Le BTP se met en grève

Le BTP se met en grève

Malgré les courriers et rencontres de ces dernières semaines, le conseil départemental n'en démord pas. Le taux d'octroi de mer sur la production locale dans le domaine du BTP n'a toujours pas été modifié. Passée de 0 à 30 % depuis le 1er janvier 2016, la taxe a donc eu une conséquence sur le prix de vente de ces matériaux de construction fabriqués localement (le parpaing coûte actuellement 2 €). “On produit moitié moins de volume, car les particuliers ne peuvent plus acheter à ce prix-là et les entreprises se posent la question de démarrer des chantiers dont ils ont remporté les appels d'offres, par peur de construire à perte”, s'inquiète Frédéric Polenne, directeur d'ETPC.

“L'activité du BTP est à genoux”

Les effets de cette décision du conseil départemental prise sans concertation en décembre dernier lors de la délibération relative à l’harmonisation des taux d’octroi de mer se font déjà ressentir. “L'activité du BTP est complètement à genoux”, alerte Frédéric Polenne. Pour le patron du Medef Thierry Galarme, ce mouvement est un cas unique. “Je n'avais jamais vu un patron fermer son entreprise non pas pour deux jours, mais pour une durée indéterminée”, explique-t-il. Le patron des patrons à Mayotte va plus loin en craignant un nouveau mouvement de grève contre la vie chère qui a plombé l'économie mahoraise en 2011. “Les Mahorais ont voté contre la vie chère et on la recréée en 2016 (NDLR : à cause de l'octroi de mer)”, s'indigne Thierry Galarme.

Si le Conseil départemental ne revient pas sur sa décision, l'activité du BTP va considérablement ralentir, les entreprises du secteur seront dans l'obligation de licencier alors qu'elles emploient des milliers de Mahorais. “À ETPC, nous risquons à ce rythme-là de devoir nous séparer d'un tiers de nos 150 employés”, prévient son directeur. Les conséquences seraient dramatiques pour la société mahoraise. “Une hausse de chômage s'accompagnera d'une baisse de la consommation et c'est l'économie locale qui va en pâtir, c'est une spirale infernale”, dénonce Frédéric Polenne. IBS et ETPC co-signataires de cette lettre annonçant la suspension de la vente de leurs produits estiment que l'économie de Mayotte ne peut pas absorber des changements aussi brutaux à l'instar de ces nouveaux taux d'octroi de mer. Ils espèrent tous un retour à la raison du département avec une exonération de leur produit afin d'éviter une crise dont il serait difficile de se relever.

GD avec GV

Abonnement Mayotte Hebdo