce premier tour des élections départementales, certains candidats de l’île étaient déjà en train de nouer les...

Medef : Carla Baltus et sa liste reconduites à l’unanimité à Mayotte

Sans surprise, la présidente sortante du Medef Mayotte a été réélue par les adhérents du syndicat patronal. Elle repart donc pour un mandat de...

Abstention à Paris, renouvellement à Mayotte

Au centre du jeu politico-médiatique, le chef de l’État, Emmanuel Macron, doit scruter les élections départementales et régionales avec une attention particulière. C’est un...

Après plus d’un an d’absence, les cafés Naturalistes signent leur grand retour à Mayotte

Crise sanitaire oblige, les Naturalistes de Mayotte ont dû mettre en stand-by leurs conférences mensuelles, qui signent leur retour ce mardi 22 juin au...

Le cabinet mahorais de conseil au service de l’entrepreneuriat féminin depuis 20 ans

Le 15 juin dernier, le cabinet mahorais de conseil soufflait ses vingt bougies. L’occasion pour sa fondatrice et gérante, Sanya Youssouf, de rappeler son...