Avec le Park Numérique, l’acculturation digitale devient réalité à Mayotte

À lire également

La filière cosmétique à Mayotte se refait une beauté réglementaire

Les professionnels qui souhaitent s’investir dans les produits cosmétiques ont été conviés à une matinée de formation le 26 novembre à la Chambre de...

La réserve de la gendarmerie, l’atout pour anticiper l’insécurité à Mayotte

Lundi se tenait la cérémonie de clôture de la préparation militaire gendarmerie au lycée de Tsararano. Les dix-huit nouveaux réservistes vont ainsi renforcer les...

Portes ouvertes : à l’école de la mode de Mayotte, le quartier et la région marchent sur le podium

Vendredi et samedi avaient lieu les premières portes ouvertes de l’École régionale des métiers de la mode, à M’Gombani. Un baptême de feu réussi...

À 24h d’un stage au Kenya et au Rwanda, 11 jeunes se voient refuser leur départ

Ce jeudi 25 février, le centre de formation DAESA devait envoyer 11 jeunes au Kenya et au Rwanda pour un stage entreprise d'une durée...

La semaine dernière, le Park Numérique a organisé une formation à la cité des métiers. Le but : former des ambassadeurs pour apporter du savoir à l’acculturation digitale dans le 101ème département, auprès d’un large public de bénéficiaires. Et ainsi faire monter en compétence le territoire dans l’espoir de générer de l’emploi.

« Il y a deux semaines, j’ai garé le bus dans la cour de l’école élémentaire de Majicavo. En deux jours, pas moins de 250 élèves ont été sensibilisés sur la manière dont on peut étudier avec une tablette », glisse d’un air nostalgique Fatima. Avec son bolide, la conseillère numérique à la cité des métiers sillonne les quatre coins de l’île depuis le 5 avril. « Regardez, on a cinq boîtiers 4G sur le côté et une télé interactive au fond », s’empresse de compléter Faira, sa collègue, au moment d’ouvrir les portes du « camion ». Mais encore leur fallait-il un certain bagage technique pour apporter tout leur savoir-faire à l’acculturation digitale. C’est tout l’objet de la formation dispensée à sept personnes la semaine dernière par le Park Numérique, lauréat en fin d’année dernière de l’appel à projets Innovation Mayotte 2020 lancé par le conseil départemental. Qui a dans la foulée créé son entité sur l’île aux parfums.

park-numerique-acculturation-digitale-mayotte

Son ambition : faire du numérique un levier d’apprentissage et d’insertion professionnelle pour tous les publics dans le 101ème département. Pour cela, il apparaît essentiel d’« avoir des ambassadeurs auprès des bénéficiaires », précise Grégory Guillou, le référent en Martinique, présent sur le territoire durant la session de cinq jours. « On nous a appris à mieux nous connaître et à avoir en tête un programme d’accompagnement », complète Faira, encore agréablement marquée par son coaching en neuro-éducation. Mais pas seulement. « On a approfondi nos connaissances sur la robotique et la programmation. » Essentiel sachant que celles-ci sont imposées par l’Éducation nationale depuis 2016. D’où les récentes interventions dans les établissements scolaires.

 

Diffuser de l’essaimage

 

Pour réussir le pari de la lutte contre l’illectronisme, de la continuité pédagogique ou encore de la dématérialisation, le Park Numérique a une approche dite en escalier : sensibilisation, détection, montée en compétences, formation qualifiante, pré-qualifiante et certifiante… « On a noué des partenariats avec Action Logement et Mlézi Maoré et on va intégrer le cluster numérique », confie Pascal Pierre-Louis, le président de la fédération, avant d’annoncer la signature d’une convention avec le Carif-Oref dans le but d’installer une école du numérique, comme c’est déjà le cas dans d’autres territoires métropolitains et ultramarins. « On va diffuser de l’essaimage à partir de 6 ans ! Sans oublier de faire en sorte que les parents ne soient pas trop décrochés. »

park-numerique-acculturation-digitale-mayotte

Responsable de la cité des métiers à Koungou, Abdou affiche, lui aussi, un large sourire à la sortie de cette formation. Une belle reconversion pour cet ancien militaire. « Le système Félin (fantassin à équipements et liaisons intégrés) m’a poussé vers la numérique », souligne le quadragénaire, passionné par les nouvelles technologies, qui s’attèle désormais à aider ses interlocuteurs à se réorienter et à mettre un pied dans le monde du travail. À l’instar des autres formés, il a bien conscience de la tâche qui l’attend puisque la France recherche pas moins de 100.000 développeurs. « Si on fait bien monter en compétences le territoire, on peut générer de l’emploi et de l’entrepreneuriat sur le marché africain », conclut Grégory Guillou. Et peut-être, par la même occasion, façonner les pépites de demain.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayottehebdo n°960

Le journal des jeunes

À la Une

Issihaka Abdillah : « Le paysage politique mahorais est encore très incertain »

À l’annonce des résultats du scrutin pour ce premier tour des élections départementales, certains candidats de l’île étaient déjà en train de nouer les...

Medef : Carla Baltus et sa liste reconduites à l’unanimité à Mayotte

Sans surprise, la présidente sortante du Medef Mayotte a été réélue par les adhérents du syndicat patronal. Elle repart donc pour un mandat de...

Abstention à Paris, renouvellement à Mayotte

Au centre du jeu politico-médiatique, le chef de l’État, Emmanuel Macron, doit scruter les élections départementales et régionales avec une attention particulière. C’est un...

Après plus d’un an d’absence, les cafés Naturalistes signent leur grand retour à Mayotte

Crise sanitaire oblige, les Naturalistes de Mayotte ont dû mettre en stand-by leurs conférences mensuelles, qui signent leur retour ce mardi 22 juin au...

Le cabinet mahorais de conseil au service de l’entrepreneuriat féminin depuis 20 ans

Le 15 juin dernier, le cabinet mahorais de conseil soufflait ses vingt bougies. L’occasion pour sa fondatrice et gérante, Sanya Youssouf, de rappeler son...