Un rare phénomène en cours dans le canal du Mozambique

À lire également

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : « Actuellement, la priorité c’est non pas d’intercepter, mais de refouler »

Si les expulsions vers les Comores sont toujours suspendues, la préfecture a renforcé ses activités de lutte contre l’immigration clandestine en mer. Dans un premier temps, la fermeture des frontières et la peur de la propagation du virus avait fortement limité les flux migratoires, mais l’activité semble reprendre peu à peu. Selon Julien Kerdoncuf, sous-préfet en charge de la lutte contre l’immigration clandestine, plusieurs kwassas sanitaires seraient même arrivés la semaine dernière, sans pour autant être en lien avec le Covid. 

Rachat de Vindemia à Mayotte : GBH dément toute position dominante

Une étude d’impact met en garde contre les risques que font peser pour la concurrence le rachat de la deuxième entreprise de distribution à Mayotte - qui comprend les enseignes Jumbo, Score, SNIE et Douka Bé - au Groupe Bernard Hayot, partenaire de Carrefour. Hausse des prix et disparitions des épiceries de proximité sont dans le viseur du rapport. Michel Lapeyre, directeur général de GBH pour la zone Afrique, Maghreb et Océan Indien, et Amaury de Lavigne, le directeur général chez Carrefour à La Réunion, réagissent aux conclusions de l’étude. Et récusent tout risque pour l’équilibre du marché de la grande distribution à Mayotte.

Mayotte : Joseph Rakotoarimalala, destin d’un comptable devenu son propre patron

Titulaire d’un BTS en comptabilité obtenue à La Réunion, Joseph Rakotoarimalala, plus communé-ment connu sous le nom de R-Lala, a longtemps cherché à s’insérer, en vain, dans ce domaine avant d’atterrir en tant qu’agent de sûreté à l’aéroport de Mayotte. Après 7 ans et demi de beaux et loyaux services, il a quitté son poste pour se lancer dans l’entreprenariat. Portrait d’un natif de Po-roani, aujourd’hui à la tête de deux entreprises et d'un club de Régional 1.

Ramlati Ali, députée mahoraise : “Les militaires peuvent nous aider”

Vendredi, la délégation Outre-mer de l’Assemblée nationale auditionnait les acteurs impliqués dans la gestion de la crise sanitaire à Mayotte. Parmi eux, les directrices de l’ARS et du CHM, le recteur, mais aussi la députée Ramlati Ali. L’occasion pour la parlementaire de regretter certaines failles apparues dès le début de la crise. 

Alors que la fin de la saison cyclonique dans l’océan Indien est prévue, comme chaque année, pour la fin du mois de juin, la météo des dix prochains jours ne sera pas pour autant au beau fixe à Mayotte. En cause, un rare phénomène climatique actuellement en cours dans le canal du Mozambique. Un fait exceptionnel oui, mais pas inquiétant. Directeur territorial de Météo-France, Laurent Floch fait le point. 

Flash Infos : Quel bilan dressez-vous de cette saison cyclonique, marquée en décembre par le passage de Belna ? 

Laurent Floch : En terme de nombre de système tropicaux, elle a été dans la norme. En revanche, les 11 systèmes que nous avons eu cette année ont eu une durée de vie assez courte. D’habitude, quand il y en a une dizaine, la moitié d’entre eux se transforment en cyclones. Si on se base sur cette échelle, c’est même une saison inférieure à la normale. On s’aperçoit que depuis quelques années on a des cyclones qui naissent et grandissent rapidement jusqu’à une forte intensité, voire une très forte intensité, puis qui redescende aussi vite. Ce qui fait que la puissance du phénomène est répartie sur un temps plus court. C’est typiquement ce qu’on a vu avec Hellen en 2014, qui est devenu le plus gros cyclone tropical jamais observé dans le nord du canal du Mozambique, et qui est mort en deux jours. On l’a vu aussi plus récemment avec Belna, le 8 décembre, à une centaine de kilomètres de Mayotte. C’était la première alerte rouge depuis 1986, et c’est quelque chose d’important. Le cœur d’un cyclone ne fait qu’entre 60 et 100 km de diamètre, si on compare ça avec le faible nombre de cyclones dans la région et leur courte durée de vie, on se retrouve avec de très faibles probabilités d’être touchés. Mais une probabilité reste une probabilité, et potentiellement un jour ça frappera Mayotte, comme c’est arrivé en 1985 et en 1986. 

FI : Quelles sont les prévisions pour la fin de la saison cyclonique, qui survient habituellement autour du 30 juin ? 

L. F. : Il y a encore deux semaines, on était quasiment sûrs qu’il n’y aurait rien. Mais là, il y a une petite anomalie, ce qu’on appelle un thalweg proche équatorial (une importante circulation dépressionnaire proche de l’équateur, ndlr), qui s’est mis en place sur une conjonction d’ondes dont je tairais les noms, parce que c’est un peu compliqué. Pour faire simple, il y a en permanence des courants, des ondes de fréquence différentes qui circulent autour de la planète, particulièrement autour de l’équateur, et elle ne sont quasiment jamais en phase, c’est-à-dire qu’elles ne tombent jamais au même endroit au même moment. Et c’est pourtant ce qui se passe actuellement sur le nord du canal du Mozambique ! Certaines ondes se dirigent vers l’Est, d’autres vers l’Ouest. Normalement, on a des courants anticycloniques qui repoussent ces ondes, mais là la rotation des vents se fait dans l’autre sens. Mais ce n’est rien d’inquiétant ! 

FI : Comment cela devrait-il se traduire dans les prochains jours ? 

L. F. : On aura peut-être quelques orages et quelques averses ce week-end, particulièrement dimanche. En ce moment, on a aussi un anticyclone très puissant au sud de Madagascar, et avec l’anomalie présente au Nord, ça devrait accélérer les alizés, avec des rafales jusqu’à 70 km/h. On est loin des valeurs de vigilance, mais ça n’empêche pas de conseiller la prudence aux personnes en mer, sur la plage ou dans le lagon, ça peut faire des vagues avec une mer forte, de l’ordre de trois mètres en dehors du lagon. 

FI : L’anomalie en cours devrait-elle influencer les températures, qui sont, chaque saison, plus élevées que l’an passé ? 

L. F. : Non, là on est sur un phénomène plus « classique ». Depuis 2017, on est dans une phase un peu particulière au niveau des températures de l’eau de mer, c’est le même phénomène qu’El Niño dans le Pacifique, mais rapporté à l’océan Indien, c’est ce qu’on appelle le dipôle de l’océan Indien. C’est juste une différence de température de l’eau entre l’est et l’ouest du bassin, parfois de l’ordre d’1,5 degré d’anomalie positive, et qui peut aussi influencer la température de l’air. C’est ce qu’on observe depuis plusieurs années, en été comme en hiver, et ça donne des records de température pour l’année, comme ce que nous avions eu en 2019. Et nous l’avons de nouveau observé cette année entre janvier et juin, avec là encore, 1 à 1,5 degré de différence positive. Mais ce n’est pas pour autant qu’on retrouvera ce phénomène l’année prochaine car ce dipôle de l’océan Indien a une fréquence de l’ordre de trois-quatre ans, donc on pourrait se retrouver, l’été prochain par exemple, avec une inversion de cette tendance. Mais en l’état, les chercheurs du monde entier sont incapables de prévoir la fin d’un phénomène de dipôle de l’océan Indien ! 

 

 

 

 

 

 

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°945

Le journal des jeunes

À la Une

M’safara : un voyage dans les airs pour lutter contre l’arrivée de kwassas à Mayotte

Il y a un mois, le préfet Jean-François Colombet annonçait sa décision de solliciter des structures privées pour lutter contre l’entrée illégale et massive...

Pour accueillir toujours plus d’élèves, le rectorat de Mayotte met les bouchées doubles

Huit collèges, quatre lycées, six cuisines centrales, quatre internats. Pour accueillir au mieux les élèves de Mayotte, le rectorat poursuit un ambitieux plan de...

Délinquance, immigration clandestine, habitat illégal… les chiffres clés de l’année 2020 à Mayotte

La préfecture et le procureur de la République de Mayotte viennent de publier conjointement les chiffres clés de la lutte contre la délinquance, l'immigration...

Tribune libre : Renforcement des aides à Acoua

Nous sommes à presque une semaine des intempéries qui ont lourdement touché le village d'Acoua. Deux images très marquantes sont restées dans ma tête....

Confinement : Jean-François Colombet n’est pas fâché contre les Mahorais mais…

Le locataire de la Case Rocher est intervenu sur le plateau de Mayotte la 1ère hier soir. Sans surprise, il a annoncé la poursuite...