asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Une carte sur le nombre de décès à Mayotte qui trompe énormément

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Depuis hier, une carte publiée par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) fait largement parler d’elle. En cause : elle met en avant le nombre de décès par jour et par département par rapport à la même période l’année dernière. Une initiative destinée à apporter un éclairage journalier sur les conséquences de l’épidémie de Covid-19 en termes de mortalité. Problème : Mayotte y apparaît comme le département où cette hausse est la plus forte, avec une augmentation de 40 % sur la période du 1er au 16 mars. Rien de moins. De quoi exciter les esprits et faire dire qu’on nous cache quelque chose ! La réalité est toutefois beaucoup plus simple. “L’Insee a décidé de mettre en place un dispositif renforcé du suivi des décès en essayant de donner l’information la plus fraîche possible sur cette donnée”, explique le chef régional de l’institut, Jamel Mekkaoui qui concède toutefois que cette carte est, pour ce qui concerne Mayotte en tout cas, “un peu ennuyeuse”. Car si “sur cette publication, on peut en effet remarquer des éléments de surmortalité pour le Haut-Rhin ou la Picardie par exemple (qui étaient parmi les premiers foyers de Covid-19 en métropole, NDLR), la forte augmentation du nombre de décès chez nous n’a rien à voir du tout avec le virus.”

Et pour cause : non seulement le document recense les décès toutes causes confondues, mais le premier cas avéré de personne porteuse du virus chez nous n’a eu lieu que le 14 mars, et le premier décès potentiellement lié au Covid-19 n’a été à déplorer que lundi 30. Aussi, les raisons de cette augmentation sont à chercher ailleurs. “La dengue, qui demeure pour le moment l’épidémie qui fait le plus de mal au territoire, pourrait être une hypothèse. En l’ajoutant à l’aléa statistique, nous serions dans les clous”, remarque prudemment Jamel Mekkaoui. Et de rappeler, quoi qu’il en soit, que ces 40 % de hausse correspondent à 12 décès supplémentaires pour le 17 mars par rapport à l’an dernier. Soit 43 décès contre 31 en 2019 : des chiffres assez petits et donc “très peu significatifs”.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...

« Vous êtes la fierté de votre village, de votre quartier, de votre ville »

Près de 30 bacheliers de Mamoudzou ont été distingués par la mairie vendredi 12 juillet. Une cérémonie était organisée pour les titulaires des mentions...