100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

« 1 jour 1 plaisir » livre de l’amour aux Mahorais

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

En moins de trois semaines, la jeune entreprise 1 jour 1 plaisir a séduit le cœur des Mahorais. Son principe : livrer une preuve d’amour ou d’affection par un professionnel équipé d’une caméra discrète. Pour ceux qui vivent loin de l’île, ou qui sont trop timides pour assumer leurs sentiments, témoigner de son affection devient désormais possible en quelques clics.

« Le messager de vos émotions« . Le slogan est simple et parle de lui-même. Avec son entreprise 1 jour 1 plaisir, le Mahorais Bachir Cassim, 30 ans, livre des preuves d’amour à travers l’île depuis la mi-septembre. Qu’il s’agisse d’une rose, d’un mot doux, d’un cadeau matériel ou d’une bonne nouvelle, ses idées comme ses clients ne manquent pas. « On a déjà dépassé la trentaine de livraisons ! », se réjouit-il. Avec sa petite GoPro sur le casque, le jeune homme filme discrètement, et permet ainsi à ses clients de constater l’émotion procurée par leur attention. Une bénédiction pour les personnes vivant à l’extérieur de l’île et qui souhaitent chouchouter leurs proches au travers d’une attention particulière. « Des gens de Marseille, Toulon, et de La Réunion ont déjà fait appel à nos services« , détaille-t-il. « C’est un bonheur de voir la réaction des gens et de la transmettre à la personne concernée. Je viens de livrer une femme à la mairie de Sada, les gens m’ont carrément applaudi« , rembobine l’entrepreneur, sourire aux lèvres.

 « Qui a dit que les Mahorais n’étaient pas romantiques ? »

Sur sa jeune page Facebook qui dépasse déjà le millier d’abonnés, Bachir propose différentes offres. Du pack roses à 10 euros, en passant au pack mots doux à 20 euros, jusqu’au pack prestige à 90 euros où l’entrepreneur installe carrément un jacuzzi à domicile orné de pétales de rose, les recommandations positives ne manquent pas. « Franchement chapeau ! Cela fait  trois ans que je poursuis mes étude sur l’île de La Réunion. Je n’ai jamais pu procurer autant d’émotions à ma mère, et ce n’est pas faute d’avoir essayé« , peut-on lire.

Plus qu’une aventure entrepreneuriale, Bachir avoue éprouver une certaine satisfaction dans son travail aux allures de Cupidon. « Un homme était dingue d’une femme qu’il croisait tous les jours sur la barge, sans oser lui parler. Il m’a appelé pour un pack mots doux, et la semaine suivante je les voyais en train de boire un coup au 5/5. C’est génial« .  Dans une île où témoigner son affection, voire son amour, n’est pas toujours une sinécure, 1 jour 1 plaisir permet de fluidifier les rapports en s’émancipant des contraintes sociales. Un filon que l’homme a repéré suite à la venue d’un ami sur l’île. « Il est tombé amoureux d’une Mahoraise et tentait par tous les moyens de la séduire. J’ai dû trouver une activité à lui proposer chaque jour durant une semaine. C’est ainsi que m’est venu le concept. » si l’entreprise est encore jeune, ses projets ne manquent pas. « Nous allons développer le pack restaurant. Je m’occupe des réservations en fonction de la demande du client et de mes partenaires. Ensuite, j’installe un tapis rouge et des couverts haut standing, en plus d’annoncer la bonne nouvelle. C’est ainsi qu’on transforme une simple soirée au restaurant en événement d’une plus grande ampleur« , ambitionne-t-il avant de conclure : « Qui a dit que les Mahorais n’étaient pas romantiques ?« .

 

Pour contacter 1 jour 1 plaisir :  0639 09 96 28

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...