100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

40000 followers sur facebook

À la rencontre de Maliki Bassoiri | Gérant du bureau d’études EIC

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

Maliki Bassoiri est à la tête d’EIC, bureau d’études et ingénierie du bâtiment situé à Longoni. Fondé en 2015, c’est à la sueur de son front que le chef d’entreprise a développé son activité sur l’île aux parfums. 

Maliki Bassoiri a un parcours ancré dans le génie civil. Après avoir passé un bac scientifique au lycée de Mamoudzou, en 1997, il poursuit ses études à l’Institut universitaire de technologie de Grenoble (38) où il obtient un diplôme universitaire de technologie (DUT) en génie civil, l’équivalent d’un bac +2. Ce dernier complète sa formation à l’Institut universitaire professionnalisé avec une licence et une maîtrise en génie civil, qui lui donnent le titre d’ingénieur maître en génie civil. Motivé, Maliki Bassoiri ne souhaite pas s’arrêter là. Il intègre l’École nationale d’ingénieurs de Saint-Étienne (42) pour une ultime graduation en master. L’étudiant devient alors ingénieur en génie civil. Son objectif est atteint. 

À Saint-Étienne, le futur gérant n’avait qu’une idée en tête : revenir s’établir sur son île natale. « Une fois que j’ai obtenu mon master, j’ai commencé à envoyer des CV et des lettres de motivation à Mayotte », explique Maliki Bassoiri qui n’avait nullement envie de rester travailler en métropole : « Dès le départ, je m’étais donné cinq ans pour faire mes études et revenir ». 

« J’étais prêt sans être prêt » 

En septembre 2003, il est de retour à Mayotte et c’est avec célérité que les portes de l’emploi s’ouvrent à lui.  Sans  « galérer » comme c’est parfois le cas, il se voit proposer des postes de haute fonction. « Dans ma tête, j’étais prêt sans être prêt. C’était l’ambition qui parlait », raconte-t-il.  Sa carrière professionnelle démarre au sein du bureau d’études EMI, œuvrant dans le bâtiment et le génie civil en tant qu’ingénieur structure. Il y reste trois ans avant d’intégrer la Chambre professionnelle (devenue la  Chambre de commerce et d’industrie) en tant que directeur technique au port, pour une durée de six mois. Le challenge n’était pas au rendez-vous : « Cela ne me plaisait pas de faire carrière dans une structure administrative, de type fonctionnariat », explique Maliki Bassoiri, qui prend son courage à deux mains et démissionne. Aussitôt, il rejoint le bureau de contrôle, Bureau Veritas, en tant que chargé d’affaires contrôle technique. Deux années plus tard, il est nommé responsable de l’agence, de 2009 à 2014. 

À la tête de quatre entreprises 

Maliki Bassoiri crée EIC – pour Études ingénierie et conseil – en 2015,  mais pas que. Si l’entreprise spécialisée dans l’ingénierie civile reste la société phare, le chef d’entreprise détient les clés de ses trois petites sœurs, fondées dans la foulée et avec ses fonds propres. Ainsi, Maore coordination sécurité (MCS), spécialisée dans la sécurité chantier, et Mayotte inspection, spécialisée dans les réseaux d’assainissement voient également le jour en 2015. Un an plus tard, P2-M Consulting intervient dans l’assistance à maîtrise d’ouvrage. Les quatre entreprises sont basées à Longoni, dans la vallée 3. Pourquoi tant de structures ? Pour la simple et bonne raison que le chef d’entreprise souhaitait diversifier son activité. « Ce n’est pas le même domaine d’intervention, explique-t-il. Par exemple, EIC est un bureau d’études effectuant des études de route, de bâtiment, de voirie, MCS procède à de la coordination sécurité sur les chantiers ».  

Si aujourd’hui Maliki Bassoiri est persuadé que les études – aussi longues soient-elles – ne font pas d’une personne ce qu’elle est, il exhorte la jeunesse mahoraise à redoubler d’efforts pour réussir, car « le plus dur est de se trouver une place sur le marché ». 

 

 

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1006

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Développement de Mayotte : « un défaut d’organisation lié à un défaut de collaboration »

Le rapport public thématique de la Cour des comptes et de la chambre régionale des comptes sur les plans de développement pour Mayotte a...

« Je pense que le regard du monde pourrait se tourner vers Mayotte »

Les relations entre l’île de Madagascar et sa voisine mahoraise continuent de se renforcer avec l’organisation des Ateliers de la coopération, ce jeudi. Une...

Yes Ko Green, premier festival éco-responsable à Mayotte

Le premier festival éco-musical gratuit et ouvert à tous est organisé ce samedi 2 juillet de 9h à 19h au M'haju à Bandrélé. Une...

Les séniors à la découverte des archives départementales de Mayotte

Le conseil départemental et le centre communal d’action sociale de Mamoudzou ont organisé ce jeudi 30 juin une visite des archives départementales pour les...

Une fête de fin d’année pour faire parler de l’école primaire Doujani 2

L’école primaire Doujani 2 a organisé une grande fête de fin d’année ce jeudi 30 juin avec l’ensemble de ses élèves. C’est sous un...