test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Les enseignants de la cité scolaire de Dzoumogné demandent une réaffectation

À lire également

Un groupe de randonneurs dépouillé au Mont Choungui

Une nouvelle agression s'est produite le vendredi 23 juillet à l'occasion de l'ascension du Mont Choungui. Si aucun blessé n'est à déplorer, l'organisateur de...

Violences à Miréréni-Combani : « Nous nous demandons si nous vivons en France ou en Afghanistan »

Depuis un an, les habitants de Miréréni et de Combani ne dorment plus sur leurs deux oreilles et se renvoient constamment la balle face...

Interpellation musclée à la barge : la nécessaire protection de l’identité des policiers à Mayotte

D’après le représentant syndical, Bacar Attoumani, les individus arrêtés ce mardi à la descente de la barge à Mamoudzou tentaient d’intimider un policier hors...

Les habitants du lotissement Sim de Kwalé montent au créneau

Suite aux violences survenues à Koungou fin février dernier, les habitants du lotissement Sim de Kwalé sont sur leurs gardes. En effet, le programme...

Confrontés à des affrontements quotidiens, les enseignants de la cité scolaire de Dzoumogné disent stop. Ils ont envoyé un courrier au recteur de Mayotte pour demander leur réaffectation. Ce dernier a suspendu les cours jusqu’à lundi. Et côté forces de l’ordre, une grosse opération a été menée en réponse, ce mercredi matin (voir encadré).

A Dzoumogné, la situation est devenue intenable ces dernières semaines. Les affrontements violents avant les vacances de février ont repris de plus belle à la rentrée. Aux abords du lycée polyvalent et du collège, les cailloux pleuvent, quand ce ne sont pas des jeunes cagoulés et armés de machettes qui déboulent devant les établissements. « C’est de pire en pire. Avant, c’était plutôt 13h. Là, c’est dès le matin », note Patrick Dedieu, enseignant au lycée polyvalent. Les collègues de plus en plus souvent agressés ou traumatisés, le gaz lacrymogène qui envahit la rue, le climat n’incite plus au travail. « On arrive le matin et on ne sait comment va se dérouler la journée », raconte Julien Sablier, lui aussi professeur en génie civile au lycée. Les deux hommes font partie des signataires du courrier envoyé au rectorat pour demander une nouvelle affectation. Presqu’une soixantaine de noms y figure, collège et lycée inclus.

« L’insécurité aux abords et dans nos établissements met en cause notre intégrité et notre sécurité physique, matérielle et morale ainsi que celle de nos élèves. Nous demandons donc collectivement que soit proposée à toutes et tous (contractuels et titulaires) une autre affectation car notre employeur a montré son incapacité à nous permettre de nous rendre sur notre lieu de travail et de travailler en sécurité », est-il écrit dans la missive. Au rectorat justement, on dit « avoir conscience du problème ». Alors que le personnel de la cité scolaire a annoncé exercer son droit de retrait, le recteur a lui-même suspendu les cours, au moins jusqu’au lundi 27 mars. « Il est évidemment inquiet pour la sécurité du personnel. La situation sur place n’est pas acceptable », rapporte Pascal Lalanne, conseiller du recteur pour les établissements et la vie scolaire. Il admet que les missions de sécurité ne sont pas assurées et « qu’il faut restaurer l’ordre ». Des cellules psychologiques vont être mises en place, promet-il, étant d’accord avec le personnel sur place, « qu’aucun n’enseignant n’est préparé à ça, parce que ça ne devrait tout simplement pas exister ».  Il promet que tous les acteurs seront rencontrés, notamment le transport scolaire (arrêté sur l’établissement jusqu’à lundi) qui devient souvent une cible. 

Une guerre entre deux alliances

Le fléau qui gagne Dzoumogné, c’est la rencontre de plusieurs bandes issues de villages différents. « Il y a deux alliances principales. Les jeunes de Dzoumogné, Koungou et Kawéni ont pris l’habitude d’affronter un front composé de Vahibé, Cavani et Majicavo », explique Julien Sablier. Cette guerre incessante, même à la gendarmerie, on ne l’explique pas. « La nature a horreur du vide. Des fois, c’est Kahani, d’autres Koungou ou Majicavo », constate le chef d’escadron Laurent Seurin, commandant de la compagnie départementale. Celui-ci défend le dispositif mis en place autour des établissements, assurant que Dzoumogné fait partie « des points d’attention de ces équipes ». Aux professeurs qui notent que la présence des militaires n’est pas continue ou « trop petite » aux abords des établissements, il rétorque qu’ils alternent entre les points fixes et « les patrouilles dans la zone. On doit montrer aux riverains qu’on est là », mentionne-t-il. Conscient que les forces de l’ordre sont très attendues sur ce secteur, il a lancé une grande opération de maintien de l’ordre, ce mercredi (voir encadré).

Tous espèrent en tout cas que le climat s’apaise pour que les enseignants puissent reprendre sereinement le travail et que les élèves, pas épargnés, retournent en cours. « Dans les bons jours, il y a que 25% d’absentéisme au lycée », constate le professeur en génie civile. 

Une démonstration de force en réponse

Près d’une soixantaine de gendarmes, accompagnés de la police aux frontières, ont quadrillé Dzoumogné, ce mercredi, de 9h à 13h30. « Il y avait plusieurs aspects. Il fallait une reprise de terrains, même si je pense qu’on ne l’a jamais lâché selon moi. On voulait rassurer la population et montrer qu’on est présent à n’importe quelle heure », indique le commandant de gendarmerie. Le centre de Dzoumogné, les abords de la cité scolaire, de l’hôpital et mêmes des rivières ont été fouillées. Dix étrangers en situation irrégulière et deux autres individus recherchés pour des faits de trouble à l’ordre public ont été appréhendés. Le commandant n’exclut pas de répéter ce type d’opérations dans un délai très proche.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...

Sania Toumani, la petite fée du Magic de Passamaïnty

A 22 ans, la jeune sportive Sania Toumani est immanquablement l’une des meilleures joueuses de basket-ball de Mayotte. Son club, le Magic basket de...

Le double projet de loi Mayotte au point mort

Propositions, discussions, tractations, et au final abandon ?  Le double projet de loi Mayotte est de nouveau mis au placard par les ministres du gouvernement...