Le maire de Koungou stoppe les inscriptions en maternelle

Le maire de Koungou stoppe les inscriptions en maternelle

Devant le nombre de plus en plus importants d’élèves à scolariser, le maire de Koungou a décidé de clôturer les inscriptions en maternelle “car il n’y a pas assez de classes”. Explications.

Le vice-rectorat a annoncé les chiffres : plus de 2700 élèves supplémentaires sont attendus à la rentrée prochaine, ce qui représente une hausse de 6,7 % en 2017 contre une augmentation de 6,3 % en 2016. Ainsi, en août, plus de 97 600 élèves seront scolarisés, soit près de 46 % de la population totale selon le dernier recensement de 2012. Ces chiffres qui donnent le tournis, les maires de l’île en éprouvent la réalité tous les jours. C’est pourquoi Assani Saindou Bamcolo, le maire de l’une des plus importantes communes de l’île, Koungou, a pris la décision de clôturer les inscriptions en maternelle, faute de places disponibles. “On reçoit tous les enfants des îles voisines et on a également eu un surnombre au moment des décasages”, explique l’élu qui se demande comment le nouveau président de la République compte mettre en place certaines des mesures pour l’éducation qui figurent dans son programme. En effet, Emmanuel Macron souhaite des classes à douze élèves en CP et en CE1 dans les écoles relevant de l’Education prioritaire, c’est-à-dire toutes les écoles de Mayotte, département intégralement classé en REP. Douze élèves par classe, Mayotte et ses écoles qui fonctionnent en rotation en sont encore bien loin.

Pas de construction de classes depuis trois ans

“Tous les jours, on reçoit cinq familles qui viennent scolariser leurs enfants”, explique Boinaidi Hamidani, responsable des affaires scolaires de la mairie de Koungou qui précise que depuis trois ans, aucune salle de classe n’a été construite. Ainsi, les 47 salles de classe de maternelle et les 119 salles de primaire ne sont plus en capacité d’accueillir l’ensemble des élèves qui en font la demande. Depuis la dissolution du syndicat mixte d’investissement et d’aménagement de Mayotte (SMIAM), les chantiers sont à l’arrêt, notamment celui de l’école des Maraîchers, à Koungou. Selon le responsable des affaires scolaires, entre problèmes de passation de marchés publics et discordes sur le foncier, aucune école n’a été créée depuis plusieurs années, ni à Majicavo, ni à Koungou, ni à Trévani, ni à Longoni.

Abonnement Mayotte Hebdo