test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Port de Mayotte : la maison ne fait plus crédit

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

Il y a de l’eau dans le gaz entre les transitaires et MCG, le gestionnaire du port de Mayotte. Alors que le site a repris du service vendredi avec la levée du barrage de Longoni, le délégataire de service public demande à ce que ses services soient désormais payés cash, à la sortie de chaque conteneur.

Avis de tempête au port de Longoni. Cinq semaines de barrages auront entraîné l’accumulation de 4 500 conteneurs sur le site, qu’il faut désormais s’activer à sortir. L’opération prendra un mois, selon MCG, le délégataire de service public du port. Et elle ne se fera pas dans la bonne humeur avec les transitaires.

MCG, « en raison déjà de nombreux impayés et des sommes importantes dues par les clients en compte crédit, ne livrera et n’autorisera aucune sortie de conteneur si le paiement n’est pas effectué au comptant en espèces ou par chèque », avait-il indiqué aux importateurs et aux transitaires dans un courrier en date du 16 mars. « Exception ne sera faite que pour ceux qui mettront en place une caution bancaire (…) en fonction de leur turnover de conteneur mensuel ».

« On doit être sûr qu’on sera payé »

Le syndicat des Transitaires est vent debout contre la démarche. « Ça n’a jamais existé pour quelque port que ce soit dans le monde », affirme Marc-Antoine Molès, le secrétaire. Le syndicat représente 14 sociétés, essentiellement des transitaires et transporteurs. « On ne comprend pas les responsables de MCG. Actuellement, nos clients nous demandent parfois 200 jours pour nous régler », poursuit-il. 

Et d’ajouter : « MCG doit à l’ensemble des transitaires un peu plus de 600 000 euros d’avoirs facturés illégalement ». Marc-Antoine Molès regrette des erreurs de facturation de la part du délégataire et souhaite un retour à l’ancien système pratiqué à leur égard par le gestionnaire du port : « un compte chez MCG et un relevé de factures tous les mois » à acquitter.

Refus catégorique de MCG. « On doit être sûr qu’on sera payé », réagit Jacques-Martial Henry, chargé de mission. « Le problème, c’est les grands transitaires, les grosses boîtes, qui ne paient pas. » Le responsable fait savoir que le mois dernier, « on a rentré zéro euro », avec la grève générale. En parallèle, il a fallu verser 450 000 euros de salaires et faire face à diverses dépenses (électricité, carburant, etc.). De plus, « MCG investit 6 millions d’euros de fonds propres dans les travaux de la desserte portuaire », chiffrés à 24 millions d’euros.

Interrogé sur les propos du syndicat des Transitaires, qui affirme qu’aucun autre port ne pratique le paiement comptant : « Je ne crois pas ce qu’il raconte », lâche Jacques-Martial Henry. L’homme met l’accent sur le dispositif de caution bancaire, pour ceux qui ne veulent pas faire de chèque ou régler le jour même en espèces. La banque se porte alors garante des sommes non acquittées.

Par ailleurs, Jacques-Martial Henry reconnaît que « des erreurs de facturation, ça arrive. Dans ce cas, vous allez payer moins à la prochaine facture. » Globalement, le chargé de mission constate que les transitaires « râlent mais viennent. On sort jusqu’à 150 conteneurs par jour » contre 80 avant la grève.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...