asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le manque de personnel, une menace pour la survie des crèches de Mayotte

À lire également

Une cagnotte pour des enfants mahorais passés de “la faim à la famine”

Lassés par l’inertie des pouvoirs publics face au manque alimentaire de leurs élèves, une poignée d’enseignants de Passamaïnty ont décidé d’agir. Leur cagnotte a déjà récolté 3.200 euros et doit venir en soutien aux autres dispositifs d’aides alimentaires.

 

1.500 assistantes maternelles recherchées par la protection maternelle infantile

En collaboration avec Pôle emploi, la protection maternelle et infantile a organisé, ce mercredi 22 septembre, deux réunions d’informations au centre Kinga pour promouvoir...

Mineurs isolés : « Nous montons petit à petit des marches, mais nous n’avons pas encore vu le bout du tunnel »

En novembre 2020, la convention nationale des associations de protection de l’enfant a publié un état des lieux de la protection de l’enfance dans...

Pour le directeur de SOS jeunesse, « un gamin qui ne va pas à l’école, c’est d’emblée une difficulté majeure »

En visite à Mayotte, Maxime Zennou, le directeur général du groupe SOS jeunesse, qui comprend l’association Mlézi Maoré, revient sur la protection de l’enfance...

Depuis deux mois, le siège de directeur au sein de la crèche des Beaux Enfants, en Petite-Terre, reste vacant. Entre petits moyens, alignement du droit commun et manque de personnels diplômés sur place, la petite enfance à Mayotte est confrontée à de lourds défis. Et si l’établissement ne les relève pas, il pourrait fermer ses portes définitivement.

La situation dure depuis le mois de juillet. Suite à la démission de son éducatrice de jeunes enfants, la garderie associative des Beaux Enfants, unique crèche de Petite-Terre, cherche désespéramment repreneur au poste. Mais faute de professionnels diplômés sur place, l’établissement ouvert depuis 32 ans menace de fermer définitivement ses portes.

« C’est un poste obligatoire pour ouvrir une crèche de plus de 30 enfants, alors que la nôtre compte 32 places », développe Victoria Carbou, présidente de l’association de la garderie, dont dépend une cinquantaine de familles au total. Problème : la formation nécessaire au poste n’existe pas à Mayotte, à l’instar des autres diplômes nécessaires à la gestion d’une crèche. Pour ne rien arranger, l’Hexagone connaît déjà un sous-effectif en la matière et la mauvaise image de Mayotte depuis la métropole nourrit nombre de réticences chez les potentiels néo-arrivants. « La petite enfance est sûrement l’un des domaines les plus difficiles à pourvoir en emploi à Mayotte », complète à son tour Namour Zidini, recruteur au sein de Maestria Recrutement, et par ailleurs administrateur de la crèche les Mini-explorateurs à Koungou.

creches-personnel-difficultes-fermeture« Un autre frein, c’est l’attractivité des salaires », concède-t-il. « Prenons l’exemple des infirmiers scolaires : à trois ans d’expérience, ils gagneront 2.000 euros par mois, contre 5 à 800 de plus au CHM… En sachant qu’il y a aussi une pénurie d’effectif à l’hôpital ! » Faute d’alignement des salaires, les candidats se bousculent d’autant moins aux portes des crèches. Pis, alors même que leur budget de fonctionnement est approvisionné à hauteur de 70% par des subventions publiques, « nous restons soumis à des barèmes fixés par la Sécurité sociale, qui valident également les grilles salariales », précise le recruteur. « Et c’est pour cela que l’on se retrouve avec beaucoup de candidats qui refusent de venir travailler ici, parce qu’ils jugent le salaire trop bas pour un endroit qui leur renvoie parfois une image d’insécurité. »

Le droit commun en décalage avec les réalités locales

Mais en matière de formation et de qualification, les difficultés ne s’arrêtent pas là, au contraire. « C’est de plus en plus compliqué », concède Fatima Abodou, présidente de la fédération des crèches à Mayotte. En effet, avec l’alignement du droit commun, la protection maternelle et infantile (PMI) exige désormais depuis une poignée d’années que seuls les professionnels diplômés puissent exercer en crèche. « Donc on se retrouve à essayer de recruter des gens sur l’Hexagone ou à La Réunion », complète Victoria Carbou. « Alors qu’on a des tatis qui s’occupent de nos enfants depuis 1991 ! Les conditions imposées par la PMI sont les conditions nationales, mais à ce stade, ça ne colle pas aux réalités locales. »

Pour remédier aux problèmes, plusieurs pistes ont déjà été lancées. Parmi elles, la fédération mahoraise des crèches espère pouvoir récolter des fonds publics supplémentaires, notamment par le biais du conseil départemental – en charge de la PMI –, de la préfecture ou de la caisse de Sécurité Sociale elle-même. « On souhaiterait que les salaires soient revus pour les professionnels qualifiés, dûment diplomés, à travers la mise en place d’un système de prime ou d’indexation », à la façon de ce qui se fait déjà dans le public, dans un souci d’attractivité.

Autre chantier, un projet de formation d’assistantes maternelles pour diversifier l’offre de garde des enfants, « en insérant des femmes au foyer éloignées de l’emploi mais qui savent s’occuper d’enfants pour l’avoir fait une grande partie de leur vie », défend Namour Zidini. Car à Mayotte, le statut d’assistance maternelle n’existe pas à ce jour, compliquant les alternatives pour les parents ne pouvant pas placer leurs bambins en crèche – une solution par ailleurs souvent moins coûteuse pour les ménages. Dans le cas de celle des Beaux Enfants, celle-ci risque de voir sa fermeture ordonnée si un ou une directrice diplômée n’est pas rapidement recrutée. « Là, on perdrait l’agrément, on devrait recommencer tout un dossier en repartant de zéro pour rouvrir, comme si la crèche n’avait jamais existé. » Une crèche qui, après plus de trois décennies d’existence, assure aujourd’hui l’emploi d’une quinzaine de personnes, et permet la garde d’enfants issus de familles précaires, modestes ou monoparentales, puisque les frais de scolarité sont calculés au prorata des revenus du foyer.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

La circulation dans Mamoudzou perturbée à partir de ce mercredi

La circulation dans Mamoudzou sera perturbée à l’approche de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques, ce vendredi, à l’occasion de laquelle la Ville organise...

La coqueluche continue de progresser sur le territoire

Santé publique France fait le point sur la coqueluche, les infections respiratoires aigües (IRA), la gastro-entérite aigües (GEA) et la dengue à Mayotte. Pour la...

Mamoudzou s’enflamme pour les Jeux Olympiques ce vendredi

La Ville de Mamoudzou organise une fan zone pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024. Cet événement “Mamoudzou en flamme” aura...

Assemblée nationale : Anchya Bamana et Estelle Youssouffa intègrent leurs commissions permanentes

La députée de la 1ère circonscription de Mayotte nouvellement réélue, Estelle Youssouffa, intègre de nouveau la commission permanente des affaires étrangères de l’Assemblée nationale,...

Les travaux du point de vue d’Handréma ont débuté à Bandraboua

La première pierre du point de vue d’Handréma a été posée ce vendredi 19 juillet. Ces travaux marquent le début d’un programme d’aménagements dans...