« Le bruit des vagues », un court métrage empirique entre Anjouan et Mayotte signé Quentin Gleitz

À lire également

Avec le confinement, les demandeurs d’asile à Mayotte prisonniers du désespoir

Habitués à une galère quotidienne en espérant, un jour, obtenir le précieux statut de réfugiés, les demandeurs s’asile vivent le confinement comme un nouveau fléau. Les empêchant de se nourrir et d’alimenter encore un peu leur foi en une vie meilleure.

 

Les enfants des kwassas, symboles des reconduites expéditives à Mayotte

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 25 juin la France dans l’affaire de la reconduite aux Comores de deux enfants en 2013. Sept violations ont été retenues, dans cette histoire qui illustre la politique de rattachement des mineurs à un tiers pour accélérer les procédures d’éloignement. 

Chronique judiciaire : Du réseau de passeurs au business de l’immigration clandestine à Mayotte

Entre 2014 et 2017, une équipe de passeurs à Mayotte a mis en place un business pour acheminer des clandestins des Comores à l’îlot Mtsamboro, puis de l’îlot aux côtes mahoraises. Et les passagers apprenaient au dernier moment qu’ils devaient payer les deux traversées….

Sans accord avec les autorités aux Comores, la politique “incohérente” de la LIC à Mayotte

Interpellations et expulsions ont repris, alors même que les frontières des Comores restent officiellement fermées. Une situation que dénoncent syndicats et associations.

De retour d’une expérience d’un an à Mayotte, Quentin Gleitz, étudiant en médecine, vient de sortir un moyen métrage de 20 minutes intitulé « Le bruit des vagues » dans lequel il raconte sa traversée depuis Anjouan en kwassa et relate les histoires bien souvent dramatiques de ces clandestins. Une auto-production qui fait beaucoup jaser dans le 101ème département tant le sujet divise.

 « Je ne suis pas professionnel », souligne d’emblée Quentin Gleitz, le réalisateur du court métrage « Le bruit des vagues », sorti le 14 novembre dernier. Médecin aux urgences de Saint-Étienne aujourd’hui, il se lance dans ce projet en 2018, année durant laquelle il séjourne à Mayotte pour travailler avec des jeunes en errance pour une association locale. « J’avais vraiment envie de passer un message, j’avais le sentiment de ne pas en faire assez face à ce drame humain. » Pendant un an, il vit à quelques encablures du plus grand bidonville de France, à Kawéni, où il habite avec un groupe de Mahorais. Une expérience singulière, à l’opposé des strass et des paillettes, du quotidien de la plupart des mzungus présents sur l’île. Les rencontres fortuites forgent son caractère et le plongent dans moult récits, comme la traversée aussi bien symbolique pour certains que controversée pour d’autres en kwassa. Un déclic pour celui qui se décrit comme un personnage empirique. « J’ai besoin de sentir, de voir, de toucher. »

En recherche de réponses sur cette question centrale de l’immigration illégale, le jeune homme de 29 ans échange avec un passeur comorien. « Il avait besoin de nourrir sa famille. Il a cédé à cette tentation de faire passer de la chair de clandestins, même si ce n’est pas excusable. Le jugement est vite fait quand certains disent que ce sont arnaqueurs… » Rapidement, il se retrouve en contact avec la tête du réseau. Vient alors le temps de la négociation. Son interlocuteur, « parmi une bande de moins d’une dizaine de gars », se laisse convaincre de le transporter, moyennant 200 euros… pour un aller simple direction Mayotte, après avoir rejoint Anjouan légalement avec le Maria Galanta. Une seule nuit sur place avant le grand départ vers 23h le 25 août.

« Le temps se dilate, nos pensées s’arrêtent »

Durant une dizaine d’heures, une « grosse » vingtaine d’individus et Quentin Gleitz s’entassent tant bien que mal dans une « vieille barquasse sans gilets de sauvetage, avec des moteurs complètement pétés ». Avec dans un coin de la tête, la possibilité de chavirer à cause de l’eau qui se fracasse sur le fond du bateau. « Le temps se dilate, on ne peut se rattacher à rien. Nos pensées s’arrêtent, on subit le fatalisme », décrit-t-il, comme s’il se faisait encore balayer l’esprit au rythme des vagues. Dans le film, quelques images sombres témoignent de son épopée et de ses premiers pas sur la terre ferme. Le moment pour lui d’accompagner « les plus lents », « les indigents des indigents ». « L’un d’entre eux marche comme un insecte nocturne. Un vieillard parkingsonien commence sa marche tremblante au bord d’un précipice. Une obèse traîne son baluchon décharné », relate-t-il en guise de voix off.

En plus de cette immersion, Quentin Gleitz partage quatre « histoires touchantes et dramatiques ». Celles de Soufiane, Isa, Bweni et Kazamis. Des survivants. « Des destins hors normes » qui auraient chacun mérité un documentaire spécifique, mais le format du court métrage de 20 minutes « est un casse tête diplomatique », donc il a fallu « condenser » leurs 45 minutes de rush respectif. D’autant plus que le médecin de profession évoque de nombreux sujets, à l’instar de la guerre maritime dans le canal du Mozambique, la prostitution, l’esclavagisme, la drogue, la santé, l’éducation… Tout un panel qui se mélange et qui fait perdre de la saveur à son titre de film. « C’est une vue d’ensemble ! J’avais besoin de parler de tout ça car je l’ai ressenti : les écoles barricadées, les policiers dans les rues durant les barrages… Chaque chose était importante à aborder. Mais effectivement, j’ai conscience que ça aurait plu à beaucoup de personnes que je me concentre uniquement sur la traversée. »

« Ca m’a mis à dos quelques Mahorais »

Toujours est-il que « Le bruit des vagues » a été partagé plus de 200 fois sur sa page Facebook. Et qu’il a créé de nombreuses controverses et de l’animosité sur d’autres groupes, dont certains ont même lancé un sondage pour savoir s’il fallait garder ou tout simplement supprimer la publication… « Ca a suscité énormément de rage et d’incompréhension. Ca m’a mis à dos quelques Mahorais. » Que le film soit adulé ou rejeté, le but premier reste le même pour Quentin Gleitz : « Créer une réaction d’empathie envers les sans-papiers à Mayotte. » Et si possible « qu’il y ait une résonance en métropole ». Cette histoire, cette expérience, reste et restera à jamais la sienne, que l’on aime ou pas.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°945

Le journal des jeunes

À la Une

M’safara : un voyage dans les airs pour lutter contre l’arrivée de kwassas à Mayotte

Il y a un mois, le préfet Jean-François Colombet annonçait sa décision de solliciter des structures privées pour lutter contre l’entrée illégale et massive...

Pour accueillir toujours plus d’élèves, le rectorat de Mayotte met les bouchées doubles

Huit collèges, quatre lycées, six cuisines centrales, quatre internats. Pour accueillir au mieux les élèves de Mayotte, le rectorat poursuit un ambitieux plan de...

Délinquance, immigration clandestine, habitat illégal… les chiffres clés de l’année 2020 à Mayotte

La préfecture et le procureur de la République de Mayotte viennent de publier conjointement les chiffres clés de la lutte contre la délinquance, l'immigration...

Tribune libre : Renforcement des aides à Acoua

Nous sommes à presque une semaine des intempéries qui ont lourdement touché le village d'Acoua. Deux images très marquantes sont restées dans ma tête....

Confinement : Jean-François Colombet n’est pas fâché contre les Mahorais mais…

Le locataire de la Case Rocher est intervenu sur le plateau de Mayotte la 1ère hier soir. Sans surprise, il a annoncé la poursuite...