100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

« L’école à Mayotte – Approches plurielles » : neuf auteurs interrogent les spécificités de l’école dans le 101ème département français

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Dans un livre publié le 30 août 2021 et bientôt disponible en librairies à Mayotte, des enseignants-chercheurs font le portrait d’une école mahoraise particulière, à la fois récente, et marquée par des spécificités locales : le plurilinguisme, les madrassas, la jeune formation des professeurs sur place… Un état des lieux nécessaire, au vu des innombrables défis qui pèsent sur l’éducation des enfants à Mayotte.

ecole-mayotte-approches-plurielles-neuf-auteurs-interrogent-specificites-ecole-101eme-departement-francaisLe saviez-vous ? La toute première école publique laïque de Mayotte a été inaugurée à Dzaoudzi en 1864. Avant cela, et quand les Français prennent possession de l’île en 1841, le système éducatif repose essentiellement sur les écoles coraniques. Il faudra attendre les années 1990 pour que “les transformations du système scolaire s’accélèrent pour faire face à la massification de la population scolaire”, écrit Liliane Pelletier, directrice adjointe du laboratoire Icare de l’Université de La Réunion, en ouverture de “L’école à Mayotte – Approches plurielles”, paru aux Éditions L’Harmattan le 30 août 2021. Depuis la fin du siècle, la petite île de l’océan Indien est passée de quelque 5.000 élèves aux 106.000 annoncés par le rectorat pour cette rentrée scolaire… De quoi bouleverser toute une organisation !

La parole aux acteurs de terrain

Pour tenter de dresser un portrait de ce système éducatif en perpétuelle évolution, neuf auteurs, dont cinq chercheurs du laboratoire Icare, signent ainsi pour cette même rentrée un ouvrage collectif sous la direction de Maryvonne Priolet, enseignante-chercheuse en sciences de l’éducation au centre universitaire de Mayotte (CUFR). Objectif : interroger les particularités de l’école sur une île en proie à une croissance démographique galopante, et où le fort taux de pauvreté fait peser un enjeu majeur sur la scolarisation des enfants. Outre ces statistiques socio-économiques bien connues, il s’agit aussi pour les contributeurs d’étudier les représentations des différents acteurs – familles, enseignants, directeurs d’école notamment – au travers de travaux de recherche, établis via des questionnaires, des entretiens, des observations en classe, etc. Or, ces représentations se heurtent à un contexte particulier de plurilinguisme, de dualité de l’enseignement avec les écoles coraniques que fréquentent une majorité d’enfants, mais aussi de rotations, et d’enjeux de formation locale pour les futurs enseignants.

Nous ne voulions pas une approche linéaire, c’est pourquoi nous abordons de nombreuses thématiques dans un ouvrage volontairement collectif. Et chaque chapitre donne la parole à des acteurs de terrain”, insiste Maryvonne Priolet, pour qui cette publication signe l’aboutissement d’une carrière passée sur les bancs de l’éducation, comme institutrice, conseillère pédagogique et inspectrice de l’Éducation nationale. “La découverte de l’école à Mayotte a été un élément déclencheur dans ce projet. En arrivant en 2017, j’ai eu envie de faire connaître à d’autres ce qu’était cette école, qui évolue encore d’ailleurs”, sourit la chercheuse. Un intérêt partagé avec les autres auteurs, Stéphanie Bachelot, Yannick Bureau, Philippe Charpentier, Daourèche Hilali Bacar, Gaëlle Lefer-Sauvage, Miki Mori, Liliane Pelletier, et Jean-Jacques Salone.

Le dilemme des langues régionales

Regard des parents, rapports aux langues, dilemmes de l’activité enseignante face à un modèle calqué de l’Hexagone, formation des professeurs, usage des tablettes tactiles par des enseignants d’ULIS-école (unités localisées pour l’inclusion scolaire)… En sept chapitres, « L’école à Mayotte – Approches plurielles » dresse ainsi un portrait fourni du système scolaire à un instant T, dans un contexte où les représentations évoluent très rapidement, reconnaît Maryvonne Priolet. “Quelque part, ce livre est déjà presque daté ! En 2017, nous avons pu voir le dilemme professionnel qui se posait pour des personnes qui se sentaient interdites d’utiliser dans leurs classes des langues autres que le français”, cite par exemple la directrice d’ouvrage, en référence à la reconnaissance récente du kibushi et du shimaoré comme langues régionales et la volonté de l’Éducation nationale de permettre leur enseignement à l’école.

Trois chapitres sur la formation de ceux qui enseignent

Autre évolution rapide : la formation des enseignants. Créé en 2017 pour former les professeurs des écoles de “la nouvelle école de la République”, sur le principe d’une alternance intégrative qui mixe expérience de terrain et formation universitaire, le Master MEEF du CUFR s’étend au second degré à partir de cette rentrée 2021, avec le français et les maths. “Avec la formation des enseignants, nous avons des promotions de 200 personnes qui vont sortir chaque année pour le 1er degré, et le nombre de contractuels sera réduit d’autant”, explique Maryvonne Priolet. Comme quoi, “on voit que tout est en devenir.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°966

Le journal des jeunes

À la Une

Intersyndicale des taxis de Mayotte : « le Département prend le travail des chauffeurs de taxis »

Lassitude, incompréhension, colère… C’est dans cet état d’esprit que se trouvent les chauffeurs de taxis de Mayotte. Révoltés par un plan de transports interurbains...

Naissance/mortalité à Mayotte : l’année 2020, une exception à la règle

2020 se démarque par une baisse sensible des naissances. Un indicateur à prendre avec des pincettes puisque 2021 pourrait coïncider avec le franchissement de...

Journées européennes du patrimoine : 40 événements à Mayotte pour une 38ème édition encore sous la menace Covid

Pendant trois jours, la population aura l’occasion de découvrir les richesses du territoire à travers les nombreuses activités proposées par les collectivités et les...

Colocs ! : “Passer du tabou à libération de la parole en 13 minutes, c’est assez dingue”

Diffusée depuis le 6 septembre sur Mayotte La 1ère, la série Colocs ! alimente des débats parfois houleux sur les réseaux sociaux, après seulement...

1.2 million d’euros pour structurer le territoire et les clubs et relancer la pratique sportive

Le domaine du sport n’a pas été épargné par les conséquences de la crise sanitaire. En France, 30% des licenciés n’ont pas renouvelé leur...