À Mayotte, des vacances ludiques et apprenantes pour lutter contre l’oisiveté

À Mayotte, des vacances ludiques et apprenantes pour lutter contre l’oisiveté

Les vacances d’été auront une toute autre saveur pour les élèves mahorais cette année. Ceux qui le souhaitent pourront participer au dispositif “vacances apprenantes” mis en place par le rectorat. L’objectif est d’apprendre, de consolider les acquis tout en s’amusant. 

Habituellement, les vacances apprenantes ne sont organisées que pour les petites vacances. Coronavirus oblige, l’Éducation nationale a dû revoir sa copie et a prolongé le dispositif aux vacances d’été. Quatre programmes sont proposés par le rectorat et ses partenaires (les mairies, les associations, les différents services de l’État). Stage de réussite, école ouverte, été du pro, colonies apprenantes, chacun a un objectif bien précis mais tous ont la même ligne de conduite : apprendre de façon ludique. “L’idée est de consolider les fondamentaux (lire, écrire, compter et le respect d’autrui) à l’école primaire et les compétences acquises au collège. Tout cela de façon ludique. Si l’enfant rentre chez lui en disant qu’il n’a pas appris, il n’a fait que jouer, alors la mission est accomplie”, explique Balbine Ollier, en charge du dispositif de l’école ouverte. 

Les vacances apprenantes existent dans tout le pays. La consigne nationale veut que les enfants qui ont le plus décroché soient prioritaires lors des inscriptions qui se font sur la base du volontariat. Mais à Mayotte, beaucoup d’élèves sont concernés, alors les établissements privilégient ceux qui sont en fin de primaire pour préparer l’entrée en sixième et ceux qui sont en fin de collège pour préparer l’arrivée au lycée. Avec la crise sanitaire, le nombre d’élèves qui peuvent participer aux différents dispositifs a été revu à la hausse. “Le budget a été multiplié par sept, c’est-à-dire que l’on peut accueillir sept fois les dispositifs qui existaient auparavant. C’est important car plus les élèves feront ces activités ludiques et apprenantes, moins ils seront en difficulté à la rentrée”, selon Balbine Ollier. À titre d’exemple, les cinq établissements scolaires de la ville de Mamoudzou concernés pour l’école ouverte représentent à eux-seuls un montant de 150.000c euros. Petit bémol, toutes les communes de Mayotte ne seront pas couvertes par ces dispositifs. Pour l’heure, seulement quatre collèges et sept écoles primaires ouvriront leurs portes cet été. La région du sud de l’île est la plus déserte. 

L’environnement au cœur des colonies 

L’île a la chance d’avoir une nature très riche et les vacances apprenantes la mettront en valeur. Notamment à travers des colonies non pas de vacances mais éducatives et pédagogiques. Elles sont organisées par la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS). “Nous allons travailler sur des activités de nature, sur l’écologie, l’environnement, les sciences naturelles et du sport. On essaye d'être un peu plus dans les activités de découverte, grâce à nos associations partenaires”, annonce Patrick Bonfils, directeur de la DRJSCS. 22 séjours d’une semaine à chaque fois sont prévus pour le mois de juillet et début août. Le chiffre est cependant amené à augmenter puisque les organisateurs estiment que ce n’est pas suffisant et souhaitent étaler ces colonies au mois d’août. Les contenus seront plus pédagogiques et les enfants seront sensibilisés aux questions du développement durable, de l’écologie, des problématiques environnementales en général. Ces colonies sont également une aubaine pour les parents qui ne débourseront pratiquement rien. “Les colonies sont majoritairement prises en charge par l’État. Il versera aux associations 500 euros par enfant, et si c’est une mairie qui organise, c’est 400 euros par enfant”, indique Patrick Bonfils. Pour inscrire son enfant, il faut se renseigner auprès du directeur de son école ou directement auprès des associations. Les places seront limitées puisqu’à cause de la crise sanitaire, les colonies ne pourront accueillir que 10 enfants. Le premier arrivé sera le premier servi.

Abonnement Mayotte Hebdo