100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

À Mayotte, une chute de 18 % de l’activité

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

Avec une baisse d’activité à Mayotte estimée à 18 %, la chute est brutale, mais deux fois moins forte qu’au niveau national et bien plus faible que dans les autres Outre-mer. C’est ce que met en avant une publication de l’Insee, qui présente les premières conséquences économiques de la crise sanitaire. Détails. 

Mesures de confinement oblige, l’activité économique encaisse depuis le début du confinement une forte chute. C’est ce que confirme le point de conjoncture national publié par l’Insee, publié le 7 mai dernier : 33 % de baisse au niveau national. Un chiffre éloquent, que n’atteint toutefois pas Mayotte. Avec une évaluation de 18 % de “perte d’activité économique immédiate”, le département enregistre une chute “brutale”, mais “néanmoins deux fois moins forte qu’au niveau national et largement inférieure à ce qu’elle est dans les autres DOM – environ 28 % à La Réunion, aux Antilles et en Guyane.” 

Une baisse plus faible qui s’explique “pour l’essentiel par une structure sectorielle de l’économie très différente de celle de la métropole et même des autres Dom.” Plus en détail, “peu touchés par la crise, les services non marchands pèsent deux fois plus lourds dans le PIB mahorais. À contrario, des secteurs impactés par la crise comme l’industrie et l’hébergement-restauration sont très peu présents sur l’île. Sur le secteur marchand, l’impact estimé de cette crise sanitaire est équivalent au niveau constaté en métropole : -35 % à Mayotte contre -39 % pour le reste de la France”. Toutefois, dans ce secteur marchand, les effets sont contrastés selon l’activité. Ainsi, le BTP mahorais aurait une activité réduite de 90 % et contribuerait pour un quart à la baisse d’activité totale de 18 %, note l’organisme. Un quart, c’est aussi la part que pèse la baisse d’activité estimée dans le commerce – 54 % – qui est prépondérant dans le PIB local. Un chiffre qui, par ailleurs, “masque de fortes disparités entre des commerces non alimentaires et automobile à l’arrêt ou presque et des commerces alimentaires qui poursuivent pour la plupart leur activité pour subvenir aux besoins de la population”. 

Autre donnée indiquée par l’Insee : au 28 avril dernier, 9.900 salariés de 1.100 entreprises étaient placés en chômage partiel. Toutefois, complète l’institut, “le confinement se traduit également par un fort ralentissement des embauches ou des renouvellements de contrat. Les entreprises informelles représentent les deux tiers des entreprises à Mayotte et ne sont de fait pas incluses dans ces dispositifs d’aides”. Conséquence : “les personnes occupant un emploi informel sont donc victimes pour beaucoup d’une chute de leurs revenus.” 

Le secteur public amortit le choc 

Enfin, la forte présence du secteur public à Mayotte permet de faire tampon : “les services principalement non marchands (administrations publiques, enseignement, santé humaine, action sociale publique ou privée) jouent un rôle d’amortisseur des crises économiques dans les départements d’Outre-mer. Avec un poids de 52 % dans l’économie mahoraise contre 22 % au niveau national, ces secteurs principalement non marchands ne perdraient que 3 % de leur activité par rapport à la normale, contre 35 % dans les secteurs marchands. La prise en compte des services non marchands en comptabilité nationale retient le plus souvent l’hypothèse d’une valorisation par leurs coûts de production, principalement salariaux, ce qui les rend très inertes par nature. Le recul de l’activité y est donc moins marqué, par convention.”

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...