L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

L’inquiétude monte au lycée de Kahani après plusieurs intrusions

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

À Mayotte, deux mourengué dégénèrent en simultané

Comme un goût de déjà-vu. Dans la nuit de mardi à mercredi, à M'tsapéré, les forces de l’ordre qui tentaient de disperser les participants d’un mourengué ont finalement été attaquées sur le remblai. Quelques heures plus tôt, la même scène se jouait à Combani.

Plusieurs jeunes tuent un père de famille à M’tsapéré

Au moins une dizaine de jeunes ont molesté à mort un homme de 35 ans ce lundi soir à M'tsapéré. Un premier suspect aurait déjà été identifié comme meneur. Ce jeune majeur est un délinquant notoire, puisqu'il avait déjà été enfermé à Majicavo pour des faits de violences.  

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

L’établissement scolaire n’accueille plus d’élèves depuis près de deux semaines. En cause, des cambriolages et des intrusions qui mettent à mal la continuité pédagogique, déjà largement bridée par le mouvement social en cours sur l’île.

Ces derniers temps, les rares allées et venues des enseignants et du personnel du lycée polyvalent Gustave-Eiffel, à Kahani, sont sous le signe de l’angoisse. À deux reprises, en moins de deux semaines, les locaux de l’établissement scolaire ont été visités par des individus dont les visages étaient dissimulés.

Le samedi 10 février, après une première intrusion, les monte-en-l’air sont repartis avec du matériel informatique, dont une vingtaine d’ordinateurs et du matériel technique. Selon Jérémie Saiseau, représentant du syndicat CGT Educ’action au lycée, des locaux ont par la même occasion été mis sens dessus dessous.

« Suite à cela, un certain nombre d’objets ont été retrouvés et des personnes auraient été interpellées », affirme le syndicaliste. Ce dernier félicite l’aide apportée par des adultes de Kahani. « Ce sont notamment eux qui ont permis de retrouver le matériel. »

L’établissement scolaire fermé pendant une semaine

L’établissement scolaire a été fermé une semaine durant, notamment afin de permettre aux enquêteurs de travailler, selon un message WhatsApp du proviseur. « On a été informé par la direction de manière assez précise et rapide des différentes intrusions », précise Jérémie Saiseau. « Suite au premier cambriolage, nous ne pouvions accueillir personne pour que l’enquête puisse se faire. »

Neuf jours se sont écoulés avant que des malfaiteurs profitent de l’absence de personnel dans l’établissement pour réitérer. Lundi, en plein jour, une bande de jeunes armés de machettes s’est rendue devant les locaux, accolés au lycée, de la Tama, une association qui aide les jeunes en situation de handicap. L’association est mitoyenne à des dépendances occupées par du personnel de l’établissement. Cette fois, la bande a tenté de forcer la grille. Apeurés, les agents se sont enfermés dans les locaux de l’association. En tentant d’entrer, les malfrats ont cassé la poignée de la porte de l’association. Les pompiers ont dû intervenir pour libérer les agents.

« Après la deuxième intrusion de lundi, l’inquiétude est montée. On a eu à nouveau un message de la direction nous expliquant qu’il fallait rester vigilant et qu’on évite de venir au lycée sans prévenir », raconte Jérémie Saiseau.

Contraint de fonctionner au ralenti depuis le début du mouvement social, le lycée polyvalent n’accueille plus d’élèves depuis bientôt deux semaines. D’autres établissements scolaires ont fermé leurs portes en raison de faits de violences et d’intrusions. C’est notamment le cas du collège M’Gombani, à Mamoudzou, où une bagarre entre bandes a éclaté dans la matinée de ce mercredi.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...