test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

8.000 euros pour le minbar du Musée de Mayotte

À lire également

Ramadan à Mayotte : Un mois sacré sous le signe du confinement

Ce soir se déroule la “nuit du doute” pour les fidèles musulmans. Traditionnellement, si le croissant de la nouvelle lune est observé, alors débute le mois du ramadan. Une période avant tout sacrée pour les musulmans, mais aussi ponctuée de festivités quotidiennes, rupture du jeûne en tête. Cette année toutefois, c’est un ramadan confiné qui aura lieu. De quoi bouleverser les habitudes.

Mayotte TV Islam, la nouvelle web TV qui parle de l’Islam à Mayotte

Le paysage audiovisuel mahorais compte désormais une nouvelle chaîne. Mayotte TV Islam fait son entrée en proposant un programme consacré entièrement à la pratique de l’Islam sur l’île. La chaîne est pour le moment une web TV, mais elle a l’ambition de se développer rapidement.

La Meiitod d’Adrien

À Mayotte, presque tout le monde sait qui il est et ce qu’il chante. Il faut dire qu’aucun autre artiste mahorais ne peut se...

Magic System et Koba LaD à la deuxième édition du festival Sanaa

La deuxième édition du festival Sanaa est centrée autour des musiques à tendance urbaine et World music. Cette année, cinq artistes internationaux, trois régionaux...

Le minbar historique, ancien objet de la mosquée du vendredi de Kawéni, a récemment remporté le concours du Plus Grand Musée de France, avec 3.209 votes. Grâce à cette victoire, Mayotte a gagné le prix de la zone océan Indien, parmi plus de 130 œuvres présentées au concours. Ce jeudi, au musée de Mayotte à Dzaoudzi, une cérémonie était organisée pour officialiser ce succès, où Allianz France a remis un chèque de 8.000 €.

Pour cette troisième édition du concours du Plus Grand Musée de France, concours mis en place par Allianz France et la Fondation pour la Sauvegarde de l’Art Français. Le minbar de Kawéni est élu grand gagnant de la catégorie « océan Indien ». Façonné dans les années 70, le meuble religieux de près de trois mètres de haut constitue un symbole de la culture mahoraise. Rassemblés au Musée de Mayotte pour la remise du chèque, ce jeudi matin, élus et défenseurs du patrimoine ont pris la parole chacun leur tour pour célébrer sa sélection.

Faire briller le patrimoine et la culture mahoraise

Le minbar, originellement utilisé à la mosquée de Kawéni pour la prière du vendredi et pour la prière de l’Aïd, avait été ramené à Dzaoudzi par les équipes du Musée de Mayotte (MuMa) en 2017. Contactées par la direction des affaires culturelle (DAC) et la fondation, l’œuvre a été proposée au concours pour la catégorie “océan Indien”. L’œuvre est singulière, selon Eymeric Henry, agent général d’Allianz France. Pour le concours, les ouvrages proposés par les seize régions françaises participantes sont “généralement des peintures et des sculptures.” “Parmi les 136 œuvres proposées, on est les seuls à proposer un minbar, c’est plutôt original.” commente-t-il. En devenant une des lauréates, l’île de Mayotte a l’opportunité de donner plus de visibilité à sa culture aux autres départements français. Pour Nadjayedine Sidi, conseiller départemental du canton de Mamoudzou 3, le minbar témoigne de la tradition culturelle et de la croyance mahoraise. « Ce mobilier symbolise le lieu de diffusion de la parole sacrée. […] Il correspond à un mode de vie, à une époque de l’histoire de l’île ». Saïd Omar Oili, maire de Dzaoudzi-Labattoir, ajoute que « le minbar, c’est notre patrimoine. […] Il témoigne qu’à Mayotte, nous avons aussi des choses à préserver, à partager aux autres ». « Avec le minbar, Mayotte peut parler d’elle-même », conclut ainsi Abdoul-Karim Ben Said, directeur du MuMa.

« Quand les mahorais se mobilisent, ils peuvent réussir »

« Les mahorais sont fiers de leur patrimoine, et ils l’ont fait savoir », déclare Abdoul-Karim Ben Said avec fierté. L’évènement a en effet suscité la mobilisation d’une importante partie de la population. Durant la phase de vote qui a duré trois semaines (du 1er au 21 mars), plus de 3.200 mahorais et mahoraises ont voté. « Nous avons mesuré tout l’engouement des Mahorais à défendre ce qui constitue un emblème pour leur culture. Dans beaucoup de bassins géographiques, il n’y avait pas autant de mobilisation », affirme également Nadjayedine Sidi. Pour le directeur du Musée de Mayotte, c’est la preuve que « lorsque les mahorais le veulent et se mobilisent, ils peuvent réussir ».

Une rénovation essentielle

 Les seize œuvres d’art lauréates, dont le minbar de Kawéni, ont reçu individuellement un chèque d’une hauteur de 8.000 € par la société d’assurance Allianz France. Il participera à la rénovation du mobilier, endommagé à plusieurs endroits. « On remarque des lacunes dans la marquèterie et une inscription au feutre de type « tag » faite probablement par un enfant du quartier. Le formica est arraché par endroit et se dédouble, gondole et tombe à d’autres à cause de la pluie et de l’humidité », renseigne la Fondation pour la sauvegarde de l’art français.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1094

Le journal des jeunes

À la Une

Avec la canalisation réparée à Chirongui, un retour progressif de l’eau ce vendredi

La casse d’une canalisation à Chirongui, jeudi soir, perturbait le réseau d’eau depuis dans le sud de Grande-Terre. Celle-ci a été réparée, indique la...

Assises : ils sont sept à répondre de la série de meurtres de Petite-Terre en janvier 2021

Sept accusés de « meurtre en bande organisée » sont jugés depuis ce vendredi devant la cour d’assises des mineurs de Mayotte, au sujet d’une série...

Les Urgences en difficulté faute de médecins

Depuis la semaine dernière, le service des Urgences du centre hospitalier de Mayotte ne fonctionne qu’avec entre un et trois médecins par garde, ce...

Aller chercher de l’eau, un risque pour les migrants de Cavani

Depuis le 22 mars et la fin du démantèlement du camp du stade de Cavani, à Mamoudzou, de nombreux migrants d’Afrique des Grands lacs...

« Des indicateurs de performance pour évaluer l’efficacité des mesures prises »

Circonscription sud. Candidat au scrutin législatif du 30 juin et 7 juillet, Madi-Boinamani Madi Mari (Agir) avait échoué de peu à se qualifier pour...