Publicités

Combani/Miréréni : décès d’un homme de 26 ans, dans une nouvelle escalade de violences

À lire également

À Mayotte, deux mourengué dégénèrent en simultané

Comme un goût de déjà-vu. Dans la nuit de mardi à mercredi, à M'tsapéré, les forces de l’ordre qui tentaient de disperser les participants d’un mourengué ont finalement été attaquées sur le remblai. Quelques heures plus tôt, la même scène se jouait à Combani.

Plusieurs jeunes tuent un père de famille à M’tsapéré

Au moins une dizaine de jeunes ont molesté à mort un homme de 35 ans ce lundi soir à M'tsapéré. Un premier suspect aurait déjà été identifié comme meneur. Ce jeune majeur est un délinquant notoire, puisqu'il avait déjà été enfermé à Majicavo pour des faits de violences.  

Un quartier en feu à Trévani, Mayotte

C’est une vraie scène de guérilla qui s’est déroulée dans la nuit de mercredi à jeudi à Trévani. Le quartier appelé Troca était en feu. L’incendie a volontairement été déclenché par une quarantaine de jeunes. Aucun blessé n’est à déplorer, mais des familles se retrouvent sans domicile. 

Drame à Hamjago : La crainte de représailles inquiète les habitants

Après un regain de violences le week-end dernier, un nouvel affrontement entre bandes rivales s’est tenu, mardi en pleine journée, à Hamjago. Un événement qui aurait, selon les habitants, provoqué la crise cardiaque d’une commerçante, décédée en tentant de sauver un jeune en train de se faire agresser. Un scénario différent de celui relaté par les forces de l’ordre, mais qui laisse toutefois craindre une possible riposte.

Pris à partie par une bande d’individus, un jeune homme originaire des Comores est décédé ce samedi, dans un nouvel épisode de violences qui a aussi ciblé les lycéens et un contrôleur de bus. En réaction, les transporteurs scolaires ont déposé un droit de retrait, effectif dès ce lundi.

Le compteur s’affole. Entre Combani et Miréréni, la violence semble être montée d’un cran avec l’agression mortelle ce samedi d’un automobiliste. Prise à partie par une bande d’individus et poignardée, la victime, un homme d’une trentaine d’années originaire des Comores, a tenté de s’enfuir avant de succomber à ses blessures. “Peu de temps après ce premier acte, un lycéen puis un agent des transports scolaires ont été agressés, blessés et pris en charge par les services de secours”, a indiqué la préfecture en fin de journée.

Les faits se sont déroulés entre 4h et 6h du matin samedi, à l’heure où des élèves attendaient encore leur bus pour se rendre dans leurs établissements scolaires. “On peut dire qu’il y a un lien. Après avoir commis ce meurtre, les mêmes auteurs ont agressé les lycéens qui attendaient leur bus et le contrôleur qui était là à veiller sur les lieux”, rouspète Anli Djoumoi Siaka, le délégué Force ouvrière (FO) Transports. Face à l’agression de leur collègue, les transporteurs scolaires ont décidé de déposer un droit de retrait collectif illimité, qui commence dès ce lundi et doit se poursuivre jusqu’à la rentrée 2021-2022, le 23 août prochain. De quoi pousser les parents à “prendre leurs responsabilités”. “Ils devront emmener eux-mêmes leurs enfants, qui doivent pour certains passer des examens, à l’école. Ils sentiront ainsi nos souffrances quotidiennes sur le réseau”, ajoute le représentant syndical qui demande notamment que les auteurs de caillassages, les parents ou les élèves qui dégradent les bus soient identifiés et paient la facture.

 

Pas d’interpellation à ce stade

 

J’invite à la prudence sur le détail des faits puisque nous n’avons pas entendu de témoin direct et nous n’avons pas non plus interpellé les auteurs”, tempère toutefois le procureur de la République, Yann le Bris. “Il n’est pas exclu que les autres agressions soient liées mais il faut pour cela que les services de gendarmerie poursuivent leurs investigations.” À l’heure où nous écrivons ces lignes, les enquêteurs n’avaient entendu aucun témoin direct de l’agression mortelle de l’automobiliste. Aucun auteur n’a par ailleurs été interpellé. Le parquet confirme néanmoins l’âge de la victime, née en 1995, et son origine comorienne.

 

Sécurisation de la zone

 

A-t-elle été la cible d’un règlement de comptes ou s’est-elle simplement retrouvée au mauvais endroit, au mauvais moment ? Il reviendra à l’enquête d’apporter des réponses à ces questions. En attendant, cette zone “sensible” a fait l’objet d’un important dispositif de gendarmerie, à la fois pour “procéder aux investigations mais également pour sécuriser et pacifier les deux villages de Combani et Miréréni de manière à éviter que nous ayons à faire à de nouvelles violences ou représailles”, précise la gendarmerie qui invite “toute personne ayant des éléments à nous les communiquer et à ne pas s’enfermer dans le mutisme par crainte de représailles”. Dimanche, le calme semblait revenu dans la commune. Mais l’absence de bus dès ce matin risque bien de faire voler en éclat ce vernis si fragile…

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...