test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Une double semaine langues et médias « pour mieux s’ouvrir aux autres »

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Saynètes en espagnol, jeux en anglais ou encore conversations avec un robot… Le recteur de Mayotte, Jacques Mikulovic, s’est rendu en Petite-Terre pour assister à plusieurs activités organisées par les établissements scolaires dans le cadre de la semaine des langues vivantes.

Interrogé, il ne ferme pas totalement la porte à l’apprentissage des langues régionales shimaore et kibushi dans les écoles mahoraises.

Flash Infos : Se déroulent en même temps la semaine des langues vivantes, et la semaine de l’éducation aux médias. Quels en sont les objectifs ?

Jacques Mikulovic : Cette superposition de la semaine des langues vivantes et de la semaine de l’éducation aux médias est intéressante parce qu’elles ont ceci en commun : il s’agit de s’ouvrir aux autres, et de prendre conscience que l’on n’est pas soi-même le centre du monde… que partout ailleurs, on parle d’autres langues et les codes sont différents. Ce qui nous interpelle à Mayotte, c’est le travail que nous pouvons faire sur les mobilités. Pourquoi pas un voyage à Barcelone regroupant des jeunes de Pamandzi et de Labattoir ? Je suis sûr que, dans ce cadre, les conflits de voisinage s’estomperaient… L’ouverture aux autres contribue à apaiser les tensions sociales.

F.I. : Toutes les activités présentées aujourd’hui placent le jeu au centre de l’apprentissage. Le jeu est-il idéal pour apprendre les langues ?

J.M. : Le jeu est une excellente entrée en matière. Quand on débute, le jeu est peut-être la seule pédagogie qui permet de mobiliser les quelques ressources existantes de l’élève, et de créer chez lui une appétence pour ce qui lui est enseigné.

F.I. : A Mayotte, territoire multilingue, les langues étrangères peuvent-elles être un terrain d’excellence pour nos jeunes ?

J.M. : Il est démontré que le plurilinguisme est un atout pour l’acquisition d’autres langues, et même d’autres compétences de manière générale. La problématique singulière de Mayotte réside dans le fait que la langue vernaculaire n’est pas la même pour tout le monde ! On a du shimaore, du kibushi… mais ce qui permet de faire l’unité, c’est la langue française. Il ne faut pas s’interdire d’utiliser ces langues vernaculaires comme langues passerelles si l’approche est structurante, et donc structurée. Si c’est de l’à peu près, on rate notre cible, qui est l’acquisition des savoirs fondamentaux, et notamment la maîtrise du français.

FI : Peut-on imaginer le shimaore et le kibushi enseignés dans les écoles de l’île dans les prochaines années ?

J.M. : Effectivement, shimaore et kibushi sont reconnus langues régionales. Il n’y a donc pas d’opposition à les utiliser comme langues passerelles au cycle 1 (N.D.L.R. école maternelle). Il n’y a pas non plus d’opposition à ce qu’elles soient enseignées, mais encore faut-il avoir les enseignants qualifiés. Nous allons avoir une vraie réflexion sur ce sujet, en mettant en place un conseil académique des langues régionales. Cela permettra de faire état des projets en la matière. Je pense aux langues bretonne ou basque : on a l’impression qu’elles sont très ancrées dans la culture dans leurs régions, mais lorsque l’on a proposé un Capes (N.D.L.R. certificat d’aptitude au professorat du second degré) en basque, seuls deux étudiants étaient intéressés. Donc si on mettait un Capes en shimaore, aurait-on suffisamment de candidats ? Tout cela doit être réfléchi au mieux pour accompagner l’épanouissement et l’autonomie des élèves.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...

Sania Toumani, la petite fée du Magic de Passamaïnty

A 22 ans, la jeune sportive Sania Toumani est immanquablement l’une des meilleures joueuses de basket-ball de Mayotte. Son club, le Magic basket de...

Le double projet de loi Mayotte au point mort

Propositions, discussions, tractations, et au final abandon ?  Le double projet de loi Mayotte est de nouveau mis au placard par les ministres du gouvernement...