Agents d’entretien qualifié au centre hospitalier de Mayotte, Ils font disparaître les déchets

Agents d’entretien qualifié au centre hospitalier de Mayotte, Ils font disparaître les déchets

Chaque jour, ils récupèrent des trentaines de bacs disposés dans chaque service pour les vider. Les agents d’entretien qualifié du centre hospitalier de Mayotte ont un planning bien huilé pour assurer la collecte des déchets aux quatre coins de l’établissement. Immersion dans ce service de l’ombre, indispensable durant cette crise sanitaire, et sur le pied de guerre sept jours sur sept. 

Chaque jour, les agents d’entretien qualifié, comme Fardi Boura Maladi, déambulent dans les différents services pour récupérer les bacs entreposés dans des pièces spécifiques. Parmi eux, ceux avec les couvercles jaunes qui contiennent les déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI), qui sont ensuite récupérés et enlevés par la Star depuis le nouveau local dédié inauguré au mois d’avril. “Avec la propagation du virus, nous sommes passés de 13.000 kilos au mois de janvier à 21.000 en mars”, souligne Bacar Abdou, le responsable de service de gestion des déchets au centre hospitalier de Mayotte. Pour avoir un ordre de grandeur, l’équipe avait collecté 189.449 kilos de DASRI de janvier à décembre 2017. 

 

Logistique oblige, ces hommes de l’ombre, ici Chaanrani Toumbou et Massoundi Abdallah Silah, réalisent une première tournée de 7h à 10h, avant d’enchaîner une deuxième de 11h30 à 14h. Réglés comme du papier à musique, ils empruntent différents secteurs clés de l’hôpital pour ne pas se disperser. Le bloc, la maternité, la chirurgie ambulatoire, la pharmacie centrale et la stérilisation représentent un seul et même regroupement, tout comme la réanimation néonatale, la médecine, la pédiatrie, le laboratoire et la radiologie, ou encore l'extérieur l’établissement avec les bâtiments de la direction. Durant leur parcours, les agents d’entretien qualifié doivent utiliser les ascenseurs pour passer d’un étage à l’autre. “S’il y a une panne, nous sommes obligés de traverser le service de soins pour en rejoindre un autre”, souffle Bacar Abdou, qui relève l’âge avancé de certains de ses collaborateurs. Pour cette raison, il propose d’investir dans des pousseurs électriques pour réduire leur pénibilité. Une fois ramassés, les déchets assimilés aux ordures ménagères sont emmenés à la plateforme centralisée, par camion en fonction des points de collecte, pour faciliter leur retrait. Selon une étude réalisée par le responsable du service, pas moins de 243 bacs sont récupérés chaque semaine, ce qui représente 187.110 kilos. 

 

Dans le cadre du tri sélectif, les agents d’entretien qualifié séparent les cartons pour les compacter. Depuis le 6 avril dernier, pas moins de 4.160 kilos ont été réduits et récupérés par la Star. Le service de gestion des déchets dispose également d’un emplacement pour les encombrants : une benne pour la ferraille et une autre pour le bois.

Abonnement Mayotte Hebdo