L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le BTP se met en grève

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

Malgré les courriers et rencontres de ces dernières semaines, le conseil départemental n’en démord pas. Le taux d’octroi de mer sur la production locale dans le domaine du BTP n’a toujours pas été modifié. Passée de 0 à 30 % depuis le 1er janvier 2016, la taxe a donc eu une conséquence sur le prix de vente de ces matériaux de construction fabriqués localement (le parpaing coûte actuellement 2 €). “On produit moitié moins de volume, car les particuliers ne peuvent plus acheter à ce prix-là et les entreprises se posent la question de démarrer des chantiers dont ils ont remporté les appels d’offres, par peur de construire à perte”, s’inquiète Frédéric Polenne, directeur d’ETPC.

“L’activité du BTP est à genoux”

Les effets de cette décision du conseil départemental prise sans concertation en décembre dernier lors de la délibération relative à l’harmonisation des taux d’octroi de mer se font déjà ressentir. “L’activité du BTP est complètement à genoux”, alerte Frédéric Polenne. Pour le patron du Medef Thierry Galarme, ce mouvement est un cas unique. “Je n’avais jamais vu un patron fermer son entreprise non pas pour deux jours, mais pour une durée indéterminée”, explique-t-il. Le patron des patrons à Mayotte va plus loin en craignant un nouveau mouvement de grève contre la vie chère qui a plombé l’économie mahoraise en 2011. “Les Mahorais ont voté contre la vie chère et on la recréée en 2016 (NDLR : à cause de l’octroi de mer)”, s’indigne Thierry Galarme.

Si le Conseil départemental ne revient pas sur sa décision, l’activité du BTP va considérablement ralentir, les entreprises du secteur seront dans l’obligation de licencier alors qu’elles emploient des milliers de Mahorais. “À ETPC, nous risquons à ce rythme-là de devoir nous séparer d’un tiers de nos 150 employés”, prévient son directeur. Les conséquences seraient dramatiques pour la société mahoraise. “Une hausse de chômage s’accompagnera d’une baisse de la consommation et c’est l’économie locale qui va en pâtir, c’est une spirale infernale”, dénonce Frédéric Polenne. IBS et ETPC co-signataires de cette lettre annonçant la suspension de la vente de leurs produits estiment que l’économie de Mayotte ne peut pas absorber des changements aussi brutaux à l’instar de ces nouveaux taux d’octroi de mer. Ils espèrent tous un retour à la raison du département avec une exonération de leur produit afin d’éviter une crise dont il serait difficile de se relever.

GD avec GV

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait inclure...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....