100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

23/04/10 – La brique mahoraise à la Maison de l’architecture

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.



Annoncée en septembre dernier lors de l'assemblée générale de l'association Art-Terre, l'exposition sur la brique de terre compressée (BTC) de Mayotte aura lieu du 4 mai au 4 juin à la Maison de l'architecture en Ile-de-France. Les panneaux de cette exposition pourront ensuite être utilisés dans d'autres écoles d'architecture en Métropole et à la Réunion, et bien sûr à Mayotte.

Le vernissage aura lieu le mardi 4 mai à 18h en présence de Michel Perrot, président de la Maison de l'architecture en Ile-de-France, de Dominique Tessier, président du Conseil régional de l'Ordre des architectes d'Ile-de-France, de Mustoihi Mari, maître d'ouvrage au Smiam et président de l'association Art-Terre, et de Vincent Liétar, architecte à la Sim et commissaire de l'exposition. Il sera suivi d'une soirée-débat à 19h sur le thème "Architecture et développement local" avec Patrice Doat, fondateur de "CRATerre", Attila Cheyssial, architecte-sociologue, Mustoihi Mari, Fayaduiddine Maanli et Vincent Liétar.

Voici la présentation de cette exposition intitulée "Construire en terre mahoraise" : "Jeunes diplômés des écoles d'architecture de Paris ou de Lille, ils sont partis il y a plus de trente ans dans l'océan Indien et ont commencé leur pratique d'architecte à Mayotte, petite collectivité de 375 km² considérée sans ressources ni technologie locale.

Un des tous premiers facteurs du développement économique et social, la latérite, terre du sol mahorais, transformée en brique de terre comprimée (BTC), a été un formidable instrument d'essor du bâtiment et de production d'une architecture moderne autour du logement social et des équipements à créer. Ils ont fait appel à "CRATerre", centre de recherche spécialisé dans la construction en terre à l'école de Grenoble, aux "Compagnons du devoir" pour former les artisans, maçons, charpentiers, menuisiers.

Avec la "cellule habitat" de la direction de l'Equipement, avec la Sim, l'opérateur local de l'habitat, ils ont mis en place les outils financiers, techniques et opérationnels de l'accession au logement pour près de 18.000 familles. Avec des milliers de logements et des dispensaires, écoles, collèges, lycées…, la BTC a fait ses preuves pour ses performances économiques, thermiques, architecturales.

Il reste à la confirmer aujourd'hui comme le meilleur facteur du développement durable et d'une urbanisation devenue plus délicate et des nouveaux enjeux qui s'imposent à la société mahoraise en pleine mutation."

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1007

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Des émeutes ont éclaté à Kawéni, ce mercredi

Des barrages enflammés ont compliqué le passage des véhicules par Kawéni, ce mercredi. En fin de matinée, une opération de la police aux frontières...

Inscription du « mawlida shenge » au patrimoine culturel immatériel, « une chance énorme »

Le 27 juin dernier, la direction générale des patrimoines et de l’architecture du ministère de la Culture a inscrit le « mawlida shenge » (une pratique...

L’intercommunalité de Petite-Terre incendiée, mercredi matin

Trois préfabriqués sont partis en fumée, tôt ce mercredi matin, sur le site principal de la communauté de communes de Petite-Terre. Situés près du...

Chiconi FM-TV arrive sur la TNT

Après neuf ans d’existence, l’association Chiconi FM monte d’un cran avec la création d’une chaîne de télévision émise sur la TNT. Elle se veut...

Des réfugiés campent sur la place publique à Mamoudzou pour montrer leur souffrance

Depuis le samedi 13 août, des réfugiés d’origine africaine campent sur la place Zakia Madi à Mamoudzou. Des hommes et des femmes accompagnés de...