M. Kamardine : 43 questions au gouvernement pour ne plus dire « On ne savait pas »

À lire également

Un rare phénomène en cours dans le canal du Mozambique

Alors que la fin de la saison cyclonique dans l’océan Indien est prévue, comme chaque année, pour la fin du mois de juin, la météo des dix prochains jours ne sera pas pour autant au beau fixe à Mayotte. En cause, un rare phénomène climatique actuellement en cours dans le canal du Mozambique. Un fait exceptionnel oui, mais pas inquiétant. Directeur territorial de Météo-France, Laurent Floch fait le point. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : « Actuellement, la priorité c’est non pas d’intercepter, mais de refouler »

Si les expulsions vers les Comores sont toujours suspendues, la préfecture a renforcé ses activités de lutte contre l’immigration clandestine en mer. Dans un premier temps, la fermeture des frontières et la peur de la propagation du virus avait fortement limité les flux migratoires, mais l’activité semble reprendre peu à peu. Selon Julien Kerdoncuf, sous-préfet en charge de la lutte contre l’immigration clandestine, plusieurs kwassas sanitaires seraient même arrivés la semaine dernière, sans pour autant être en lien avec le Covid. 

Rachat de Vindemia à Mayotte : GBH dément toute position dominante

Une étude d’impact met en garde contre les risques que font peser pour la concurrence le rachat de la deuxième entreprise de distribution à Mayotte - qui comprend les enseignes Jumbo, Score, SNIE et Douka Bé - au Groupe Bernard Hayot, partenaire de Carrefour. Hausse des prix et disparitions des épiceries de proximité sont dans le viseur du rapport. Michel Lapeyre, directeur général de GBH pour la zone Afrique, Maghreb et Océan Indien, et Amaury de Lavigne, le directeur général chez Carrefour à La Réunion, réagissent aux conclusions de l’étude. Et récusent tout risque pour l’équilibre du marché de la grande distribution à Mayotte.

Mayotte : Joseph Rakotoarimalala, destin d’un comptable devenu son propre patron

Titulaire d’un BTS en comptabilité obtenue à La Réunion, Joseph Rakotoarimalala, plus communé-ment connu sous le nom de R-Lala, a longtemps cherché à s’insérer, en vain, dans ce domaine avant d’atterrir en tant qu’agent de sûreté à l’aéroport de Mayotte. Après 7 ans et demi de beaux et loyaux services, il a quitté son poste pour se lancer dans l’entreprenariat. Portrait d’un natif de Po-roani, aujourd’hui à la tête de deux entreprises et d'un club de Régional 1.

Entre le 18 août et le 6 octobre, le député LR Mansour Kamardine a posé une ribambelle de questions aux 43 membres du gouvernement Castex. Par cette action, le parlementaire met les ministres et les secrétaires d’État devant leurs responsabilités. Tous seront amenés à se pencher sur la situation de Mayotte, puisque tous les sujets sont abordés : social, travail, santé, éducation, enseignement supérieur, écologie, économie, développement, infrastructures, justice, armée, culture, famille, enfance, agriculture, collectivités, eau, Europe, entreprises, relations internationales, sécurité, immigration, port, logement… Débriefing. 

Flash Infos : En un mois et demi, vous avez interpellé les 43 membres du gouvernement. Cela ressemble à une véritable prouesse parlementaire, même si à ce jour, seul le ministre de la transition écologique vous a répondu… Pourquoi les avoir tous sollicités ?  

Mansour Kamardine : D’abord, il faut savoir qu’en tant que député, nous avons un quota de questions à poser chaque année. J’ai donc utilisé ma liberté de parlementaire ! Les sujets posés sont extrêmement importants et participent à l’édification de Mayotte dans la France. Je souhaitais réaliser cette démarche pour sensibiliser chaque ministère à l’existence de Mayotte. Contrairement à ce que nous pensons, Mayotte n’est pas très connue à Paris, certains ministres oublient l’existence du 101ème département par moment… C’est une action de sensibilisation. L’esprit général qui a justifié le dépôt de ces 43 questions était de faire en sorte qu’aucun membre du gouvernement ne puisse dire : « Ah, je ne savais pas ». J’ai horreur de cette expression !

Après, bien sûr que j’aurais aimé que les réponses viennent assez vite. Autant le député a la liberté de poser les questions, autant le gouvernement a la liberté de répondre dans un certain délai… Souvent, les sujets de notre territoire sont méconnus, donc le gouvernement cherche à comprendre et à instruire la question pour apporter des réponses concrètes. Je ne peux pas encore crier au loup alors qu’ils sont dans les délais.

FI : Certaines de vos questions reviennent régulièrement sur le devant de la scène, à l’instar de la construction des écoles et du dimensionnement de la base navale à Mayotte. N’avez-vous pas le sentiment de parler dans le vide lorsque vous évoquez l’île aux parfums ? N’y a-t-il pas la possibilité de fédérer davantage votre groupe parlementaire pour appuyer vos revendications ?

M. K. : Si j’étais fatigué, je ne me serais pas engagé dans cette bataille. Si je me suis présenté, c’est pour continuer l’action de nos aïeux. Mayotte est française parce qu’elle est perspicace et qu’elle a des convictions. Je ne suis que le prolongement des revendications de mes prédécesseurs. Je suis totalement engagé et déterminé pour faire entendre la voix de Mayotte, j’ai été élu pour cela. Et j’assume cette charge jusqu’en juin 2022 !

Je ne suis pas dupe, quand nous regardons ce qui a été fait, il est des questions où le gouvernement répond tardivement, expliquant que telle ou telle chose n’est pas envisageable chez nous. Mais à force de conviction et de détermination, nous arrivons à nos fins. Quand j’ai interrogé le gouvernement sur le rectorat de plein exercice, il a été décidé de sa création trois mois plus tard. Idem pour l’Agence régionale de santé et la piste longue. Aujourd’hui, le gouvernement nous demande de réfléchir sur le bilan de la départementalisation. Je ne désespère pas qu’avec cette réflexion, la priorité sera mise sur les chantiers structurels que nous connaissons tous ! Il ne faut pas se désarmer au premier rejet, il faut toujours remettre le pied à l’étrier.

Concernant mon groupe parlementaire, vous n’avez pas été sans remarquer que des collègues ont pris la parole en mon nom lorsque j’ai été testé positif au Covid-19. J’ai cette fierté d’appartenir à un groupe qui soutient Mayotte dans sa quête vers une intégration plus importante.

FI : Selon vous, quels ministres peuvent réellement faire bouger les choses et avoir un impact concret et immédiat sur le territoire ? 

M. K. : Le ministre participe à une action gouvernementale, mais il est vrai que nous pouvons en avoir certains plus engagés et qui ont un poids plus important que d’autres. Je pense, par exemple, aux ministres de l’Intérieur et des Outre-mer. Ils ont une sensibilité politique un peu plus prononcée que leurs précédesseurs. Il y a un espoir, en espérant qu’il ne soit pas déçu… Après, est-ce que le gouvernement entendra les appels unanimes des élus, notamment sur l’affectation de la dotation de fonds européens qui nous est due, à savoir 850 millions d’euros, pour les investissements de Mayotte ? Si le gouvernement accepte de remettre l’autorité de gestion au conseil départemental, nous sentirons une volonté de sa part d’associer les Mahorais dans un esprit de co-construction. Et à ce moment-là, nous placerons les élus devant leurs responsabilités et leurs électeurs. Si l’État accepte de mettre la même somme, nous financerons assez largement ces infrastructures qui permettront de nous asseoir dans le positionnement géographique qui est le nôtre et qui est envié par tout le monde. Nous avons un certain nombre d’hommes politiques au gouvernement qui peuvent nous appuyer. Nous verrons à l’acte parce qu’il n’est pas question de donner un chèque en blanc !

FI : L’attaque du commissariat de Champigny a fait la Une de tous les journaux nationaux. Dans le même temps, de nouveaux affrontements entre bandes rivales se déroulaient à Passamaïnty et Doujani, provoquant des blessés graves et des évacuations sanitaires. N’est-ce pas un aveu de l’abandon de l’État à Mayotte ? 

M. K. : Complètement ! En réalité, Mayotte est devenue française par réfraction. Donc nous n’avons pas senti de 2012 à aujourd’hui une véritable volonté de prendre en compte l’effet départemental à Mayotte. Nous ne pouvons pas imaginer que tous ces actes de violence ne soient pas portés à la connaissance des ministres… Quand la métropole subit un dixième des violences que nous connaissons ici, un ministre se déplace immédiatement ! Peut-être faudra-t-il attendre des morts pour les faire réagir… En attendant, des Français, qui sont des citoyens sur un territoire de la République, sont victimes chaque jour. Nous sommes en droit de nous poser beaucoup de questions ! Ils peuvent ignorer ces faits de violences pour nous décourager. Mais les Mahorais continueront à s’accrocher, comme une moule à son rocher, à la France, notre patrie et notre Nation, car nous avons fait ce choix multiséculaire. Nous considérons être Français, nous ne sommes pas de ceux qui ont deux nationalités.

L’exemple de la tenue des Assises de la sécurité au mois de novembre montre qu’il y a une espèce d’évolution des rapports entre l’État à Mayotte et les élus mahorais. Après son élection, Ambdilwahedou Soumaïla, le nouveau maire de Mamoudzou, a repris à son compte cette proposition que j’ai défendu pendant un an et demi et le préfet a reconnu sa pertinence. Nous pouvons aussi pointer son courage pour interdire la vente à la sauvette. Hier, c’était une mesure inimaginable. Aujourd’hui, tout le monde la salue ! Il faut absoluement que les élus acceptent d’assumer leurs responsabilités aux côtés de l’État pour voir si celui-ci nous accompagne derrière…

FI : Le Garde des Sceaux a par ailleurs annoncé sa volonté de visiter le 101ème département avant la fin de l’année. Celui-ci a proposé que les délinquants soient pris en charge par l’armée. Serait-ce une bonne nouvelle pour lutter contre la recrudescence de la violence selon vous ?

M. K. : Il nous faut un vrai plan de développement de la justice à Mayotte, avec la création d’une cour d’appel et d’un véritable palais de justice. Mais aussi la nomination de magistrats suffisamment expérimentés. Je n’ai pas reçu d’information concernant son éventuelle venue. Plusieurs signaux forts ont été envoyés ces derniers jours, avec la condamnation à six ans de prison ferme du patron de la brigade anti-bac et l’arrestation de trois individus en réponse aux affrontements du week-end dernier. Il faut persister dans cette direction ! Voire même aller encore plus loin et les envoyer à la prison de Koki pour exécuter leurs peines. Cela ferait réfléchir leurs pairs qui ne craignent pas de se faire incarcérer au centre pénitencier de Majicavo…

Quand je repense à Mayotte il y a une cinquantaine d’années, nous n’avions rien. Pourtant, nous n’avons pas versé dans la délinquance car nous avions des parents responsables. Quand nous commettions une faute, tout le village pouvait nous le reprocher. Aujourd’hui, il faut que les parents assument leurs responsabilités. Nous ne pouvons pas imaginer un gamin de 13 ans errer dans les rues à 22h… Le préfet a crié sur tous les toits qu’il allait reconduire aux frontières les parents dont les enfants ont commis des violences. Je n’en ai pas encore vu les résultats ! Il faut arrêter avec les discours et agir. Nous avons besoin d’un centre d’éducation pour mineur. Il faut réfléchir au développement de la capacité d’accueil du RSMA. Mais nous ne réglerons jamais le problème de la délinquance tant que nous n’aurons pas résolu le problème des flux migratoires. Dans l’accord-cadre de juillet 2019 signé avec l’Union des Comores, il est prévu un dispositif de reconduite des mineurs auprès de leurs familles. Il faut que cette action se mette en place très rapidement.

 

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...