19/08/09 - Un nouveau préfet qui connaît déjà les hommes et les dossiers

19/08/09 - Un nouveau préfet qui connaît déjà les hommes et les dossiers

Hubert Derache, le nouveau préfet de Mayotte qui succède à Denis Robin, a pris officiellement ses fonctions ce lundi. Après avoir présidé une cérémonie devant le monument aux morts de Dzaoudzi, il a tenu une réception à la case Rocher, en présence de tous les responsables politiques et administratifs de l'île. De 2002 à 2006, Hubert Derache a été conseiller technique au secrétaire d'Etat à l'Outremer où il était notamment chargé du suivi de Mayotte. "Je n'ai pas la prétention de tout connaître puisqu'en trois ans, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts, mais les grands dossiers qui structurent le développement de Mayotte sont toujours d'actualité", a-t-il déclaré en préambule de son discours. Citant en premier lieu la lutte contre l'immigration clandestine, il a rappelé que grâce au renforcement des moyens matériels et humains mis en place par l'Etat ces dernières années, le record de l'année dernière de 16.000 reconduites à la frontière pourrait être dépassé avec 18.000 personnes expulsées cette année.

Mais cette politique de fermeté doit selon lui s'accompagner d'une main tendue vers les Comores : "Il faut qu'on puisse, avec l'ambassadeur de France à Moroni mais aussi l'ambassadeur de la zone Océan indien, travailler pour développer la coopération régionale avec les Comores, même si je sais que c'est très difficile et très compliqué". Après avoir évoqué a départementalisation pour laquelle "on fera tout le Pacte et rien que le Pacte", il a ensuite cité pêle-mêle la mise en place, en partenariat avec les collectivités territoriales, des grandes infrastructures pour notre territoire, le développement du tourisme, ou encore celui du logement social. Il a conclu son allocation en rappelant que ce développement doit se faire de manière durable. Au sujet de la grève à la Crec qui dure depuis maintenant deux mois, M. Derache a promis de recevoir les agents "d'ici la fin de la semaine" mais il leur a toutefois dit qu'il "n'avait pas de baguette magique".

Enfin, quand à la saisine de la Chambre régionale des comptes (CRC) sur les finances catastrophiques du conseil général, il a affirmé que c'était un souhait à la fois de la préfecture et de la Collectivité. Précisant la procédure engagée, il a rappelé que "le conseil général aura un délai d'un mois pour faire des remarques par rapport au premier diagnostic qui a été fait par la CRC et ensuite elle décidera si oui ou non les mesures attendues par le conseil général sont de nature à le relever financièrement. Si d'aventure, ce n'est pas le cas, la préfecture prendra ses responsabilités, c'est-àdire qu'elle exécutera de manière autoritaire le budget. Je n'espère pas, bien évidemment, arriver à ces extrémités-là". Une fois le mois de Ramadan passé, le préfet effectuera une visite dans chaque commune de Mayotte.

Abonnement Mayotte Hebdo