100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Justice : 4.000 euros d’amende pour avoir fait travailler des sans-papiers

À lire également

Santé mentale à Mayotte : les précisions du directeur par intérim du CHM

Après la lecture de notre article en date du 1er décembre intitulé « 15.000 personnes suivies pour des pathologies psychiatriques dans la nature ?...

Non à l’exclusion de nos journalistes

Ce 17 décembre 2021, un membre de notre rédaction a été exclu sans ménagement du pôle presse chargé de suivre la campagne de Marine...

De nouvelles directives pour le financement des structures qui œuvrent dans le social et le médicosocial

Ce lundi 22 novembre s’est tenue au conseil départemental la première rencontre entre le vice-président en charge des solidarités, de l'action sociale et de...

Départ pour Laurence Carval

Mardi 21 décembre 2021, la préfecture de Mayotte annonçait le départ officiel de Laurence Carval, sous-préfète et directrice de cabinet du Préfet de Mayotte....

Entre le 1er décembre et le 17 juin 2022, le propriétaire d’une boutique de Sada a employé deux femmes en situation irrégulière et sans contrat de travail. « Mon beau père avait une petite boutique de 6 m², on l’a rachetée avec ma femme et on a fait un prêt bancaire pour l’agrandir, mais pour l’instant, on ne gagne pas d’argent », a indiqué le prévenu, à la barre du tribunal correctionnel de Mamoudzou, ce mardi. Arrivée à Mayotte en 2014, l’une de ses employées, diplômée d’un CAP en ventes, aurait travaillé 42 heures par semaine dans la boutique pour 500 euros. La seconde commerçante aurait, quant à elle, bénéficié d’un temps de travail allégé, d’une vingtaine d’heures, pour le même salaire. « J’ai commis cette infraction sans trop savoir, se justifie le prévenu. C’était plus pour aider qu’autre chose », a-t-il déclaré. Pour la substitut du procureur, Cassandre Morvan, « on n’aide pas les gens en les exploitant. La personne qui travaille 42 heures par semaine a accepté ce travail parce qu’elle ne peut rien faire d’autre. Mais pour monsieur, qui travaille dans le social et a un emploi stable, c’est inadmissible ». Elle demandait une amende de 10.000 euros à l’encontre du propriétaire de la boutique qui devra finalement verser 4.000 euros et a dix jours pour faire appel de cette décision.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1029

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Réforme des retraites : les grévistes mobilisés à Mamoudzou

Les rangs étaient un peu plus clairsemés que lors des précédents rassemblements. Environ 150 personnes se sont réunies ce mardi matin sur le parvis...

Concours d’informatique : des élèves de M’gombani au top niveau national

Participants au concours « Castor informatique », plusieurs élèves de sixième du collège Halidi Selemani de M’gombani, à Mamoudzou, ont obtenu d’excellents résultats, les plaçant parmi...

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la...

Idris déploie ses ailes à la Marine nationale

Âgé de 27 ans, Idris se passionne pour l’aviation depuis l’adolescence. Et il a tout fait pour vivre de sa passion alors que rien...

Catégorie entraîneur de l’année

Magdalena Alliaud – 29 ans – Rugby Despérados Rugby Club M’tsapéré / Comité Territorial de Rugby de Mayotte Magdalena Alliaud est de ces rares entraîneuses féminines...