100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Centre de vaccination de M’Gombani : 2 bénévoles de la Croix Rouge en situation irrégulière interpellés, puis relâchés

À lire également

Avec le confinement, les demandeurs d’asile à Mayotte prisonniers du désespoir

Habitués à une galère quotidienne en espérant, un jour, obtenir le précieux statut de réfugiés, les demandeurs s’asile vivent le confinement comme un nouveau fléau. Les empêchant de se nourrir et d’alimenter encore un peu leur foi en une vie meilleure.

 

Les enfants des kwassas, symboles des reconduites expéditives à Mayotte

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 25 juin la France dans l’affaire de la reconduite aux Comores de deux enfants en 2013. Sept violations ont été retenues, dans cette histoire qui illustre la politique de rattachement des mineurs à un tiers pour accélérer les procédures d’éloignement. 

Chronique judiciaire : Du réseau de passeurs au business de l’immigration clandestine à Mayotte

Entre 2014 et 2017, une équipe de passeurs à Mayotte a mis en place un business pour acheminer des clandestins des Comores à l’îlot Mtsamboro, puis de l’îlot aux côtes mahoraises. Et les passagers apprenaient au dernier moment qu’ils devaient payer les deux traversées….

Sans accord avec les autorités aux Comores, la politique “incohérente” de la LIC à Mayotte

Interpellations et expulsions ont repris, alors même que les frontières des Comores restent officiellement fermées. Une situation que dénoncent syndicats et associations.

Deux bénévoles de la Croix Rouge française ont été interpellés alors qu’ils devaient travailler au centre de M’Gombani ce samedi. S’ils ont été relâchés dans la foulée, l’affaire interroge alors que la campagne de vaccination contre le Covid-19 doit se poursuivre à Mayotte.

Leur journée a bien failli tourner au vinaigre. Deux bénévoles de la Croix Rouge française, en situation irrégulière sur le territoire, ont été interpellés, samedi, alors qu’ils devaient effectuer leur mission au centre de vaccination de M’Gombani. Ils auront vite été relâchés après un coup de fil de la préfecture, étant entendu qu’ils effectuaient là une action d’intérêt général.

Deux personnes ont effectivement été interpellées, deux bénévoles dont on avait besoin sur le centre de vaccination, elles ont donc été libérées très rapidement sur demande de la préfecture et sont retournées à leur mission”, confirme la sous-préfète chargée de la lutte contre l’immigration clandestine, Nathalie Gimonet. “La police aux frontières, plus précisément l’unité GAO (groupe d’appui opérationnel) a fait son travail, qui est de réaliser des contrôles d’identité : si la personne peut prouver la régularité de son séjour à Mayotte, aucun problème ; si elle ne peut pas fournir de preuve de la régularité de son séjour, elle est interpellée pour vérification ultérieure. Cela ne veut pas dire reconduite tout de suite”, précise-t-elle.

Des bénévoles formés pour prêter main-forte

D’après un syndicat de police, l’un des deux bénévoles se faisait emmener au travail en scooter, quand il a été contrôlé. Il portait alors son t-shirt aux couleurs de la Croix Rouge, mais n’avait pas d’ordre de mission sur lui. “Il n’avait pas de papier, alors les collègues ont appelé la préfecture : son dossier avait été refusé depuis 2019, et il n’avait pas de papier indiquant un éventuel recours au tribunal. Donc ils rentrent au commissariat, ils entament la procédure, et avant de partir pour le CRA, ils reçoivent un appel pour le relâcher. Sans aucune explication !”, s’étonne le représentant syndical.

Le fait est que la participation des bénévoles à la gestion de crise, plus encore depuis l’épidémie du Covid-19, est essentielle au territoire. La plupart, en situation régulière ou non, ont d’ailleurs suivi des formations pour travailler dans les centres de dépistage ou de vaccination, dispensées par l’agence régionale de santé, ou la Croix Rouge elle-même. L’un des bénévoles interpellés ce samedi avait notamment reçu une formation pour administrer les piqûres, selon ce même syndicat.

Des contrôles abusifs aux abords des centres

D’après nos informations, les candidats à la vaccination n’ont, eux, pas été inquiétés ce samedi au centre de M’Gombani. Mais l’affaire n’est pas sans rappeler certains contrôles abusifs qui ont déjà pu avoir lieu dans le passé, alors même que la campagne de vaccination est primordiale pour le département. En août dernier, des agents du centre de vaccination de Koungou, commune dont le taux de vaccination était le plus faible de l’île, avaient constaté dans nos colonnes que la présence de la PAF constituait un frein pour une partie de la population, en situation irrégulière.

Contacté, le président de la délégation de la Croix rouge à Mayotte n’a pas souhaité réagir. Si la vaccination a bien progressé sur le territoire, avec 78,1% de la population cible ayant reçu au moins une dose selon les dernières données de l’ARS, l’épidémie circule toujours. Au 22 octobre, 39 nouveaux cas avaient été détectés sur une semaine.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...