test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

L’état des écoles primaires de Dembéni provoque la colère des parents et des enseignants

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Deux écoles de la commune de Dembéni étaient fermées ce lundi matin. À l’école T7 de Tsararano, les enseignants ont exercé leur droit de retrait tandis qu’à Iloni, ce sont les parents eux-mêmes qui ont bloqué l’école. Le tout sensiblement pour les mêmes raisons : l’état de vétusté des locaux ainsi que leurs manques d’hygiène et de sécurité ne permettant pas aux élèves et aux professeurs de travailler dans de bonnes conditions.

Lundi matin dès 7h, un groupe de parents d’élèves campe devant l’école primaire d’Iloni. Les deux portails cadenassés et enchaînés empêchent quiconque d’y entrer. Leurs raisons ? Protester contre l’état de délabrement des locaux de l’école qui n’a même pas l’électricité. « Par temps de pluie, nos enfants n’arrivent même pas à voir ce qui est écrit au tableau ou dans leurs livres », explique Halim, le papa de deux petits scolarisés dans cet établissement. « Nous avions déjà alerté la mairie à ce sujet avant les vacances de mars, mais malgré les promesses, rien n’a été fait alors ça suffit ! » D’autant plus qu’à ce problème d’électricité viennent s’ajouter des soucis de sécurité. L’un des murs barrant l’accès de l’école s’est effondré, facilitant ainsi les intrusions. « La dernière fois, un délinquant a pénétré dans l’enceinte et a poursuivi l’un des enfants. Heureusement que le directeur s’en est aperçu et a pu lui porter secours », raconte encore Halim. Par ailleurs, cet effondrement a pour conséquence que les barbelés, censés éviter justement ces déconvenues, se trouvent désormais au sol, risquant de blesser les enfants.

etat-ecoles-primaires-dembeni-provoque-colere-parents-enseignants
Les parents d’élèves de l’école d’Iloni ont posé une lourde chaîne sur le portail de l’école pour empêcher
quiconque d’y entrer.

L’hygiène dans les toilettes, régulièrement inondées, est également problématique et l’école ne bénéficie même pas de photocopieur pour permettre aux professeurs de travailler correctement. Les parents pointent aussi du doigt le manque de sûreté aux abords de l’école. « La route est dangereuse, il faudrait que la mairie mette des agents pour garantir la sécurité de nos enfants », poursuit Halim. Toujours à Dembéni, l’école de Tsararano souffre peu ou prou des mêmes problématiques, d’où le droit de retrait de ses enseignants ce lundi. Toutefois, le directeur ne peut s’exprimer plus largement sur ce sujet polémique, faute d’autorisation de la part de sa hiérarchie.

Quelques réponses apportées aux parents

Face à cette grogne, Moudjibou Saïdi, le maire de la commune, décide de se rendre dans la matinée à l’école d’Iloni pour tenter de calmer les esprits des parents contestataires. « Il va engager les travaux électriques dès ce mardi et fournir un photocopieur », relate le porte-parole. Autre promesse : l’installation dans les plus brefs délais des nouveaux sanitaires déjà réceptionnés. En revanche, aucune annonce relative aux problèmes sécuritaires ! Les parents restent donc sur le qui-vive. « Nous lui laissons jusqu’à la fin de la semaine pour trouver une solution, sinon nous recommencerons nos opérations de blocage », indique Halim.

etat-ecoles-primaires-dembeni-provoque-colere-parents-enseignants
L’un des murs extérieurs de l’école d’Iloni s’est effondré depuis longtemps, menaçant la sécurité des enfants.

Si l’état des locaux des écoles du premier degré est une compétence qui relève de la commune, le recteur Gilles Halbout accorde son soutien aux enseignants de Tsararano, qui exigent des conditions de travail dignes. « Je suis solidaire de leur cause, mais pas de leur façon de faire. Je condamne en effet la fermeture des écoles en l’absence de danger imminent », déclare-t-il. Il confie en outre qu’une partie des fonds européens pouvait être transférée aux collectivités pour réaliser des travaux dans les établissements scolaires, mais que très peu de mairies en avaient fait la demande. « C’est déplorable, car nous allons devoir rendre cet argent à l’Europe », regrette Gilles Halbout, tout en précisant par la même occasion que Dembéni fait partie des bons élèves dans ce domaine. « Le dossier a enfin été remonté, mais à cause des nombreux changements de personnels et autres tracas administratifs, cela a pris beaucoup de temps », précise le responsable de l’académie. Une manne financière qui pourrait permettre d’atténuer les tensions dans un avenir plus ou moins proche.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Un jeune homme de 22 ans tué à Bonovo ce samedi

Un jeune homme, âgé de 22 ans, a été retrouvé mort avec une large plaie à l’arrière du cou, dans la soirée de samedi,...

Elections législatives : douze candidats à l’assaut des deux circonscriptions mahoraises

La liste des candidats mahorais pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet est désormais connue. Quatre seulement se présentent dans la...

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...