100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Insécurité à Mayotte : La marche blanche a bien eu lieu à Kahani

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Plusieurs centaines de personnes ont participé dimanche à la marche blanche organisée à Kahani en soutien aux soignants de la commune, cibles récurrentes d’agressions. Si la manifestation avait été interdite par la préfecture, les participants, eux, entendent bien renouveler l’événement, qui s’est par ailleurs déroulé sans accroc.

Ils ont marché contre l’insécurité. Dimanche matin, 300 personnes, selon les forces de l’ordre, sont venues afficher leur soutien aux soignants du dispensaire de Kahani, en droit de retrait depuis deux semaines pour dénoncer les faits de violence dont ils sont régulièrement la cible, ainsi qu’aux sapeurs-pompiers et aux effectifs du lycée professionnel, eux aussi régulièrement pris à partie. Une marche blanche organisée par le collectif des citoyens, rejoint par différents syndicats, qui avait été pourtant interdite par le préfet, les rassemblements de plus de dix personnes n’étant toujours pas autorisés. Le délégué du gouvernement avait alors appelé la population “au civisme” après avoir expliqué que les gestes barrières ne pourraient pas strictement être observés en pleine manifestation, craignant ainsi qu’un nouveau foyer de contamination ne se forme.

Ils ont pourtant été nombreux à arborer fièrement leur masque tout au long des dix kilomètres parcourus par le cortège entre Kahani et Coconi. Autour des manifestants – et plus largement, du village –, plusieurs escadrons de gendarmerie et deux blindés. “On voulait absolument éviter qu’il y ait des barrages qui se forment en marge de l’événement”, commente le lieutenant-colonel Bisquert, soulagé de voir que la matinée s’est finalement avérée “très calme”.

Réunion d’urgence ce mercredi

Parmi les manifestants, le docteur Lahalle, chef de service de Kahani et secrétaire général du syndicat des praticiens hospitaliers de Mayotte, regarde les forces de l’ordre qui cerclent le secteur. “Au vu du nombre de gendarmes mobilisés, on peut imaginer qu’on est vraiment dans une zone dangereuse et qu’on peut en mobiliser un peu plus pour notre sécurité au quotidien.” Une revendication qui sera, parmi d’autres, évoquée mercredi, lors d’une réunion instiguée par la préfecture à laquelle sont conviés les différents acteurs de la marche blanche afin d’évoquer la question de la sécurité.

Si les invitations n’ont toutefois pas encore été envoyées, Salim Nahouda, secrétaire général de la CGT Mayotte, espère vivement pouvoir participer à cette table ronde, après être intervenu lors du rassemblement de Kahani. “L’État ne nous protège pas et la justice est laxiste, ils ont laissé des bandes de délinquants s’installer, maintenant, il faut qu’ils les assument, les Mahorais sont obligés de se défendre eux-mêmes. Il faut qu’on ait les moyens de condamner les personnes jugées, sans les libérer au bout de quelques mois !”, résume-t-il. Afin d’interpeller davantage les pouvoirs publics, l’ensemble des manifestants a décidé de renouvelé cette marche blanche dans des villages différents tous les dimanches – à l’exception du second tour des élections municipales, le 28 juin. Le prochain rendez-vous est donné à Acoua.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...