test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Il nous faut juste le courrier et ce sera moi le premier à lever le barrage »

À lire également

Un groupe de randonneurs dépouillé au Mont Choungui

Une nouvelle agression s'est produite le vendredi 23 juillet à l'occasion de l'ascension du Mont Choungui. Si aucun blessé n'est à déplorer, l'organisateur de...

Violences à Miréréni-Combani : « Nous nous demandons si nous vivons en France ou en Afghanistan »

Depuis un an, les habitants de Miréréni et de Combani ne dorment plus sur leurs deux oreilles et se renvoient constamment la balle face...

Interpellation musclée à la barge : la nécessaire protection de l’identité des policiers à Mayotte

D’après le représentant syndical, Bacar Attoumani, les individus arrêtés ce mardi à la descente de la barge à Mamoudzou tentaient d’intimider un policier hors...

Les habitants du lotissement Sim de Kwalé montent au créneau

Suite aux violences survenues à Koungou fin février dernier, les habitants du lotissement Sim de Kwalé sont sur leurs gardes. En effet, le programme...

Au lendemain de la visite à Mayotte du ministre de l’Intérieur et de l’Outre-mer, Gérald Darmanin, le mot d’ordre demeure de barrer les routes tant que les engagements évoqués par ce dernier ne seront pas couchés sur le papier. Une consigne des Forces vives suivie à la lettre par les barragistes.

« Moi aussi je peux écrire un courrier. Vous, vous pouvez écrire un courier. » Le barrage de Passamaïnty tient toujours debout ce lundi matin, vers 11h30, au lendemain de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin. Moina*, une de celles qui tiennent ce blocage dans la commune de Mamoudzou depuis qu’il a été érigé, ne s’est pas laissée convaincre par le ministre et sa délégation. Ce dernier a annoncé ce dimanche la fin du droit du sol à Mayotte et du titre de séjour territorialisé, entre autres mesures. L’engagement doit être affirmé par le biais d’une lettre qui doit être signée avant ce mardi soir.
« Moi j’aurais voulu qu’il vienne avec des preuves que le processus pour rendre ces lois concrètes était déjà en cours. Cela fait des semaines que les barrages ont commencé, des mois que la population alerte sur l’insécurité et l’immigration clandestine », continue la barragiste, qui estime que les processus législatifs nécessaires à la mise en place de ces mesures auraient dû être entamés depuis longtemps.

« Poudre de perlimpinpin »

Pour Moina, le futur courrier ne sera qu’un symbole de plus, qui n’engagera en rien l’État. « Je n’ai pas beaucoup d’espoir. Encore des paroles », estime celle qui désigne ces annonces de « poudre de perlimpinpin », reprenant volontiers l’expression remise au goût du jour par le président de la République Emmanuel Macron en mai 2017, lors du débat d’entre-deux-tours de l’élection présidentielle face à Marine Le Pen, alors que cette dernière défendait sa proposition d’expulser les fichés S et de fermer les frontières pour lutter contre le terrorisme.
« Darmanin a joué de la flûte ! », lance un passant à proximité, en entendant les propos de Moina. Malgré sa méfiance vis-à-vis des promesses du gouvernement, qui doivent trouver un cadre dans la loi Mayotte avant l’été, la militante de Passamaïnty écoutera les consignes des Forces vives : « On attends les instructions. On ne lèvera pas les barrages avant ça. » Et si tout ce qui a été convenu entre les élus, les représentants des Forces vives, Gérald Darmanin et la ministre déléguée en charge des Outre-mer, Marie Guévenoux, lors de leur réunion au rectorat ce dimanche n’est pas spécifié dans la lettre attendue mardi soir, les blocages continueront, selon elle. Le reste de la petite dizaine de femmes présentes vers 11h30 au barrage ne souhaitent pas s’exprimer. « On pense toutes pareil de toute façon », affirme Moina.

« On attend le courrier »

Un peu plus tard, vers midi, à Tsararano, dans la commune de Dembéni, les voitures garées le long de la chaussée accueillent celles et ceux qui voudraient entrer dans le village. Pour des camions poubelle et citerne, des bus, des ambulances et des voitures de soignants, la barrière est levée. Pour les autres, c’est demi-tour ou créneau et le reste à pied. Un drapeau français orne le barrage sur lequel une petite dizaine de personnes sont postées.
Ici, la perspective d’un courrier d’engagement a davantage convaincu les barragistes. « On veut un engagement écrit. On en a marre des promesses. En 2011 et en 2018, on s’est fait bernés. Alors là, on attend le papier. Et croyez-moi, je serai le premier à lever les barrages et à chanter quand on l’aura reçu », prévient Youssouf*, présent sous une des tonnelles prévues pour abriter les manifestants de la pluie et du soleil. Ce dernier est conscient que les mesures annoncées vont devoir passer différentes étapes législatives avant de pouvoir être effectives. « Je sais bien que ça ne pourra pas se faire du jour au lendemain. Mais au moins, ce sera écrit quelque part », se félicite celui qui a bon espoir de n’avoir plus que trois ou quatre mois à endurer l’insécurité au quotidien.

Même refrain du côté de Yanis*, qui garde le blocage de Tsararano depuis le début du mouvement, de jour comme de nuit. « Il nous faut juste le courrier avec ce qui a été convenu, et ce sera moi le premier à lever le barrage », assure-t-il, juste avant de hisser, justement, la barrière pour laisser passer le véhicule d’un soignant.
Un peu plus haut, au niveau des voitures garées sur le bas côté avant d’entrer dans le village depuis Mamoudzou, deux automobilistes patientent : « On sait que le ministre a annoncé des choses hier. On a voulu voir si on allait pouvoir passer avec la voiture. » Bien essayé, mais il faudra attendre jusqu’à mardi soir pour espérer entrevoir une levée des barrages. Pendant ce temps, le gouvernement, lui, est attendu au tournant.

*Nom d’emprunt

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...