100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Violences à Koungou : cent jeunes et un fou poussent la population à bout

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Malgré l’action des médiateurs, les tensions entre bandes rivales de Trévani et Koungou ont à nouveau débouché sur des affrontements ce week-end. Des violences qui ne datent pas d’hier et interviennent quelques jours avant la tenue tant attendue des Assises de la sécurité.

“C’était une intervention à part”, précise d’emblée la gendarmerie. N’empêche que l’image de cet homme fragile psychologiquement, agitant un chumbo devant l’un de ses agents dimanche après-midi, a presque valeur de symbole pour les habitants de Koungou, éprouvés après un week-end de violences. Face à ce cas psy qui “menaçait la population”, un gendarme a alors dû sortir son arme, viser et tirer. Blessé, à l’épaule, l’homme sera emmené au CHM puis placé en garde à vue.

Depuis vendredi, la commune du nord de l’île est à nouveau le théâtre d’affrontements entre bandes rivales de Koungou et de Trévani. Des tensions “qui durent depuis des mois”, explique la gendarmerie, et ont débouché, pour “quelques faits anodins” sur de nouvelles échauffourées ce vendredi. D’abord au niveau du collège de Koungou, une centaine de jeunes ont notamment incendié un arrêt de bus, détruit des éclairages publics. Jusqu’à 1h du matin, la portion de route de Longoni à Majicavo restait difficilement praticable à cause de quelques petits groupes cachés dans les fourrés. Rebelote dans la nuit de samedi à dimanche et dimanche soir, où les agressions d’automobilistes et les barrages poussaient la gendarmerie à envoyer quelque 65 gendarmes, deux véhicules blindés et l’hélicoptère pour mettre fin aux exactions. Aux alentours de minuit, le calme était enfin revenu. Quelques blessés étaient alors à déplorer, notamment un cameraman de l’équipe de tournage du film Le Destin de Mo.

Koungou, capitale de la délinquance ?

Face à une situation qui ne date pas d’hier, la population demande désormais des comptes. “Depuis 19h30, j’ai entendu 2 déflagrations. Plus de 30 minutes que l’hélicoptère tourne au-dessus du ciel. Bienvenue dans la commune de Koungou, capitale de la délinquance !”, s’est agacé un internaute, qui assure sur la toile avoir déjà dû dormir dans sa voiture dans la nuit de samedi à dimanche. Un autre n’a pas hésité à prendre à parti le maire pour dénoncer le manque de réponses des autorités.

12 médiateurs sur le terrain

Contacté, Assani Saindou Bamcolo déplore “ces violences qui sont un drame pour tous à Mayotte”. “Souvent, nous menons un travail avec les jeunes grâce aux médiateurs et aux associations, et nous pouvons alors éviter d’en arriver jusque-là, et ces fois-là, nous n’en parlons pas forcément”, défend Alain Manteau, directeur général des services à la mairie. Environ une quinzaine de médiateurs de la municipalité vont régulièrement à la rencontre des jeunes de la commune, insiste-t-il.

Mais lorsque les choses dégénèrent, comme cela a été le cas ce week-end, la mairie assure être prête à resserrer les vis. “Nous faisons des rappels à la loi, et nous n’hésiterons pas à recourir aux mesures annoncées par le préfet sur la non reconduite des titres de séjour pour les parents des jeunes impliqués”, poursuit-il, en référence aux propos tenus par le délégué du gouvernement en réponse aux violences qui avaient agité la commune de Combani en septembre.

Des enfants entre 13 et 15 ans

Reste que le bilan des courses sera maigre, ce week-end, côté interpellations : deux jeunes seront arrêtés en marge des affrontements de Koungou pour avoir tenté de cambrioler une maison, et deux autres en Petite-Terre, qui, en situation irrégulière, seront envoyés au CRA avec une obligation de quitter le territoire. “Nous avons vraiment affaire à des enfants, entre 13 et 15 ans, qui sont des diables en groupe et des agneaux tout seuls”, décrit encore la gendarmerie. “Ces jeunes-là sont à la limite de l’âge en dessous duquel nous ne pouvons pas les placer en garde à vue.” Pour les prochains jours, les autorités misent donc sur une surveillance accrue entre Koungou et Longoni, grâce à l’action conjointe des médiateurs, des associations, de la police municipale et de la gendarmerie. “Pour être sûr que les braises ne repartent pas en feu”, souffle Alain Manteau.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°966

Le journal des jeunes

À la Une

Intersyndicale des taxis de Mayotte : « le Département prend le travail des chauffeurs de taxis »

Lassitude, incompréhension, colère… C’est dans cet état d’esprit que se trouvent les chauffeurs de taxis de Mayotte. Révoltés par un plan de transports interurbains...

Naissance/mortalité à Mayotte : l’année 2020, une exception à la règle

2020 se démarque par une baisse sensible des naissances. Un indicateur à prendre avec des pincettes puisque 2021 pourrait coïncider avec le franchissement de...

Journées européennes du patrimoine : 40 événements à Mayotte pour une 38ème édition encore sous la menace Covid

Pendant trois jours, la population aura l’occasion de découvrir les richesses du territoire à travers les nombreuses activités proposées par les collectivités et les...

Colocs ! : “Passer du tabou à libération de la parole en 13 minutes, c’est assez dingue”

Diffusée depuis le 6 septembre sur Mayotte La 1ère, la série Colocs ! alimente des débats parfois houleux sur les réseaux sociaux, après seulement...

1.2 million d’euros pour structurer le territoire et les clubs et relancer la pratique sportive

Le domaine du sport n’a pas été épargné par les conséquences de la crise sanitaire. En France, 30% des licenciés n’ont pas renouvelé leur...