Ce que j'en pense... A quoi pourrait servir un journal à Mayotte ?

Ce que j'en pense... A quoi pourrait servir un journal à Mayotte ?

Partant de là, nous avons décidé de notre ligne éditoriale. Pour des raisons personnelles, familiales, il était évident pour nous, et nous l'avons indiqué dès le départ dans tous nos documents, qu'il s'agissait "d'apporter notre modeste contribution à un développement harmonieux de Mayotte".

Tout ce que nous faisons, tout ce que nous avons fait va donc dans ce sens : servir Mayotte et ses habitants. Tout ce que nous pensons pouvoir faire tient dans cet objectif. Plutôt que de faire la Une avec une plage sale, ce qui est tellement facile et assez "racoleur", nous préférons aller voir une plage propre et mettre en avant ceux qui l'ont nettoyée, comment, avec quels moyens, quels soutiens ? Cela peut donner l'idée, l'envie à un autre maire, à une autre association, à d'autres citoyens d'en faire de même.

Et nous restons persuadés qu'ainsi les choses avanceront, certes lentement, mais avanceront, et que les bonnes idées, les bonnes initiatives se diffuseront ainsi. Lorsqu'il y a une grève, nous prenons le parti systématiquement de donner la parole aux salariés, et aux employeurs. Chacun explique son point de vue, sa situation, ses arguments, et ensuite le lecteur se fait son point de vue. Nous n'avons évidemment pas vocation à réfléchir à votre place. C'est aussi un de nos parti pris. Lorsqu'un problème de société apparait, nous prenons le temps d'aller voir les différents interlocuteurs, les personnes concernées, les décideurs, pour essayer de mieux comprendre.

Que ce soit pour les enfants poubelle, les mineurs abandonnés sur lesquels nous avions titré souvent il y a plusieurs années déjà, que ce soit sur la prostitution, les relations Mahorais-M'zungus, l'éducation ou la santé, l'immigration clandestine, sujet sur lequel nous avons consacré des numéros entiers…

Nous avons toujours pensé que ces sujets méritaient du temps, des dossiers, des pages et des pages pour mieux essayer d'en cerner les contours, les enjeux, et pouvoir faire émerger des solutions. Nous avons depuis des années une rubrique intitulée "A la rencontre de…", qui nous permet de vous présenter ceux qui bougent, ceux qui font, ceux qui agissent, dans tous les domaines, parfois en pleine lumière, parfois plus discrètement. C'est là aussi un choix, de valoriser ceux qui aident à faire avancer Mayotte, plutôt que de nous morfondre à remplir des pages avec ceux qui ne font pas grand-chose, ceux qui sont payés mais dont les dossiers ne bougent pas. Nous pourrions pourtant remplir des pages avec tous les agents publics payés à ne rien faire, payés chers et pourtant même parfois absents du territoire…

Quand nous avons lancé le Mayotte hebdo sport, puis l'élection des Sportifs de l'année il y a 7 ans, c'était pour valoriser les sportifs, mais aussi tous ceux qui y consacrent du temps, de l'énergie, souvent bénévolement : les dirigeants, les entraineurs, les éducateurs… De la même façon avec le Mayotte éco, puis les Trophées mahorais de l'entreprise, lancés après la longue et terrible grève de la fin 2011. Nous avons pensé qu'il était important, pour tous les entrepreneurs, jeunes et plus expérimentés, pour leurs équipes et pour le développement économique de l'île en général, d'apporter notre contribution et de les valoriser.

Il nous semblait que cette problématique du développement économique était essentielle pour assurer un avenir plus serein à Mayotte. Dans ce sens, nous présentons ainsi quasiment chaque semaine des portraits d'entreprise, souvent avec l'Adie, la Boutique de gestion ou la Pépinière d'entreprises. Il s'agit de présenter des jeunes qui osent, qui tentent l'aventure de la création d'entreprise, avec ses difficultés, ses problèmes, mais aussi ses joies, la liberté que cela procure, les soutiens disponibles…

Cela peut encourager, faire connaître un peu ceux qui se lancent, mais aussi donner des idées à d'autres qui hésiteraient. Avec une activité, une création de richesse dépendant à plus de 55% de l'administration, Mayotte a besoin d'investisseurs, d'entrepreneurs, d'artisans. Mais un journal ce n'est pas que de l'information "générale", il y a plein d'autres rôles. Avec le Tounda, nous mettons en avant les artistes, les acteurs de la culture, les initiatives heureuses. Et avec l'agenda du Tounda, nous mettons en avant les manifestations culturelles, les soirées, les concerts, les fêtes traditionnelles…

Par ce biais, les citoyens, les lecteurs du journal trouvent des activités pour leurs week-end, des occasions de s'amuser, de découvrir. Les acteurs, ainsi mis en avant, touchent un public plus large, ce qui leur donne plus de courage encore pour continuer, fait rentrer des fonds dans les caisses des associations, qui pourront ainsi mieux s'équiper, organiser d'autres manifestations. Cela permet à certains de découvrir des cérémonies traditionnelles mahoraises, de découvrir la richesse des cultures mahoraises, de rencontrer du monde. Le journal participe là encore à créer du lien social.

C'est un rôle très important, plus encore dans un territoire comme Mayotte. Nous pourrions nous lamenter sur les retards de l'île dans tant de domaines, sur les nombreux problèmes qui s'accumulent, sur les constats dramatiques et l'apparente inaction d'une partie de nos dirigeants… alors que d'autres se battent et se débattent pour tenir, pour faire avancer des projets et faire avancer Mayotte. De notre côté, nous préférons essayer de garder notre optimisme, nos espoirs que progressivement Mayotte (re)trouve sa joie de vivre, sa sérénité, que sa jeunesse s'épanouisse, que l'île puisse enfin apporter sa pierre au développement de la région, avec tous les atouts dont elle dispose. En espérant que le journal pourra encore contribuer à cette mission qu'il s'est fixée.

Laurent Canavate

Abonnement Mayotte Hebdo