18/04/2008 - Conseil général - Une session qui se veut historique

18/04/2008 - Conseil général - Une session qui se veut historique

18/04/2008 - Conseil général - Une session qui se veut historique

Ce vendredi matin à partir de 9h00, l'hémicycle Younoussa Bamana s'apprête à vivre un des moments forts de l'année politique. En effet, la session plénière de l'assemblée exécutive doit adopter une motion demandant au gouvernement de consulter les Mahorais avant la fin de l'année sur le futur statut de département tant réclamé depuis 50 ans.

Pour ceux qui mettront les pieds ce matin dans l'hémicycle du conseil général, vous vous croirez sûrement dans un studio télé parisien. RFO a déployé un dispositif sans précédent pour retransmettre en direct une session plénière qui se veut historique. En effet, outre quelques dizaines de rapports, les conseillers généraux doivent adopter une délibération demandant au gouvernement d'organiser une consultation sur le futur statut de l'île, qui devrait être le département et région d'Outremer prévus à l'article 73 de la Constitution française. Les élus mahorais s'appuient sur les précédentes consultations, mais aussi sur les promesses tenues par le Président de la République Nicolas Sarkozy, ainsi que ses différents ministres chargés de l'Outremer.

Une fois adoptée, une délégation composée de tous les anciens députés de Mayotte, des parlementaires actuels, du président Ahamed Attoumani Douchina et de son 1er vice-président M'hamadi Abdou, du président de l'Association des maires Ibrahim Amédi, de la conseillère économique et sociale Anziza Moustoifa, du directeur de cabinet et du DGS de la CDM, partira à Paris présenter ce souhait à l'Elysée, au Parlement et à la rue Oudinot.

Ce vendredi matin, il sera aussi question de l'installation de la nouvelle assemblée ainsi que de son administration. Enfin, les délibérations annulées pour vice de forme par le tribunal administratif vont être remises à l'ordre du jour. C'est le cas notamment du Padd qui devra être modifié pour être remis pour avis au Conseil d'Etat avant son adoption.

Faïd Souhaïli

 

Abonnement Mayotte Hebdo