Selon la CGT, depuis Paris, « on veut faire taire la classe ouvrière à Mayotte »

À lire également

Un rare phénomène en cours dans le canal du Mozambique

Alors que la fin de la saison cyclonique dans l’océan Indien est prévue, comme chaque année, pour la fin du mois de juin, la météo des dix prochains jours ne sera pas pour autant au beau fixe à Mayotte. En cause, un rare phénomène climatique actuellement en cours dans le canal du Mozambique. Un fait exceptionnel oui, mais pas inquiétant. Directeur territorial de Météo-France, Laurent Floch fait le point. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : « Actuellement, la priorité c’est non pas d’intercepter, mais de refouler »

Si les expulsions vers les Comores sont toujours suspendues, la préfecture a renforcé ses activités de lutte contre l’immigration clandestine en mer. Dans un premier temps, la fermeture des frontières et la peur de la propagation du virus avait fortement limité les flux migratoires, mais l’activité semble reprendre peu à peu. Selon Julien Kerdoncuf, sous-préfet en charge de la lutte contre l’immigration clandestine, plusieurs kwassas sanitaires seraient même arrivés la semaine dernière, sans pour autant être en lien avec le Covid. 

Rachat de Vindemia à Mayotte : GBH dément toute position dominante

Une étude d’impact met en garde contre les risques que font peser pour la concurrence le rachat de la deuxième entreprise de distribution à Mayotte - qui comprend les enseignes Jumbo, Score, SNIE et Douka Bé - au Groupe Bernard Hayot, partenaire de Carrefour. Hausse des prix et disparitions des épiceries de proximité sont dans le viseur du rapport. Michel Lapeyre, directeur général de GBH pour la zone Afrique, Maghreb et Océan Indien, et Amaury de Lavigne, le directeur général chez Carrefour à La Réunion, réagissent aux conclusions de l’étude. Et récusent tout risque pour l’équilibre du marché de la grande distribution à Mayotte.

Mayotte : Joseph Rakotoarimalala, destin d’un comptable devenu son propre patron

Titulaire d’un BTS en comptabilité obtenue à La Réunion, Joseph Rakotoarimalala, plus communé-ment connu sous le nom de R-Lala, a longtemps cherché à s’insérer, en vain, dans ce domaine avant d’atterrir en tant qu’agent de sûreté à l’aéroport de Mayotte. Après 7 ans et demi de beaux et loyaux services, il a quitté son poste pour se lancer dans l’entreprenariat. Portrait d’un natif de Po-roani, aujourd’hui à la tête de deux entreprises et d'un club de Régional 1.

La grève des salariés de Bourbon Distribution Mayotte ne faiblit pas depuis le 20 juillet. Salaire minimum inférieur à celui de leurs homologues réunionnais, 14ème mois, prime de transport, égalité homme-femme, les sujets de discorde sont nombreux du côté des salariés. Les répressions aussi, à en croire un courrier transmis mardi aux ministres de l’Intérieur et du Travail par la CGT – nationale et non départementale – qui envisage même de mener une action à Paris. Secrétaire général de la fédération commerce et services, Amar Lagha évoque un véritable « scandale », à la veille d’une grève générale prévue par l’intersyndicale dans tout le territoire national, et suivi à Mayotte, ce jeudi. Entretien.

Flash Infos : Qu’est-ce qui vous a motivé, depuis Paris, à interpeller le ministre de l’Intérieur et la ministre du Travail à propos de la situation à Mayotte ?

Amar Lagha : Ce n’est pas le premier courrier qu’on leur envoie, mais le troisième ! Nous sommes régulièrement en lien avec nos camarades de la CGT Mayotte. Ils nous ont interpellés et nous avons décidé de nous entraider pour porter leurs revendications jusqu’à Paris. Depuis mi-juillet, ce qui se passe à Mayotte est un scandale. Ce que nous exigeons à travers ce courrier, c’est que le gouvernement traite Mayotte comme n’importe quel autre département français. Nous n’avons pas peur de le dire : si ce conflit avait éclaté en métropole ou sur une autre île, nous n’en serions pas là aujourd’hui. Ça aurait été réglé depuis longtemps, et largement. Mayotte ne doit pas être une zone de non-droit et la police ne doit pas y devenir une milice, ni entraver le droit de grève des salariés.

FI : En effet, votre courrier évoque une « répression virulente », des « agressions physiques et verbales de la part des figures d’autorité », des « exactions » à l’encontre des grévistes. De quoi s’agit-il exactement ?

A. L. : Nous avons reçus plein de vidéos, qui sont sur le site de la CGT et sur celui de la CGT Mayotte, où nous voyons des policiers et des gendarmes refuser de porter un masque, avant de gazer des grévistes en plein visage ou même de les frapper, nous avons les preuves ! Il y a même un camarade blessé qui a dû être évacué par le Samu au mois de juillet. Certains agents de sécurité d’une société externes s’en sont aussi pris aux grévistes, alors qu’ils n’ont évidemment pas le droit de le faire. Il y a aussi beaucoup d’intimidations : certains se sont vu mettre la pression par des membres de leurs propres familles pour qu’ils reprennent le boulot. On menace le cousin, parfois même le mari, pour que leur femme, leur mère ou leur cousine rentre à la maison au lieu de faire grève. Ce sont des méthodes dignes du XVème siècle, qui sont précisément appliquées parce que 80% des grévistes sont des femmes, des mères de famille qui se battent pour pouvoir nourrir leurs enfants. Nous prônons l’égalité homme-femme, mais quand quelqu’un demande à un homme de faire en sorte que sa femme reprenne le travail, ça pose un gros problème.

FI : Les négociations entre les syndicats et la direction sont dans l’impasse depuis deux mois. Comment, alors, la situation peut-elle s’apaiser ?

A. L. : Le préfet de Mayotte a une grosse part de responsabilité sur ce qu’il se passe. Nous sommes face à un gouvernement qui se cache derrière la distance qui le sépare de Mayotte. C’est un peu « loin des yeux loin du cœur » en quelque sorte. Il y a un taux de pauvreté très élevé, mais Mayotte n’est pas la Martinique ou La Réunion, il n’y a pas de tourisme, donc ce n’est pas une vitrine, alors nous laissons pourrir la situation ! Si vous faites une action sur les Champs Elysées, tout le monde en parlera. Mais à Mayotte… C’est malheureux, mais c’est la vérité aujourd’hui. Et ça arrange bien le gouvernement. La ministre du Travail nous a garanti que le préfet réagirait, mais je crois qu’il n’a pas bien compris ce que nous attendions de lui, c’est-à-dire qu’il joue un rôle de médiateur pour créer les conditions nécessaires à l’apaisement et au dialogue, pas comme la dernière fois où le patron et les agents de sécurité ont menacés les salariés, dont certains ont été arrêtés par la police. Ce n’est pas comme ça que nous réglerons ce conflit. Aujourd’hui, nous disons aux ministres de l’Intérieur et du Travail : « vous ne pouvez plus fermer les yeux ! » Nous ne verrons jamais en France ce que nous voyons aujourd’hui à Mayotte. Et ça, ça nous pose un gros problème démocratique. Mais nous avons beaucoup d’interrogations quant au silence du gouvernement, et nous n’allons pas passer nos journées à lui écrire. Alors nous sommes en train de réfléchir à une action devant le ministère du travail, à Paris, pour défendre la situation de Mayotte.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...